Le maire de Rio, pro-Israël, arrêté et destitué pour corruption présumée
Rechercher

Le maire de Rio, pro-Israël, arrêté et destitué pour corruption présumée

Marcelo Crivella, qui a inauguré il y a deux semaines un musée de la Shoah, affirme que les accusations portées contre lui constituent une persécution politique

Marcelo Crivella, maire de Rio de Janeiro. (Crédit : Wikimedia Commons)
Marcelo Crivella, maire de Rio de Janeiro. (Crédit : Wikimedia Commons)

Le maire de Rio de Janeiro, l’ancien pasteur évangélique Marcelo Crivella, a été arrêté et destitué mardi, la justice le soupçonnant d’avoir dirigé un système de corruption au sein de la municipalité de la deuxième ville du Brésil, a confirmé le parquet à l’AFP.

Vaincu aux élections municipales de novembre, alors qu’il avait le soutien du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, M. Crivella s’est déclaré la cible d’une « persécution politique ».

À neuf jours de la fin de son mandat, M. Crivella a été interpellé à 6h du matin à son domicile du quartier cossu de Barra de Tijuca, selon la chaîne GloboNews.

Après la confirmation de son placement en détention provisoire, il a été emmené dans une prison du nord de la ville. Mais quelques heures plus tard, le président de la Cour supérieure de Justice, Humberto Martins, lui a accordé une assignation à résidence.

Le juge Martins a considéré que le placement en détention provisoire n’était pas « justifié », en soulignant que M. Crivella, âgé de 63 ans, faisait « partie du groupe à risque face au COVID-19 », a indiqué la Cour dans un communiqué.

Il pourra donc rester chez lui, muni d’un bracelet électronique.

Crivella, qui a posé la pierre angulaire du mémorial de la Shoah à Rio en 2017, a nié tout méfait et a déclaré qu’il était la cible de persécutions politiques.

« Je suis le maire qui a le plus agi contre la corruption à Rio de Janeiro. Je demande justice », a déclaré aux journalistes M. Crivella.

Teresa Bergher, membre du conseil municipal de Rio, veuve de l’ancien membre du conseil qui a conceptualisé l’idée du mémorial de la Shoah, a commenté l’arrestation sur les réseaux sociaux.

Capture d’écran d’une vidéo de Teresa Bergher, membre du conseil municipal de Rio de Janeiro. (YouTube)

« Bien qu’ayant été opposée à son gouvernement, inspectant et soulignant les innombrables erreurs de son administration, j’avoue avoir été triste et même déprimée face à son arrestation », a-t-elle écrit sur Facebook.

Bergher, réélue récemment, a qualifié Crivella de « maire le plus incompétent de l’histoire » et a publié une lettre ouverte le condamnant pour avoir inauguré un mémorial inachevé quelques jours avant la fin de son mandat.

Le maire de droite a dirigé l’inauguration du mémorial de la Shoah de Rio le 13 décembre dernier aux côtés de l’ambassadeur d’Israël, Yossi Shelley, et du président juif de la Cour suprême du Brésil, Luiz Fux.

« Aujourd’hui, la ville de Rio de Janeiro est magnifiée, digne, anoblie et libérée de l’absence d’un hommage juste », avait déclaré Crivella à la Jewish Telegraphic Agency.

Crivella est un ecclésiastique évangélique qui a reçu en mars la plus haute distinction accordée par la communauté juive de la deuxième plus grande ville du Brésil pour son soutien aux causes juives. Un mois auparavant, son épouse avait représenté le maire lors de la cérémonie d’inauguration d’une place publique nommée en l’honneur du défunt Rabbi de Loubavitch. Il se serait rendu en Israël une quarantaine de fois.

En 2019, Crivella a rejoint une initiative juive mondiale visant à sensibiliser à la Shoah et aux dangers de l’antisémitisme. Il a réuni le personnel municipal pour prendre une photo de groupe en tenant une affiche avec le hashtag #WeRemember.

Les employés municipaux de Rio de Janeiro avec le maire Marcelo Crivella, posent pour une photo pour la campagne #WeRemember, le 18 janvier 2019. (Crédit : JTA)

En 2018, Crivella a chanté devant un public de 4 000 personnes et a fait don de la totalité des recettes au financement du mémorial de la Shoah.

Deux ans plus tôt, l’ancien sénateur avait célébré en Israël sa victoire à la mairie. Il avait notamment rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le maire de Jérusalem, Nir Barkat.

Plusieurs autres personnes ont été arrêtées au cours de la même opération, dont l’homme d’affaires Rafael Alves, soupçonné d’être le cerveau de l’affaire. Ce dernier est le frère de Marcelo Alves, ancien président de l’agence municipale de tourisme Riotur.

Mauro Macedo, ex-trésorier de campagne de M. Crivella, a également été arrêté. Il est le cousin du pasteur évangélique Edir Macedo, fondateur de l’Eglise universelle du Royaume de Dieu (IURD, néo-Pentecôtiste), dont le maire de Rio est un neveu.

Selon l’enquête, qui a débuté en 2018, les entreprises qui voulaient conclure des contrats avec Riotur remettaient des chèques à Rafael Alves.

M. Crivella passera le 1er janvier le relais à Eduardo Paes (MDB, centre-droit), qui l’a très largement battu aux élections de novembre (avec 64 % des voix contre 36 %).

Tout au long de son mandat, M. Crivella a fait l’objet de plusieurs procédures visant sa mauvaise gestion, accusé de mélanger politique et religion et de favoriser les membres de son église.

En juillet 2018, selon le journal O Globo, il avait ainsi promis lors d’une rencontre avec des pasteurs évangéliques que les fidèles de l’IURD auraient la priorité pour les opérations de la cataracte dans les cliniques municipales.

Le bureau du procureur a récemment ouvert une enquête sur l’utilisation présumée de l’Église universelle du Royaume de Dieu pour blanchir l’argent de la corruption.

Après avoir été au centre des attentions du monde entier avec la réception de grands événements sportifs comme la finale du Mondial 2014 et les Jeux Olympiques de 2016, Rio de Janeiro a plongé dans une grave crise politique et financière.

Le gouverneur de l’Etat de Rio, Wilson Witzel, a été destitué fin août pour corruption présumée. Avant lui, les cinq derniers gouverneurs de Rio ont eu des démêlés avec la justice et quatre d’entre eux ont même fait de la prison.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...