Rechercher

Le rapport du contrôleur d’État sur la guerre de Gaza de 2021 attendu en juillet

Matanyahu Englman a déclaré que les scènes violentes dans les communautés mixtes ont "créé un profond fossé" entre Juifs et Arabes

Dossier : La police à Lod lors d'émeutes ethniques dans la ville mixte juive-arabe du centre d'Israël, le 12 mai 2021. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)
Dossier : La police à Lod lors d'émeutes ethniques dans la ville mixte juive-arabe du centre d'Israël, le 12 mai 2021. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)

Le bureau du contrôleur d’État a annoncé lundi qu’il publiera en juillet un rapport sur le conflit dans la bande de Gaza de mai dernier et les troubles ethniques qui s’en sont suivis à travers Israël.

Le contrôleur d’État Matanyahu Englman a déclaré que le rapport sur l’opération « Gardien des murs », qui sera publié en juillet, est axé sur l’examen des manquements de la part des organismes chargés de l’application de la loi.

« L’épidémie a créé un fossé dans les relations entre la société arabe et la société juive en Israël », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Parmi les failles que le rapport met en évidence, citons le renseignement, le déploiement des forces, l’appel aux réservistes, la réponse opérationnelle sur le terrain, la préparation logistique, la formation des forces pour faire face aux troubles et la gestion des enquêtes et des poursuites.

Englman a discuté du rapport lors d’une conférence à Eilat. Il a fait remarquer que les combats de l’année dernière ont éclaté le jour de Yom Yeroushalayim, lorsque le groupe terroriste Hamas, qui gouverne Gaza, a tiré des missiles en direction de Jérusalem.

« Hier, nous avons célébré Yom Yeroushalayim, marquant ainsi également l’anniversaire du déclenchement de l’opération « Gardiens des murs » », a-t-il déclaré. « J’ai prévenu par le passé que nous préparerions un rapport spécial sur la gestion de l’opération par l’État, notamment en ce qui concerne les émeutes dans les villes [ethniquement] mixtes. »

Le contrôleur de l’État israélien Matanyahu Englman prend la parole lors d’une conférence à Jérusalem, le 23 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Englman a déclaré que pendant le conflit de l’année dernière, il y a eu des incidents violents et des « troubles graves de haute intensité et de grande envergure dans tout Israël », entraînant de nombreux blessés et d’importants dommages matériels.

Il a déclaré que les troubles ont mis en évidence le défi de maintenir la sécurité individuelle et d’assurer l’ordre public dans les communautés ethniquement mixtes, ce qui entraînerait la nécessité éventuelle de déployer du personnel supplémentaire chargé du maintien de l’ordre dans ces communautés.

Le rapport s’est également penché sur les services fournis aux habitants de ces villes.

Englman a rappelé que les combats à Gaza et les turbulences dans tout Israël n’étaient pas un cas isolé.

L’opération « Gardiens des murs » a révélé des problèmes fondamentaux de longue date, a créé un fossé profond et aigu dans les relations entre les sociétés arabe et juive en Israël, et son point final pourrait être le point de départ de la prochaine éruption », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le rapport était dans sa phase finale de préparation.

Des Israéliens s’abritant alors qu’une sirène retentit pour prévenir de l’arrivée de roquettes en provenance de la bande de Gaza, lors de Yom Yeroushalayim, à Jérusalem, le 10 mai 2021. (Crédit: Flash90)

Tout au long des 11 jours de l’opération « Gardiens des murs », plus de 4 360 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur le sud et le centre d’Israël – un rythme près de trois fois supérieur à celui de la guerre de 2014 contre Gaza, qui a vu en moyenne 130 projectiles tirés par jour, contre près de 400 lancés par jour en moyenne pendant les combats de mai 2021.

Outre la guerre avec Gaza, des villes mixtes comme Lod et Bat Yam ont connu des flambées d’émeutes et de violence, et peinent depuis à réparer les relations entre leurs communautés arabe et juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...