Le rappeur juif Mac Miller meurt d’une overdose présumée
Rechercher

Le rappeur juif Mac Miller meurt d’une overdose présumée

L'ex d'Ariana Grande, âgé de 26 ans, se battait contre sa toxicomanie depuis des années. Il devait commencer une tournée de concerts le mois prochain

Mac Miller lors du  Governors Ball Music Festival, à New York, le 3 juin 2016 (Crédit : 
 / AFP PHOTO / Bryan R. Smith)
Mac Miller lors du Governors Ball Music Festival, à New York, le 3 juin 2016 (Crédit : / AFP PHOTO / Bryan R. Smith)

Mac Miller, la star de hip-hop dont les rythmes étaient inspirés du rap avec des paroles qui parlaient de dépression et de toxicomanie, et qui avait été salué par des personnalités comme Jay-Z et Chance the Rapper, est mort à l’âge de 26 ans.

Sa famille a fait savoir dans un communiqué que Miller s’était éteint vendredi sans donner plus de détails. « Il était une lumière vive dans ce monde pour sa famille, ses amis et ses fans », a dit le communiqué.

La police de Los Angeles a fait savoir qu’elle avait répondu à une information portant sur un décès dans une maison située dans le même bloc d’immeubles que celui où Miller habitait et qu’elle avait transmis l’affaire au bureau du médecin-légiste. Ce dernier a indiqué n’avoir aucun autre détail à fournir.

Le jeune homme de 26 ans luttait contre la drogue depuis des années, une toxicomanie qui le touchait déjà lorsqu’il avait vécu sa relation amoureuse avec la star de la pop Ariana Grande.

Le mois dernier, Miller avait été inculpé pour deux chefs d’accusation de conduite sous l’influence de l’alcool après un accident survenu au mois de mai au cours duquel il avait projeté son véhicule contre un poteau électrique.

« J’ai fait une erreur stupide. Je suis un être humain », avait déclaré Miller à Zane Lowe à Beats 1, sur Apple Music, au mois de juillet. « Mais c’est la meilleure chose qui ait pu m’arriver. La meilleure chose. J’avais besoin de ça. Il fallait que je rentre dans ce poteau électrique et que je sois obligé d’arrêter tout ça ».

Selon Variety, Grande aurait reconnu que les addictions de Miller avaient été l’une des raisons de leur rupture. « Je ne suis pas une babysitter ou une mère et aucune femme ne devrait avoir le sentiment qu’elle se doit de l’être », avait-elle écrit sur Twitter en réponse à un tweet lui attribuant la responsabilité de la conduite en état d’ébriété du rappeur.

« Je me suis occupée de lui et j’ai tenté de soutenir sa sobriété, j’ai prié pendant des années (et je continuerai bien sûr à le faire) pour qu’il retrouve l’équilibre mais blâmer une femme pour l’incapacité d’un homme à se préserver est vraiment un problème majeur ».

Miller était sur le point de commencer une tournée de concerts le mois prochain. Il avait tweeté jeudi : « Je veux seulement partir en tournée ».

Il parlait facilement de ses problèmes d’addiction, notamment à un sirop puissant contre la toux.

Mais il avait indiqué qu’il allait mieux lors de la sortie de son cinquième album en studio, « Swimming », le mois dernier.

Il avait dit à Rolling Stone à ce moment-là : « Est-ce que j’ai pris de la drogue ? Oui. Est-ce que je suis toxico ? Non ».

Miller était né à Pittsburgh d’un père chrétien et d’une mère juive. Il avait évoqué sa bar mitzvah et la célébration des fêtes juives dans son enfance. Il avait une étoile de David tatouée sur l’une de ses mains.

Dans sa chanson « S.D.S », il se qualifiait comme un « bouddhiste juif essayant de consommer les points de vue du christianisme ».

Lorsque son décès a été annoncé, Chance the Rapper a tweeté : « Je ne sais pas quoi dire, Mac Miller m’avait emmené sur ma seconde tournée. Mais au-delà de m’avoir aidé à lancer ma carrière, il a été l’un des gars les plus doux que je n’ai jamais connus. Un gars formidable. Je l’ai vraiment adoré. Je suis complètement effondré. Que Dieu le bénisse ».

J Cole a dit pour sa part sur Twitter : « C’est un message pour tous ceux qui traversent des épreuves. Si vous ne vous sentez pas bien, si vous sentez que vous avez un problème d’addiction, si vous avez besoin d’une oreille qui vous écoute. Si c’est difficile pour vous de parler à ceux qui vous entourent. Je vous en prie, parlez-moi ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...