Rechercher

Le ministère de la Santé ouvre au public un panel sur la vaccination des 5-11 ans

Les membres du panel du Centre israélien de contrôle des maladies répondront aux questions soumises avant le débat ; les inoculations des enfants devraient commencer mi-novembre

Illustration : Une jeune fille reçoit un vaccin COVID-19 dans un établissement temporaire des services de santé Clalit à Jérusalem, le 15 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Une jeune fille reçoit un vaccin COVID-19 dans un établissement temporaire des services de santé Clalit à Jérusalem, le 15 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a annoncé vendredi qu’il ouvrirait au public sa prochaine table ronde sur les vaccins contre le COVID-19, pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, qui sera diffusée en direct, et que le panel répondrait aux questions d’un groupe de 20 personnes présélectionnées.

« Le Centre israélien de contrôle des maladies [ICDC] a décidé de diffuser le débat en direct et d’inviter le public à exprimer sa position aux membres de la commission et à poser des questions aux experts, dans le cadre d’un processus transparent sur le sujet », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Il a ajouté que l’ICDC ne ferait pas sa recommandation finale sur le vaccin pour les 5-11 ans pendant le débat à venir – qui doit avoir lieu jeudi à 15 heures – mais qu’il se prononcerait à une date ultérieure.

Les personnes qui souhaitent faire partie du panel peuvent soumettre une demande et motiver leur participation. Au total, 20 personnes du public seront sélectionnées au hasard et disposeront de trois minutes chacune pendant le débat, a indiqué le ministère.

Le ministère a également indiqué que le public peut soumettre des questions relatives à l’audience, dont certaines seront traitées par les membres de la commission.

Des responsables du ministère de la Santé ont déclaré qu’Israël pourrait autoriser l’administration de vaccins contre le coronavirus aux enfants âgés de 5 à 11 ans à partir de la mi-novembre, suite à l’approbation de ces vaccins par les autorités réglementaires américaines. Mardi, une commission consultative de la Food and Drug Administration (FDA) américaine a voté à l’unanimité moins une abstention, estimant que les avantages du vaccin pour la prévention du COVID-19 dans ce groupe d’âge l’emportaient sur les risques potentiels.

Un agent de santé prépare un vaccin COVID-19 dans un centre de soins de santé Clalit à Jérusalem, le 30 septembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En Israël, les vaccins Pfizer complets sont déjà recommandés pour toute personne âgée de plus de 12 ans, mais les pédiatres et de nombreux parents attendent avec impatience une protection pour les enfants plus jeunes afin d’endiguer les infections de la variante Delta extra-contagieuse et d’éviter aux enfants les quarantaines et leur permettre de rester à l’école.

Les vaccins pour les enfants de moins de 12 ans devraient représenter un tiers de la dose pour les adultes.

Israël semble être à la fin de sa quatrième vague de coronavirus, car les nouvelles infections et les cas graves ont diminué au cours des dernières semaines.

Le ministère de la Santé a déclaré vendredi que seulement 651 nouveaux cas de coronavirus avaient été confirmés la veille, avec un taux de dépistage positif de 0,92 %.

Il y avait 9 354 cas actifs, dont 325 patients hospitalisés. Parmi eux, 227 étaient dans un état grave, dont 133 sous respirateur.

Le nombre total de décès dus au COVID en Israël depuis le début de la pandémie s’élève à 8 081.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...