Israël en guerre - Jour 146

Rechercher
Le ToI enquête

Le recyclage des réfrigérateurs s’intensifie, mais le chemin est encore long

Les entreprises truquent les rapports et évitent ainsi de payer les frais d'élimination ; des produits sont toujours acheminés clandestinement vers la Cisjordanie pour y être brûlés

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Un amont d’appareils usagés, dont des réfrigérateurs et des congélateurs, attendant d'être recyclés. (Crédit : JohnDWilliams, iStock at Getty Images)
Un amont d’appareils usagés, dont des réfrigérateurs et des congélateurs, attendant d'être recyclés. (Crédit : JohnDWilliams, iStock at Getty Images)

Le ministère de l’Environnement a récemment lancé une campagne de 2,5 millions de shekels pour intensifier le recyclage des appareils électriques et électroniques et des piles.

Financée principalement par le ministère de la Justice grâce aux recettes des actions collectives menées au nom du public, la campagne incite les Israéliens à réfléchir à deux fois avant de remplacer un appareil, et les guide en matière d’élimination ou de recyclage s’ils décident d’acheter un nouvel appareil.

Toutefois, les initiés de l’industrie préviennent qu’une campagne d’information n’aura que peu d’effet si le gouvernement ne fait pas appliquer une loi obligeant les détaillants à collecter et à recycler les vieux appareils, s’il n’introduit pas de règlements précisant exactement ce qui peut être recyclé et comment, s’il ne veille pas à ce que toutes les installations de recyclage protègent l’environnement et s’il ne met pas un frein à la contrebande illégale d’appareils vers les Territoires palestiniens en Cisjordanie. Les Palestiniens les brûlent à ciel ouvert pour en extraire des métaux, ce qui menace gravement la santé publique de part et d’autre de la Ligne verte.

Les déchets électroniques, qui contiennent des matériaux toxiques tels que le plomb, le mercure, le cadmium et des retardateurs de flamme, ne représentent que 3 % de l’ensemble des déchets, mais sont à l’origine de 70 % de la pollution générée par les déchets, selon Gadi Reichman, PDG de All Trade, une usine israélienne de recyclage de petits appareils électriques et électroniques située sur un site industriel israélien en Cisjordanie. « Ce ratio est valable à la fois au niveau local et au niveau mondial », a-t-il ajouté.

All Trade s’est associé à Electra, l’un des principaux fournisseurs israéliens d’appareils électroménagers et de climatiseurs, pour construire une nouvelle usine de recyclage juste à l’extérieur de Sderot, dans le sud d’Israël, pour les gros appareils ménagers. L’usine a ouvert ses portes en janvier.

Des réfrigérateurs empilés pour être recyclés dans la nouvelle usine de recyclage de produits blancs Electra/All Trade près de Sderot, dans le sud d’Israël, le 26 mars 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

À terme, l’usine recyclera tout, des lave-linge aux sèche-linge en passant par les lave-vaisselle.

Mais elle a commencé par les réfrigérateurs et les climatiseurs, des appareils qui nécessitent un traitement spécial pour éviter que les gaz à effet de serre qu’ils contiennent ne soient libérés dans l’atmosphère lorsqu’ils sont démontés.

Selon les estimations du ministère de l’Environnement, environ 400 000 réfrigérateurs et un million de climatiseurs sont vendus chaque année en Israël.

Selon un communiqué du ministère, les « données médianes non vérifiées » reçues pour 2022 montrent que la plupart des réfrigérateurs ne sont jamais acheminés vers les sites de recyclage appropriés.

La ministre de l’Environnement, Idit Silman, s’exprimant lors d’une conférence sur l’énergie, à Tel Aviv, le 13 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La nouvelle campagne du ministère de l’Environnement rappelle aux Israéliens que s’ils décident d’acheter un gros appareil électroménager, le magasin est tenu de reprendre l’ancien appareil de taille et de poids similaires au domicile de l’acheteur, gratuitement et quel que soit l’endroit où il a été acheté.

Elle a également demandé aux consommateurs de signaler les magasins qui refusent de le faire.

Les personnes qui souhaitent se débarrasser d’un appareil usagé sans en acheter un nouveau sont invitées à contacter les autorités locales ou la société de gestion des déchets désignée par l’État et active dans la région : soit Israel Electronics Recycling Corporation, mieux connue sous son acronyme hébreu M.A.I., soit Ecommunity.

La campagne souligne que les piles domestiques usagées peuvent être rapportées dans n’importe quel magasin, quel que soit l’endroit où elles ont été achetées.

« Rien qu’en 2021, 99 000 tonnes de déchets électroniques ont été collectées, dont 20 000 tonnes dans le cadre du retrait d’anciens produits pour de nouveaux », a récemment déclaré la ministre de l’Environnement, Idit Silman.

