Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Le plan Biden de lutte contre l’antisémitisme appelle à des réformes en ligne

La stratégie vise à rationaliser le signalement des crimes de haine, à stimuler l'éducation, à responsabiliser les réseaux sociaux et à éviter d'adopter la définition de l'IHRA

Le président américain Joe Biden prenant la parole lors d'une réception organisée pour célébrer Rosh Hashanah dans la salle Est de la Maison Blanche, à Washington, le 30 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh/Dossier)
Le président américain Joe Biden prenant la parole lors d'une réception organisée pour célébrer Rosh Hashanah dans la salle Est de la Maison Blanche, à Washington, le 30 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh/Dossier)

JTA – Le président américain Joe Biden a dévoilé une stratégie large et à multiples facettes pour combattre l’antisémitisme aux États-Unis, qui s’étend des terrains de basket aux communautés agricoles, des campus universitaires aux services de police.

« Nous devons dire clairement et avec fermeté que l’antisémitisme et toutes les formes de haine et de violence n’ont pas leur place en Amérique », a déclaré Biden dans une vidéo pré-enregistrée. « Le silence est synonyme de complicité. »

Le document de 60 pages et sa liste de plus de 100 recommandations s’étendent à l’ensemble du gouvernement, exigeant des réformes dans pratiquement tous les secteurs de l’exécutif en l’espace d’un an. Il a été élaboré après consultation de plus d’un millier d’experts et couvre un large éventail de stratégies, allant de l’augmentation des fonds alloués à la sécurité à une série d’efforts en matière d’éducation.

Le plan est en cours d’élaboration depuis décembre, et la Maison Blanche a consulté de grandes organisations juives tout au long du processus. Le document final contient des propositions que les groupes juifs défendent depuis longtemps, ainsi que des initiatives qui ont agréablement surpris les dirigeants des organisations juives, dont la plupart ont fait l’éloge lors de sa publication.

Parmi les propositions réclamées par les dirigeants juifs figurent des recommandations visant à rationaliser le signalement des crimes de haine par les services de police locaux, étatiques et fédéraux, ce qui permettra au gouvernement d’évaluer avec précision l’ampleur des crimes de haine. La proposition recommande également au Congrès de doubler les fonds mis à la disposition des organisations à but non lucratif pour les mesures de sécurité, en les faisant passer de 180 millions de dollars à 360 millions de dollars.

Cette proposition qui, si elle est adoptée, pourrait être particulièrement ambitieuse – et controversée – est un appel au Congrès pour qu’il adopte des « réformes fondamentales » d’une disposition qui protège les plateformes de réseaux sociaux de toute responsabilité pour le contenu que les utilisateurs publient sur leurs sites. Le plan indique que les entreprises de réseaux sociaux devraient avoir une « politique de tolérance zéro à l’égard des discours haineux sur leurs plateformes ».

En outre, le plan appelle à une action en partenariat avec une série d’agences gouvernementales et d’entités privées. Il indique que le gouvernement travaillera avec les ligues sportives professionnelles pour éduquer les fans sur l’antisémitisme et tenir les athlètes responsables de leurs actions, à la suite d’exemples de discours antisémites prononcés par des personnalités telles que la star de la NBA Kyrie Irving ou le joueur de la NFL DeSean Jackson.

Le gouvernement s’associera également à des musées et bibliothèques ruraux pour sensibiliser leurs visiteurs à l’héritage juif et à l’antisémitisme. Enfin, le plan prévoit des mesures à prendre par un certain nombre de ministères, du ministère des Anciens combattants au ministère de l’Agriculture (USDA).

« Il s’agit d’une approche pangouvernementale qui va de ce que l’on pourrait considérer comme des choses évidentes, telles que l’augmentation des subventions [de sécurité] et des ressources pour le ministère de la Justice et le FBI », a déclaré Nathan Diament, directeur de l’Union orthodoxe à Washington. « Mais cela va jusqu’à des choses que le ministère du Travail et l’administration des petites entreprises peuvent faire en matière d’éducation à l’antisémitisme, que la Fondation nationale des sciences humaines et le Conseil du président pour les sports et la condition physique peuvent faire en ce qui concerne les institutions avec lesquelles ils traitent. »

Un ensemble d’organisations juives de gauche et de centre-droit ont fait écho à ces sentiments en accueillant le plan avec enthousiasme, marquant un changement par rapport aux dernières semaines au cours desquelles elles étaient divisées sur la façon dont le plan devait définir l’antisémitisme. Cependant, une poignée de groupes de droite ont critiqué la stratégie, affirmant que la définition choisie de l’antisémitisme distillait le terme.

