Le maire arabe de Nazareth désavoue les députés arabes
Rechercher

Le maire arabe de Nazareth désavoue les députés arabes

Pour le dirigeant de la plus grande ville israélo-arabe, il faut "trouver un moyen de vivre ensemble" ; les députés arabes veulent se rendre au mont du Temple mercredi

Le maire de Nazareth, Ali Salam (Crédit : Flash90)
Le maire de Nazareth, Ali Salam (Crédit : Flash90)

A l’occasion de deux interviews avec la presse israélienne ce dimanche, le maire de Nazareth Ali Salam critique des membres arabes de la Knesset pour leur rôle dans les manifestations violentes de la communauté arabe.

S’exprimant pour la radio militaire, Salam affirme : « Je blâme les dirigeants ; ils sont en train de détruire notre avenir, ils sont en train de détruire la coexistence ».

Salam dirige la plus grande ville israélo-arabe d’Israël. S’il désapprouve les actions israéliennes sur le mont du Temple, il estime que les dirigeants arabes israéliens doivent savoir comment faire entendre leur voix sans nuire à l’idée de coexistence.

« Nous devons trouver un moyen de vivre ensemble. Nous ne pouvons pas combattre ainsi. Nous nous faisons du mal », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec le site Walla.

Une démonstration à Nazareth a tourné à la violence jeudi soir dernier alors que les manifestants ont affronté les forces de sécurité.

Plus de 200 personnes ont pris part à la manifestation, selon les estimations de la police, et le rassemblement a dégénéré en émeute lorsque des manifestants ont mis le feu à des pneus et à des poubelles et ont jeté des pierres sur la police.

Salam a raconté à la radio de l’armée qu’il avait vu le leader de la Liste arabe unie Ayman Odeh à la manifestation.

De la Liste arabe unie, Ayman Odeh, vu avec Masud Gnaim, à gauche, et le député Ahmed Tibi à la réunion hebdomadaire à la Knesset, à Jérusalem, le 29 juin, 2015. (Crédit photo: Miriam Alster / Flash90)
De la Liste arabe unie, Ayman Odeh, vu avec Masud Gnaim, à gauche, et le député Ahmed Tibi à la réunion hebdomadaire à la Knesset, à Jérusalem, le 29 juin, 2015. (Crédit photo: Miriam Alster / Flash90)

« Je lui ai dit : « Allez-vous en. Je ne veux pas vous voir à Nazareth. » ».

Ces déclarations interviennent alors que des députés de la Liste arabe unie ont fait savoir qu’ils se rendraient au mont du Temple ce mercredi.

Ils outrepasseraient ainsi l’interdiction émise par le Premier ministre la semaine dernière, dans laquelle il barrait l’accès aux hommes politiques. La police a pour instruction d’empêcher les députés, juifs ou arabes, d’entrer sur le site sacré.

Le Comité de suivi arabe supérieur, un groupe de coordination arabe israélien, a lui annoncé une grève générale dans la communauté arabe à partir de mardi pour protester contre ce soi-disant projet israélien de diviser le mont du Temple, une accusation qu’Israël nie avec véhémence.

Les entreprises et les écoles devraient également fermer « par identification avec la mosquée al-Aqsa ».

Les dirigeants arabes appellent à une manifestation de masse dans la ville arabe de Sakhnin ce mardi.

Lire l’article sur la députée Hanin Zoabi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...