Le journal d’Himmler retrouvé dans des archives en Russie
Rechercher

Le journal d’Himmler retrouvé dans des archives en Russie

Le dirigeant des SS nazis a enregistré l’ “efficacité” des moteurs diesel utilisés pour gazer les prisonniers du camp d’extermination de Sobibor

Himmler et sa fille Gudrun vers 1941 (Crédit : Kino Lorber, Ltd.)
Himmler et sa fille Gudrun vers 1941 (Crédit : Kino Lorber, Ltd.)

Dîners, famille, discours et visites de camps de la mort : l’agenda de Heinrich Himmler, publié tout au long de la semaine par le quotidien allemand Bild, détaille avec une précision glaçante le quotidien de l’un des principaux acteurs de l’Holocauste.

Les notes dactylographiées, retrouvées dans les Archives militaires russes de Podolsk, étaient classées sous Dnewnik, journal intime en russe, égrainent parfois au quart d’heure près l’activité frénétique de l’un des dirigeants nazis les plus proches de d’Adolf Hitler et organisateur de l’extermination des juifs.

Les documents « aident à mieux ordonner les évènements et à comprendre qui a participé aux décisions du régime », explique à l’AFP Matthias Uhl, chercheur à l’institut historique allemand de Moscou, qui travaille sur les documents.

« Nous pouvons maintenant dire exactement avec quelle personne Himmler s’est entretenu chaque jour, où il était, et qui étaient ses plus proches conseillers », dit Uhl.

Les documents, retrouvés dans les archives du ministère de la défense russe, couvrent les années 1938, 1943 et 1944, et l’institut allemand compte en publier une version annotée fin 2017 ou début 2018. Les calendriers pour 1941 et 1942 avaient déjà été découverts en 1991 en Russie, où se trouvent plus de 2,5 millions de documents de la Wehrmacht.

Des officiers SS dont Heinrich Himmler dans le camp de concentration de Mauthausen en 1941 (Crédit : CC-BY-SA-3.0-de, Archives fédérales allemandes)
Des officiers SS dont Heinrich Himmler dans le camp de concentration de Mauthausen en 1941 (Crédit : CC-BY-SA-3.0-de, Archives fédérales allemandes)

« On est choqué par le besoin de Himmler de se mêler de chaque petit détail », atteste Uhl.

A travers les documents, on découvre un homme proche de sa famille, tout en orchestrant l’horreur nazie. Le 3 janvier 1943, Himmler se faire faire ainsi un massage thérapeutique, participe à des réunions, téléphone à sa femme et fille avant d’ordonner, vers minuit, la mort de plusieurs familles polonaises.

« Le nombre de contacts, ainsi que les tentatives de Himmler de gagner en influence, grâce à la SS, sur les instances importantes du parti, de l’Etat et de l’armée sont impressionnants », commente encore Uhl.

Selon Bild, Himmler a rencontré plus de 1 600 personnes entre 1943 et 1945. « Il essayait, au cours de la guerre, d’étendre son pouvoir », explique l’historien.

Les secrétaires de Himmler notaient aussi ses visites très régulières de camps : le 10 mars 1938, au lendemain d’une visite à Dachau, Himmler se rend à Sachsenhausen, en région berlinoise, avec le chef de la propagande nazi, Joseph Goebbels. Le 12 février, il inspecte le camp d’extermination de Sobibór.

« Himmler voulait avoir une démonstration de ‘l’efficacité’ de l’extermination au gaz », détaille Bild.

Il écrit en 1943 avoir été témoin de l’ « efficacité » des moteurs diesel utilisés pour gazer les prisonniers du camp d’extermination de Sobibor. Le même jour, les SS avaient organisé un banquet en son honneur, a-t-il noté. Il demande aussi de nouveaux chiens de garde pour le complexe d’Auschwitz, « capables de déchiqueter tout le monde sauf leurs maîtres », selon le Mail.

Dans les extraits publiés par le quotidien, on retrouve aussi des aspects de sa vie privée. Comme le 3 mars 1943, lorsque après une série de rendez-vous et réunions il achève sa journée en « regardant les étoiles » de 00H00 à 00H15.

« L’homme qui a planifié l’holocauste organisait sa vie privée avec obsession. Entre le gaz, les ordres d’exécutions et de milliers de rendez-vous, (il) s’occupait de sa famille, de sa maîtresse, de ses hobbies », relève Bild.

Une des entrées du journal de 1 000 pages d’août 1941 révèle que Himmler, qui était connu pour sa sensibilité à la vue du sang, s’est presque évanoui quand les cerveaux des victimes d’un massacre de masse de juifs au bord d’une fosse près de Minsk ont éclaboussé son manteau, selon le Mail.

En 1945, Himmler avait été capturé par des soldats britanniques dans le nord de l’Allemagne, avec de faux papiers.

Il avait été reconnu pendant son interrogatoire, ce qui l’avait poussé à mordre une capsule de cyanure cachée dans l’une de ses dents. Il était mort quelques instants après.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...