Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Le nouveau chef de la police de Tel Aviv rencontre des leaders des manifestations

Peretz Amar leur aurait dit qu'il n'a pas l'intention "d'envenimer la situation" et qu'il entend "trouver un équilibre" entre le droit à manifester "et la liberté de mouvement"

Le nouveau chef de la police de Tel Aviv, Peretz Amar, lors d'une cérémonie de passation des pouvoirs, à Tel Aviv, le 19 juillet 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le nouveau chef de la police de Tel Aviv, Peretz Amar, lors d'une cérémonie de passation des pouvoirs, à Tel Aviv, le 19 juillet 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le nouveau commandant du district de police de Tel Aviv, Peretz Amar, a rencontré mardi deux des leaders de la contestation de la ville, a rapporté Haaretz. La réunion avec Moshe Radman et Ami Dror s’est tenue dans le bureau d’Amar. Des sources policières ont déclaré qu’Amar leur avait dit qu’à son avis, certains des moyens récemment utilisés contre les manifestants étaient « inutiles ».

Radman et Dror ont tous deux été brièvement arrêtés lors des manifestations de cette semaine.

Amar leur aurait dit qu’il n’avait pas l’intention « d’envenimer la situation » et qu’il entendait « trouver un équilibre » entre le droit de manifester « et la liberté de mouvement ».

Amar leur a également dit qu’il ne déploierait pas de moyens de dispersion des émeutes à Tel Aviv contre les manifestants et les a interrogés sur les projets des manifestants de bloquer l’autoroute Ayalon, un point central des affrontements dans la ville.

Radman et Dror ont dit à Amar qu’ils attendaient de la police qu’elle réduise le niveau de violence et qu’elle « ne devienne pas un outil dans les mains de Ben Gvir ».

La police a confirmé la tenue de cette réunion, la première du genre entre le commandant de la police régionale de Tel Aviv et les manifestants.

Le leader de l’opposition Yaïr Lapid avait demandé plus tôt dans la journée de mercredi au chef de la police israélienne Kobi Shabtaï d’ordonner à la police de respecter les participants aux manifestations anti-gouvernement, suite à une série d’incidents violents survenus lors de récentes manifestations.

Dans une déclaration, Lapid a demandé à la police de « respecter les centaines de milliers de citoyens qui expriment leurs droits démocratiques, d’affiner les procédures d’utilisation de la force, d’enquête et d’arrestation, et surtout d’ignorer les appels politiques dont le but est de conduire à une grave division au sein du peuple ».

« Ce sera un désastre si, dans l’État d’Israël, la police devient un outil entre les mains d’un criminel condamné, utilisé pour réaliser les politiques violentes et anti-démocratiques d’un ministre messianique », indique la déclaration en référence au ministre d’extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir.

La police doit agir avec maturité et responsabilité et dépasser le désir du ministre de « remplir [l’hôpital] Ichilov de blessés », une référence à une remarque d’Amichai Eshed, l’ancien chef de la police de Tel Aviv, qui a démissionné en juillet après plus de trente ans de service.

Shabtaï a démenti les affirmations de certains militants selon lesquelles les actions des forces de l’ordre sont devenues plus violentes ces dernières semaines sous l’influence de Ben Gvir. Ce dernier a exigé à maintes reprises une répression plus stricte à l’égard des manifestants. Ben Gvir est à l’origine du départ d’Eshed, qui s’est publiquement opposé au traitement brutal à l’encontre des manifestants.

Amar avait pour sa part commenté mardi les images de policiers qui auraient fait un usage excessif de la force contre des manifestants opposés à la refonte judiciaire du gouvernement.

« Je suis désolé pour ces photos inappropriées. Aucun des policiers ne voulait ces photos », avait-il dit lors d’une cérémonie de passation de pouvoirs pour les hauts responsables des forces de l’ordre dans le sud du pays.

« Les policiers travaillent tous les samedis [lors des manifestations] sous une chaleur terrible, dans des conditions insupportables. Des groupes militants ont attaqué les policiers », avait-il justifié.

Lors de la même cérémonie, également en présence de Ben Gvir, Shabtaï a assuré qu’il n’y avait pas eu de changement de politique à l’égard des manifestations en cours.

« Je veux rassurer les habitants de Tel Aviv en leur disant qu’il n’y a pas de changement de politique. Elle n’a pas changé », a déclaré Shabtaï. « Nous comprenons que nous sommes destinés à servir de brise-lames pour tous les maux de l’État d’Israël. Notre tâche consiste à préserver la démocratie. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.