Rechercher

Le prix de l’essence va baisser mercredi à minuit, mais pas autant que prévu

Le ministère des Finances a annoncé une réduction de 20 à 30 agorot par litre, ce qui portera le prix à son niveau le plus bas depuis plus d'un an

Illustration d'une voiture en train de faire le plein dans une station-service, à Jérusalem, le 11 mars 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)
Illustration d'une voiture en train de faire le plein dans une station-service, à Jérusalem, le 11 mars 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Le ministère des Finances a annoncé mardi matin qu’il avait décidé, en collaboration avec le Trésor, de réduire le prix de l’essence à la pompe de 20 à 30 agorot, soit moins que la baisse initialement prévue, mais suffisamment pour que le coût du litre soit le plus bas depuis plus d’un an.

Le montant exacte de la réduction sera annoncé plus tard mardi et entrera en vigueur à minuit mercredi soir.

À l’origine une réduction de 30 à 40 agorot était attendue.

Le coût par litre descendra à environ 6,30 shekels, soit le prix le plus bas depuis juin 2021.

Il s’agira de la deuxième réduction au cours des deux derniers mois, réduisant le prix par litre de près de 2 shekels.

Le prix actuel est de 6,58 shekels pour un litre d’essence en libre-service. Les prix ont atteint un pic en juin, à 8,08 shekels par litre, mais ont depuis baissé chaque mois.

La baisse des prix résulte de la réduction du droit d’accise sur l’essence, annoncée par le ministre des Finances Avigdor Liberman en avril, et de la baisse du prix du pétrole brut, qui a chuté dans le monde entier depuis début juin.

Le prix du pétrole a atteint 122,11 dollars le baril le 8 juin – le prix le plus élevé depuis le 8 mars – et est retombé à environ 96 dollars. Ce changement est probablement dû à la libération des réserves de pétrole américaines et à une augmentation de la production de pétrole dans des pays comme les États-Unis et la Libye.

Mais même avec cette baisse des prix, plus de la moitié du prix d’un litre d’essence, en Israël, résulte de différentes taxes.

Liberman a réduit ces taxes d’un demi shekel par litre en avril.

Cette baisse des prix devrait soulager de nombreux Israéliens qui se battent actuellement contre un coût de la vie de plus en plus élevé.

Tandis que l’inflation au sein de l’État juif a été moins importante que dans d’autres pays du monde développé, le coût de la vie y a grimpé en flèche – des prix de l’alimentation à celui des matériaux de construction. Le pays est aussi aux prises avec un marché immobilier dont les prix ont flambé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...