Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Le Magen David Adom aide les survivants de la Shoah à retrouver des proches disparus

La plupart des demandes adressées aux services de recherche émanent de familles ayant vécu la Seconde Guerre mondiale qui espèrent des retrouvailles, ou au moins des informations

Illustration : Un survivant de la Shoah arrive sur un vol de sauvetage pendant la guerre en Ukraine, à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, à la veille de la journée de Yom HaShoah, le 27 avril 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/ Flash90)
Illustration : Un survivant de la Shoah arrive sur un vol de sauvetage pendant la guerre en Ukraine, à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, à la veille de la journée de Yom HaShoah, le 27 avril 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/ Flash90)

Au cours de l’année écoulée depuis le dernier Yom HaShoah en 2022, les services de recherche du Magen David Adom ont reçu 150 demandes d’aide pour localiser des personnes et renouer des liens familiaux. Des dizaines de parents éloignés ont été mis en contact ou des informations ont été découvertes pour permettre à des familles qui se posaient des questions depuis des années de tourner la page.

Dans l’État juif, la plupart des demandes concernent des personnes qui ont disparu pendant la Shoah ou des généalogies familiales qui ont été rompues à cause de cela. Plusieurs générations après la Shoah, les gens veulent connaître le sort de leurs ancêtres ou savoir s’ils ont des cousins dont ils ignorent l’existence.

« En tant que membre à part entière du Mouvement international de la Croix-Rouge depuis 2006, nous coopérons avec les sociétés de la Croix-Rouge d’autres pays et le Comité international de la Croix-Rouge pour localiser les personnes. Nous leur envoyons des demandes et ils nous en envoient d’autres », a expliqué Shulamit Rosenthaler, responsable des services de recherche de MDA.

Les Israéliens savent qu’ils doivent appeler Magen David Adom, l’organisation nationale de secours d’Israël, lorsqu’ils ont besoin d’une assistance médicale d’urgence. Mais ils peuvent également s’adresser à MDA pour retrouver les membres de leur famille dont ils ont été séparés à cause de la guerre ou d’une catastrophe naturelle.

« La plupart de nos travaux concernent la Seconde Guerre mondiale. Nous recevons également des demandes d’Israéliens ou de Juifs d’autres pays qui ont perdu le contact avec des membres de leur famille qui vivaient dans l’Union soviétique et dans d’autres pays situés derrière le rideau de fer. Nous recevons également quelques demandes par an concernant des réfugiés africains et des demandeurs d’asile qui vivent en Israël », a ajouté Rosenthaler.

Au fil des ans, le service de recherche de MDA a reçu 4 150 demandes d’assistance et a réussi à mettre en relation des centaines de parents et à localiser de nombreux documents, ainsi que des tombes. Dans six cas, des frères et sœurs ont été réunis, alors que certains d’entre eux ne se connaissaient pas du tout.

Shulamit Rosenthaler, responsable des services de recherche au Magen David Adom (Crédit : MDA)

Selon Shulamit Rosenthaler, le protocole de recherche exige qu’une personne s’adresse à la société de la Croix-Rouge de son pays. Rosenthal accepte donc les demandes émanant d’Israéliens et les transmet souvent au pays d’origine de la personne recherchée, ou au pays où elle a été connue pour la dernière fois – ou aux deux. Mme Rosenthaler traite elle-même les demandes des sociétés de la Croix-Rouge d’autres pays qui s’adressent à elle parce que les recherches ont un aspect israélien.

« Ceux d’entre nous qui travaillent pour les services de recherche de la Croix-Rouge utilisent toutes les ressources juridiques disponibles dans leur pays. Ici, en Israël, cela signifie visiter des musées et des archives, physiquement et en ligne, et effectuer des recherches sur Internet », a déclaré Mme Rosenthaler.

Elle a souligné que, contrairement à Yad Vashem – Institut international pour la mémoire de la Shoah à Jérusalem, le Services de recherche de MDA (MDA Tracing Services) ne dispose pas d’un registre numérique en ligne ou d’une base de données propre. Il s’appuie donc sur des informations collectées par d’autres institutions en Israël et à l’étranger. Par exemple, les archives Arolsen (anciennement International Tracing Service), avec leurs 30 millions de documents relatifs au sort de 17,5 millions de victimes des persécutions nazies, constituent une ressource inestimable.

Le nombre de survivants de la Shoah en Israël et dans le monde entier ayant fortement diminué, il est urgent de fournir à ceux qui restent et à leurs familles les informations qu’ils recherchent depuis longtemps.

Le travail des services de recherche du MDA « a grandement aidé certaines familles à tourner la page et à soulager ceux qui pensaient que les informations ne seraient jamais trouvées », a déclaré le directeur général du MDA, Eli Bin.

Selon Rosenthaler, les gens sont pleins d’espoir, mais aussi réalistes quant aux chances de réunification des familles si longtemps après la guerre. Cependant, le simple fait de recevoir des informations définitives est réconfortant.

« Les gens veulent simplement savoir ce qui s’est passé », dit-elle.

Les services de recherche de MDA sont joignables par téléphone au +972 (3) 6301464 ou par courrier électronique à l’adresse rfl-imda@mda.org.il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.