Malgré ce front relativement uni, certains éléments de la stratégie risquent d’alimenter une controverse plus large – parmi un large éventail de groupes partenaires nommés dans le plan, on trouve le Conseil des relations américano-islamiques, dont les critiques acerbes à l’égard d’Israël ont conduit à des relations pour le moins tendues avec les organisations juives centristes. L’appel à imposer des limites aux plateformes de réseaux sociaux pourrait également contrarier les défenseurs de la liberté d’expression.

Joe Biden a rappelé, comme il le fait souvent, qu’il avait décidé de se présenter à l’élection présidentielle suite au manque de condamnation de l’ancien président américain Donald Trump concernant les néo-nazis qui avaient organisé une marche meurtrière à Charlottesville, en Virginie, en 2017.

« Des épisodes répétés de haine – notamment de nombreuses attaques contre des Américains juifs – ont depuis suivi Charlottesville, ébranlant notre conscience morale en tant qu’Américains et remettant en question les valeurs pour lesquelles nous nous tenons en tant que nation », a écrit Biden dans une introduction au rapport.

L’administration avait lancé cette initiative en décembre dernier, après des années au cours desquelles des groupes juifs et le FBI avaient fait état d’une forte augmentation des incidents antisémites. La stratégie devait à l’origine être présentée lors de la célébration du Mois de l’héritage juif américain la semaine dernière, mais elle a été retardée, en partie à cause de querelles internes de dernière minute sur l’acceptation ou non d’une définition de l’antisémitisme qui, selon certains membres de la gauche, entravait la liberté d’expression au sujet d’Israël. Certains groupes de droite ont vivement critiqué la nouvelle stratégie pour ne pas avoir accepté cette définition à l’exclusion d’autres.

Le rabbin Levi Shemtov, vice-président exécutif de l’association American Friends of Lubavitch (Habad Loubavitch), s’est félicité de l’ampleur du plan et a déclaré que le débat semblait produire des résultats.

« La Maison Blanche a pris cela très au sérieux. Le fait que quelque chose soit encore en cours d’élaboration est souvent un euphémisme pour dire que l’on ne se préoccupe pas de la question », a-t-il déclaré. « Dans le cas présent, il semble que cela ait abouti à un résultat encore plus complet et, espérons-le, plus efficace. »

Illustration : Des véhicules de police et de sécurité communautaire lors d’un événement juif à Brooklyn, à New York, le 19 mai 2022. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Certaines initiatives du plan visent moins à lutter directement contre l’antisémitisme qu’à promouvoir la tolérance et l’éducation à l’égard des Juifs. L’administration Biden s’efforcera de garantir des aménagements pour l’observance religieuse juive, selon la fiche d’information qui l’accompagne, et « le ministère de l’Agriculture s’efforcera de garantir l’égalité d’accès à tous les programmes alimentaires de l’USDA pour les clients de l’USDA ayant des besoins alimentaires religieux, y compris des besoins alimentaires casher et halal ».

Jonathan Greenblatt, directeur-général de l’Anti-Defamation League (ADL), qui a été étroitement consulté sur cette stratégie, a déclaré que la promotion de l’inclusion était aussi importante que la lutte contre l’antisémitisme.

« La FEMA [Agence fédérale des situations d’urgence] va-t-elle résoudre le problème de l’antisémitisme en fournissant des provisions casher après les catastrophes ? Non.  Mais (…) c’est une reconnaissance de la pluralité des communautés et de la nécessité de traiter les Juifs comme n’importe quelle autre communauté minoritaire, et je m’en réjouis. »

Au cours des mois qui ont suivi la table ronde organisée par Doug Emhoff – le mari de la vice-présidente Kamala Harris – lui-même juif, pour lancer l’initiative, l’administration Biden a cessé de se concentrer sur la menace de l’antisémitisme d’extrême-droite pour mettre en évidence ses manifestations dans d’autres sphères, notamment dans le cadre de l’activisme anti-Israël sur les campus et le ciblage des Juifs visiblement religieux dans le nord-est du pays. Ces facteurs étaient évidents dans la stratégie.

Doug Emhoff, mari de la vice-présidente Kamala Harris, annonçant le président américain Joe Biden lors de la célébration du Mois du patrimoine juif américain dans la salle Est de la Maison Blanche, à Washington, le 16 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

« Certains Juifs, en particulier les Juifs orthodoxes traditionnels, sont pris pour cible lorsqu’ils marchent dans la rue », indique la stratégie dans son introduction. « Les étudiants et les éducateurs juifs sont la cible de moqueries et d’exclusions sur les campus universitaires, souvent en raison de leurs opinions réelles ou supposées sur l’État d’Israël. »

La proposition qui risque de susciter la controverse au-delà du judaïsme américain est l’appel de l’administration Biden à réformer le secteur technologique, qui fait écho aux recommandations bipartites visant à modifier la section 230, une disposition de la loi américaine qui accorde aux plateformes l’immunité pour ne pas être tenues responsables du contenu publié par les utilisateurs. Les défenseurs de la liberté d’expression et les entreprises elles-mêmes affirment que si le gouvernement devait contrôler la liberté d’expression en ligne, il dévierait vers la censure.

