Le nombre de cas quotidien dépasse 1 500 – une première depuis le déconfinement
Rechercher

Le nombre de cas quotidien dépasse 1 500 – une première depuis le déconfinement

Le taux de positivité est stable à 2,2 % : le nombre de patients sous respirateurs frôle la centaine ; un groupe de travail avertit qu'Israël est à l'aune de la troisième vague

Des Israéliens portant le masque attendent au Mamilla Mall de Jérusalem, le 1er décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens portant le masque attendent au Mamilla Mall de Jérusalem, le 1er décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministère de la Santé a fait état de plus de 1 500 nouveaux cas de coronavirus sur la journée de mercredi, le chiffre le plus élevé depuis le 15 octobre, quand Israël était encore en plein confinement national.

Selon le ministère, 1 523 cas ont été confirmés. Cette hausse peut en partie être imputée à l’augmentation du nombre de tests : près de 69 000 tests de dépistage ont été effectués mercredi. Il s’agit du chiffre le plus haut, depuis le début de la pandémie, mais le taux de positivité est resté stable, à 2,2 %.

Le nombre de cas actifs est de 11 751, dont 267 dans un état grave.

Autre signe de la résurgence du virus, le nombre de personnes sous ventilateur est remonté à 99, après être passé sous la barre des 100 la semaine dernière pour la première fois depuis le 1er août.

Le bilan depuis le début de la pandémie est monté à 2 883.

A Jérusalem – plus grande ville du pays et qui compte le plus de cas – on dénombrait plus de 1 600 cas actifs mercredi, le chiffre le plus haut depuis fin octobre. Aucune autre ville en Israël n’a dépassé les 500 cas actifs.

La dernière fois que le taux d’infection quotidien a été aussi élevé remonte à la mi-octobre, où les Israéliens ont été confinés pendant quatre semaines et les déplacements restreints à moins d’un kilomètre du domicile. Le gouvernement a commencé à lever certaines de ces restrictions quelques jours plus tard, mais a averti qu’elles pourraient être inversées si le nombre de cas augmentait à nouveau.

La recrudescence des infections survient alors que le gouvernement continue d’assouplir de nombreuses règles instaurées pour le deuxième confinement national qui a débuté à la mi-septembre, avec la reprise des cours en présentiel pour les lycéens dimanche, des semaines après les plus jeunes, et certains centres commerciaux étant autorisés à rouvrir la semaine dernière. Certains musées ont également rouvert mardi dans le cadre d’un programme pilote.

Des employés du musée de Tel Aviv préparent la réouverture, après le confinement, le 1er décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Jeudi, un rapport d’un groupe de travail militaire a indiqué qu’Israël était à l’aune d’une troisième vague. Le rapport souligne que le nombre de cas a atteint le millier, en moyenne hebdomadaire. L’augmentation du nombre de cas quotidien n’a quasiment pas était affecté par le nombre de tests pratiqués, a souligné le rapport.

Le groupe de travail a également mis en avant la hausse du nombre de cas chez les Israéliens de plus de 60 ans, qui a atteint 14 % ce mois-ci, et a prédit une augmentation du nombre d’hospitalisations d’ici une semaine.

Le rapport exhorte le gouvernement à restaurer certaines restrictions pour enrayer la propagation du virus.

La docteure Sharon Alroy-Preis, à la tête de la Division des services de santé publique au sein du ministère, a déclaré jeudi qu’elle espérait qu’Israël évite un troisième confinement.

Dans une interview accordée au radiodiffuseur Kan, Alroy-Preis a averti que d’autres pays, notamment les Emirats Arabes unis avec qui Israël a récemment normalisé ses relations – pourrait prochainement devenir un « pays rouge », ce qui aura pour conséquence d’imposer aux arrivants de ce pays de s’isoler.

Elle a également affirmé qu’Israël entrait dans ce troisième volet de la pandémie avec des chiffres qui ont triplé en quatre semaines.

Sharon Alroy-Preis. (Autorisation)

Mercredi, un rapport du centre de crise sur le coronavirus du Conseil national de sécurité a déclaré que le taux de reproduction de base du virus – le nombre moyen de personnes que chaque porteur du virus infecte – est de 1,19 à l’échelle nationale, soit près du double en un peu plus d’un mois.

Le nombre de reproduction de base ou R0 est un indicateur de la vitesse de propagation du virus dans la population. Le ministère de la Santé a fixé à 0,8 le seuil pour sortir du confinement en septembre. Il est descendu à 0,7 fin octobre, suite aux restrictions, mais est en augmentation depuis.

Selon le rapport, le virus se propage moins vite dans les secteurs majoritaires arabes et ultra-orthodoxes, avec des taux de reproduction de 1,16 et 1,06 respectivement. Le R0 dans le reste de la population est de 1,21.

Les chiffres représentent le taux d’infection estimé dix jours auparavant

Des Israéliens dans une file d’attente devant un magasin de vêtements faisant la promotion du Black Friday à Tel Aviv, le 25 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90).

Mercredi matin, le vice-ministre de la Santé, Yoav Kisch, avait fait savoir que son ministère allait recommander la mise en place d’un couvre-feu nocturne pendant Hanoukka et Noël.

Il s’est exprimé après qu’Alroy-Preis a averti que l’Etat juif entrait dans une troisième vague d’infections à la COVID-19, avertissant que le taux de morbidité croissant allait encore augmenter et que les chiffres sont « très inquiétants ».

L’avertissement d’Alroy-Preis rejoint celui qui a été lancé par le responsable de la lutte contre le coronavirus dans le pays, Nachman Ash, qui a averti mardi qu’Israël était en « état d’urgence » en raison du nombre croissant de contaminations.

Une mise en garde qui a été toutefois repoussée par le directeur-général du ministère de la Santé, Chezy Levy.

« Nous ne sommes pas dans une situation d’urgence pour le moment », a asséné Levy devant les caméras de la Douzième chaîne. « La hausse du taux de morbidité nous y mènera probablement – et peut-être même à grandes enjambées – mais nous n’y sommes certainement pas encore ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...