Cette campagne s’inscrit dans le cadre d’un effort plus large du ministère visant à mettre l’accent sur le recyclage des « produits blancs », un terme industriel désignant les gros appareils ménagers tels que les réfrigérateurs, les congélateurs, les machines à laver et les sèche-linge.

Une femme regardant des réfrigérateurs neufs dans un magasin d’électroménager. (Crédit : ronstik, iStock at Getty Images)

Au début de l’année, elle a averti les centres de recyclage qu’ils pourraient se voir infliger une amende de 649 330 shekels s’il s’avérait qu’ils ne disposaient pas des équipements et des installations en vertu de la protection de l’environnement.

S’il n’est pas traité correctement, un seul réfrigérateur peut émettre l’équivalent de 4,2 tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, soit l’équivalent d’une voiture parcourant 17 300 kilomètres, selon l’Agence américaine de protection de l’environnement.

Certains appareils usagés contiennent des réfrigérants à base de chlorofluorocarbone et d’hydrochlorofluorocarbure qui ont été interdits en Europe et aux États-Unis dans les années 1990 après que les scientifiques ont découvert qu’ils endommageaient la couche d’ozone qui protège la Terre des rayons ultraviolets.

Des appareils électriques dans une décharge illégale. (Crédit : Animaflora, iStock at Getty Images)

La fin de la file d’attente

Près de Sderot, la nouvelle usine de recyclage de All Trade and Electra, d’une valeur de 30 millions de shekels, est équipée pour recycler 300 000 réfrigérateurs par an et prévoit de terminer l’année en cours en ayant recyclé 15 000 d’entre eux, ainsi que 5 000 climatiseurs, a déclaré Reichman.

Gadi Reichman, PDG et président du conseil d’administration de All Trade. (Crédit : Gadi Reichman)

Dans l’usine ressemblant à un hangar, remplie de machines ressemblant à une course d’obstacles du jeu Attrap’Souris, de vieux réfrigérateurs et climatiseurs – ces derniers étant principalement des rebuts de la chaîne de production – sont empilés en vue de leur recyclage.

L’huile et les gaz – notamment les chlorofluorocarbones, les hydrochlorofluorocarbures et le pentane – sont retirés au premier point de la chaîne de production, après quoi les matériaux sont envoyés dans un tambour scellé pour être dissociés.

L’huile est vendue à des industriels pour être réutilisée.

Le gaz est nettoyé, converti en liquide et envoyé dans une installation publique pour les substances dangereuses dans le sud d’Israël pour être utilisé dans des incinérateurs.

Des ouvriers enlevant les gaz polluants d’un vieux réfrigérateur dans la nouvelle usine de recyclage de produits blancs Electra/All Trade près de Sderot, dans le sud d’Israël, le 26 mars 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Selon le directeur de l’usine, Ohad Naïm, il est prévu de traiter le gaz pour qu’il puisse être revendu comme liquide de refroidissement.

Après avoir retiré l’huile et le gaz, les ouvriers enlèvent tout ce qu’ils peuvent, des moteurs et des prises aux tuyaux en cuivre, en passant par les câbles et les ventilateurs.

Les réfrigérateurs sont ensuite acheminés sur un tapis roulant avant de tomber dans un énorme broyeur, au rythme d’un appareil par minute. Chaque réfrigérateur est ainsi réduit en petits morceaux de quatre cm2 contenant du fer, de l’aluminium, du cuivre, du plastique et de la mousse de polyuréthane isolante dont le gaz a été retiré.

Une fois le gaz éliminé, le matériau isolant est compressé en granulés, le 26 mars 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

La mousse, qui a un pouvoir calorifique supérieur – soit la chaleur produite par la combustion – est transformée en granulés que l’usine espère vendre à la cimenterie Nesher, près de la ville de Ramle, pour ses fours.

Des aimants séparent les métaux et le plastique dans des sacs distincts qui seront vendus à des industries en Israël ou à l’étranger. Le fer, par exemple, qui représente 45 % du poids d’un réfrigérateur, est vendu à l’entreprise israélienne Yehuda Steel. Le cuivre et l’aluminium sont vendus à All Trade, qui sépare les matériaux et les revend à des usines à l’étranger.

Un réfrigérateur passant sur un tapis roulant avant d’être broyé dans la nouvelle usine de recyclage des produits blancs Electra/All Trade près de Sderot, dans le sud d’Israël, le 26 mars 2023. (Crédit : Ohad Haïm)

Le seul matériau envoyé à la décharge, parce qu’il n’y a actuellement aucun endroit où le recycler en Israël, est le verre des étagères du réfrigérateur, qui, selon Reichman, n’est pas polluant.