« Les entreprises technologiques ont un rôle essentiel à jouer et c’est pourquoi la stratégie contient dix appels distincts aux entreprises technologiques pour qu’elles établissent une politique de tolérance zéro à l’égard des discours haineux sur leurs plateformes, pour qu’elles s’assurent que leurs algorithmes ne transmettent pas de discours haineux et de contenus extrémistes aux utilisateurs et pour qu’elles écoutent plus attentivement les groupes juifs afin de mieux comprendre comment l’antisémitisme se manifeste sur leurs plateformes », a déclaré Elizabeth Sherwood-Randall, la principale conseillère de Biden en matière de sécurité intérieure, lors d’une réunion d’information de 30 minutes sur la stratégie, jeudi. « Le président a également demandé au Congrès de supprimer l’immunité spéciale accordée aux plateformes en ligne et d’imposer des exigences de transparence plus strictes afin de garantir que les entreprises technologiques suppriment les contenus qui violent leurs conditions de service. »

Dans les semaines qui ont précédé le lancement du plan, un débat a fait rage en ligne et en coulisses parmi les organisations juives et les activistes sur la manière dont le plan définirait l’antisémitisme. Les groupes centristes et de droite ont fait pression pour que le plan adopte la définition de l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA). Parmi les exemples de sectarisme antisémite qu’elle propose, il y a ceux qui mettent l’accent sur les cas où la critique d’Israël est antisémite, y compris les cas où les « doubles standards » appliqués à Israël sont antisémites.

Les défenseurs de la gauche affirment que ces clauses transforment une critique légitime d’Israël en discours de haine ; ils ont préféré inclure des références au document Nexus, une définition rédigée par des universitaires qui reconnaît l’IHRA mais cherche à la compléter en précisant comment l’expression anti-Israël peut être antisémite dans certains cas, et pas dans d’autres. D’autres ont cherché à inclure la déclaration de Jérusalem sur l’antisémitisme, qui rejette les exemples liés à Israël de l’IHRA.

Un panneau pour une campagne contre l’antisémitisme, à New York, le 12 août 2021. (Crédit : Luke Tress/Flash90)

En fin de compte, la stratégie indique que le gouvernement américain reconnaît la définition de l’IHRA comme étant « la plus importante » et « apprécie le document Nexus et note d’autres efforts de ce type ».

Un certain nombre de groupes centristes ont insisté pour que la référence à l’IHRA soit exclusive, notamment la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines et le Centre Simon Wiesenthal. Ces groupes ont fait l’éloge de la stratégie et se sont concentrés uniquement sur l’adoption de l’IHRA. Il en va de même pour l’ambassadeur d’Israël à Washington, Michael Herzog.

« Je voudrais féliciter l’administration Biden pour avoir publié la toute première stratégie nationale de lutte contre l’antisémitisme », a écrit Herzog sur Twitter. « Merci, @POTUS, d’avoir donné la priorité à la nécessité de lutter contre l’antisémitisme sous toutes ses formes. Nous saluons la reprise de la définition de @TheIHRA qui est la définition de référence de l’antisémitisme. »

Certains groupes de centre-droit, comme Bnai Brith International, StandWithUs et le Congrès juif mondial, ont salué la stratégie tout en regrettant l’inclusion de Nexus. Des groupes de droite, tels que la Coalition juive républicaine (RJC) et les Chrétiens unis pour Israël, l’ont condamnée.

La RJC a déclaré que Biden avait « raté le coche » en n’utilisant pas exclusivement la définition de l’IHRA. Le Centre Brandeis, qui défend les groupes pro-Israël et les étudiants sur les campus, a déclaré que « la substance n’est pas à la hauteur ».

Les groupes de gauche, cependant, ont largement salué la stratégie. « Nous appelons nos communautés juives à saisir ce moment historique et à s’appuyer sur cette nouvelle stratégie pour s’assurer que la lutte pour la sécurité des Juifs est une lutte pour une Amérique meilleure et plus sûre pour tous », a déclaré un communiqué de six groupes de gauche dirigé par Jews For Racial & Economic Justice (Juifs pour la justice raciale et économique).

Greenblatt a déclaré qu’il était prévisible que les groupes de gauche se réjouissent de cette victoire et que les groupes de droite se plaignent, mais que cela n’avait rien à voir avec la question. L’IHRA, a-t-il dit, fait désormais partie de la politique américaine.

« Ce document élève et fait progresser l’IHRA en tant que moyen de formulation de la politique américaine à l’avenir et dans toutes les agences », a déclaré Greenblatt. « C’est une victoire. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.