Rechercher

Le Hebrew Union College met fin à son programme rabbinique à Cincinnati

Le séminaire a approuvé le plan d'inscription de tous les étudiants sur les campus de l'HUC à New York et Los Angeles ; ce projet fait suite à de nombreuses enquêtes

Le Centre Jacob Rader Marcus des Archives juives américaines au Hebrew Union College de Cincinnati, Ohio, le 21 janvier 2019. (Crédit: Warren LeMay via Creative Commons/ via la JTA)
Le Centre Jacob Rader Marcus des Archives juives américaines au Hebrew Union College de Cincinnati, Ohio, le 21 janvier 2019. (Crédit: Warren LeMay via Creative Commons/ via la JTA)

JTA – Le Hebrew Union College cessera officiellement d’ordonner des rabbins à Cincinnati, la ville de l’Ohio où le séminaire réformé a été fondé en 1875.

Le conseil d’administration du séminaire a voté lundi à New York l’approbation d’un plan stratégique centré sur l’inscription de tous les étudiants rabbiniques sur les campus de l’HUC à New York et à Los Angeles. Le programme rabbinique de Cincinnati cessera une fois que tous les étudiants actuellement inscrits auront été ordonnés d’ici la fin de l’année universitaire 2026.

Le plan a été approuvé à une majorité de plus des deux tiers. Son approbation fait suite à des années de baisse des revenus et de baisse des inscriptions à l’école – et des mois de débats houleux au sein de la communauté réformiste.

« Nous reconnaissons la douleur que cette décision entraîne et nous prévoyons de prendre le temps et le soin nécessaires pour que tout soit fait de manière sensible et constructive, en collaboration avec notre communauté », a déclaré le président de l’HUC, Andrew Rehfeld, dans un communiqué reconnaissant la renommée de Cincinnati en tant que centre historique du judaïsme réformé américain.

Rehfeld, la présidente du conseil d’administration Sue Neuman Hochberg et le président élu David Edelson ont qualifié la décision de « première étape » dans un e-mail envoyé à la communauté scolaire deux heures après la fin du vote.

« Ce vote a été une première étape vers un changement transformationnel pour le HUC-JIR et le mouvement réformé – car nous sommes liés par le fait que le judaïsme doit honorer son histoire et sa tradition tout en s’adaptant aux changements fondamentaux du monde qui nous entoure », ont-ils écrit.

Des rabbins fraîchement certifiés du Hebrew Union College à Cincinnati devant le temple de Plum Street. (Crédit : Janine Spang/JTA)

L’HUC a assuré qu’il ne fermera pas son campus de Cincinnati et maintiendra la bibliothèque Klau, le musée Skirball et les archives juives américaines à Cincinnati. Dans les années à venir, selon ce qui est prévu, l’HUC créera également un nouveau programme rabbinique sur le campus.

Le programme court de doctorat de l’école, qui est basé à Cincinnati, sera également proposé dans les années à venir sur ses autres campus, a déclaré Rehfeld à la Jewish Telegraphic Agency le mois dernier.

Le vote a été étroitement surveillé par la communauté de l’HUC au sens large, par les professeurs, le personnel et les anciens élèves au service des congrégations réformées à travers les États-Unis et au-delà. Dans deux lettres ouvertes qui ont circulé dans la communauté de l’HUC durant les semaines précédant le vote, les opposants au plan étaient plus nombreux que les partisans par un facteur d’environ trois contre un.

Les opposants ont déclaré qu’ils considéreraient l’adoption du plan comme un signe d’abandon du mouvement réformé des Juifs non côtiers. Ils ont soutenu que ce projet ne produirait pas suffisamment d’économies pour justifier sa mise en œuvre, qu’il serait discriminatoire à l’encontre des étudiants qui ne peuvent pas étudier dans des villes où le coût de la vie est élevé, et qu’il pourrait potentiellement entrainer de nouvelles fermetures à Cincinnati.

Les opposants ont fait plusieurs efforts ultimes pour éviter l’adoption du plan, notamment en menaçant de geler les dons individuels à l’école ainsi que les cotisations de la congrégation au mouvement réformé s’il était adopté. Le procureur général de l’Ohio a également alerté l’école que ce plan pourrait violer l’accord à but non lucratif, et donc potentiellement justifier l’ouverture d’une enquête.

Aucun membre de la faculté de Cincinnati n’a soutenu la proposition, et l’un d’entre eux l’a publiquement ridiculisée lors d’un discours face au président de l’école. Environ 100 opposants ont assisté au « Rassemblement pour nos rabbins » jeudi soir à Cincinnati, a rapporté la station de radio publique WVXU, où Louise Bettman, l’arrière-arrière-petite-fille du fondateur de l’HUC, le rabbin Isaac Mayer Wise, a pris la parole et a suggéré que la lettre du procureur général pourrait être la dernière et la meilleure chance du groupe de mettre un terme au projet.

Certains professeurs et anciens élèves de l’HUC ont soutenu le projet, que ses auteurs, le rabbin principal de l’HUC Andrea Weiss et le directeur de l’école rabbinique, le rabbin Dvora Weisberg, ont étudié en menant des centaines d’entretiens sur une période de deux ans. Un groupe de rabbins réformés influents s’est engagé à combler tout manque à gagner dans les cotisations de la congrégation encourue en raison du vote du conseil.

Les partisans du projet ont déclaré qu’il aiderait l’école à se réorienter durant cette crise financière et cette crise d’inscription en cours. Au cours des 15 dernières années, les inscriptions sur les trois campus américains de l’HUC ont chuté de 37 %, la plus forte baisse, 60 %, ayant été enregistrée à Cincinnati. Pendant ce temps, le mouvement réformé a vu les cotisations des congrégations chuter des deux tiers au cours de la même période, réduisant la capacité du mouvement à gonfler le budget du séminaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...