Le ministre des Affaires étrangères égyptien s’entretient avec Ashkenazi
Rechercher

Le ministre des Affaires étrangères égyptien s’entretient avec Ashkenazi

Sameh Shoukry a également appelé son homologue palestinien, dans le cadre des efforts visant à renouveler le processus de paix

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, à gauche, lors d'une déclaration conjointe avec le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki, à Ramallah, en Cisjordanie, le lundi 20 juillet 2020. (Crédit : Mohamad Torokman / Pool via AP)
Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, à gauche, lors d'une déclaration conjointe avec le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki, à Ramallah, en Cisjordanie, le lundi 20 juillet 2020. (Crédit : Mohamad Torokman / Pool via AP)

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry s’est entretenu mercredi après-midi avec ses homologues israélien et palestinien dans le cadre d’une tentative de préparation d’une réunion destinée à « faire avancer la paix dans la région », selon un communiqué du ministère égyptien des Affaires étrangères.

Selon le communiqué, les trois diplomates de haut niveau – Shoukry, Gabi Ashkenazi, ministre israélien des Affaires étrangères, et Riyad al-Maliki, ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne – ont échangé avant une réunion avec la France, l’Allemagne, la Jordanie et l’Égypte visant à « discuter de nouvelles façons de faire avancer le processus de paix ».

Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a déclaré ces dernières semaines qu’il cherchait à organiser une « conférence internationale de paix » sous les auspices des Nations unies et du Quartet pour le Moyen-Orient – composé de l’ONU, des États-Unis, de la Russie et de l’Union européenne – en vue d’établir un État palestinien.

« Une coordination est en cours au niveau des deux ministres des Affaires étrangères ainsi qu’avec la partie palestinienne dans le cadre de la préparation nécessaire à la réunion du Quartet », a déclaré mercredi le ministère égyptien des Affaires étrangères dans son communiqué.

Jusqu’à présent, cependant, peu de progrès publics ont été effectués pour engager Israël dans cette initiative voulue par Abbas.

Les Israéliens et les Palestiniens se sont engagés à plusieurs reprises dans des pourparlers bilatéraux depuis la signature des premiers accords entre les deux parties dans les années 1990. Chaque série de prétendues négociations sur le statut final – souvent effectuées sous les auspices américains – pour mettre fin au conflit s’est jusqu’à présent terminée par des récriminations des deux côtés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...