Ce n’est pas la Suisse ici

En 2020, les Israéliens ont produit 648,5 kilogrammes de déchets par habitant, selon les chiffres recueillis par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), alors que la moyenne de l’OCDE est de 533,7 kilogrammes,.

Au cours des vingt dernières années, les différents gouvernements israéliens ont adopté une série de lois visant à encourager le recyclage, et les autorités locales ont mis en place des installations de collecte pour le recyclage des emballages, du verre, du papier, du carton et – dans quelques régions seulement – pour le compostage des déchets organiques tels que les restes de nourriture et les résidus de jardinage, une autre forme de recyclage.

Un tracteur dans une décharge à proximité de l’usine UBQ dans le kibboutz Tzeelim, le 13 mars 2018. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Mais selon les derniers chiffres du Bureau central des statistiques (CBS), sur les 6,15 millions de tonnes de déchets produits en Israël en 2021, 4,7 millions de tonnes ont été mises en décharge, et seulement 1,45 million de tonnes, soit 23 % des déchets, ont été recyclées, compostées ou utilisées à d’autres fins productives.

Le ministère a élaboré une stratégie visant à porter ce chiffre à 54 % du total des déchets urbains d’ici à 2030. Mais les moyens d’y parvenir ne sont toujours pas clairs.

Selon un rapport du ministère de l’Environnement datant de 2022 et s’appuyant sur des chiffres de 2020, environ 155 000 tonnes de déchets électroniques sont produites en Israël chaque année, dont un peu moins de la moitié (environ 70 000 tonnes) est recyclée.

En 2012, la Knesset a adopté la loi sur le traitement environnemental des équipements électriques et électroniques et des piles, qui est entrée en vigueur deux ans plus tard.

Suivant le principe du « pollueur-payeur », la loi oblige les centaines d’importateurs et de fabricants d’appareils électriques et électroniques et de piles domestiques à financer la collecte et le recyclage d’au moins 50 % du poids total des produits qu’ils vendent au cours d’une année. (Pour les différents types de piles, les objectifs varient de 25 % à 35 %).

La loi stipule que les vendeurs d’appareils électroménagers doivent passer des contrats avec des « organismes de conformité accrédités » pour l’élimination et le recyclage. Deux entités de ce type existent aujourd’hui : M.A.I. et Ecommunity.

Ces deux organismes sont chargés de la coordination entre les importateurs et les fabricants, qui paient les factures, les autorités locales, qui fournissent les installations de collecte des déchets, les détaillants qui récupèrent les vieux appareils dans les foyers, et les dizaines de recycleurs privés agréés qui sont payés pour démanteler les vieux appareils.

Dotan Kabak, à droite), directeur-général de M.A.I, et Ohad Haïm, directeur de l’usine de recyclage Electra/All Trade près de Sderot, dans le sud d’Israël, à l’extérieur de l’usine, le 26 mars 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Les détaillants, qui se comptent par milliers, sont obligés de reprendre les appareils usagés des clients qui en achètent de nouveaux, mais ils ne sont pas payés pour le faire.

« Ils doivent trouver un espace pour stocker l’appareil jusqu’à ce que l’une des sociétés puisse le récupérer », a expliqué Ronen Yoeli, PDG de Ecommunity.

Le font-ils ?

« Cela peut arriver en Suisse, mais pas ici », a-t-il répondu.

« Soit ils l’amènent au centre municipal de traitement des déchets le plus proche, ce qui n’est pas grave puisqu’il arrivera jusqu’à nous, soit ils le jettent à la poubelle. »

M.A.I. et Ecommunity doivent rendre compte de ce qui a été recyclé et où aux fabricants et aux importateurs, ainsi qu’au ministère.

Mais le système ne fonctionne pas.

Les batteries lithium-ion

Outre la loi, qui contient des instructions générales et une liste d’articles exemptés (des drones aux équipements médicaux), il n’existe aucune réglementation ou norme définissant quels appareils électriques et électroniques doivent être recyclés et comment.

Ce manque de clarté a semé la confusion, a permis à certaines entreprises qui ne veulent pas payer pour le recyclage de prétendre que la loi ne s’applique pas à elles, et en a incité d’autres à établir leurs propres normes.

Par exemple, Dotan Kabak, directeur-général de M.A.I., s’est interrogé sur la définition d’un smartphone. « Faut-il le traiter comme un téléphone ou comme une batterie ? On ne peut pas faire les deux, car il faut casser le téléphone pour accéder à la batterie. Nous avons décidé qu’il fallait les traiter comme des batteries. »

M.A.I. a récemment annoncé qu’en dépit de l’absence de réglementation, elle commencerait à déployer des réceptacles de recyclage spéciaux pour les batteries rechargeables au lithium-ion utilisées dans les vélos et les trottinettes électriques. Bien que la loi ait été élargie il y a quelques années pour confier la responsabilité du recyclage aux importateurs et aux fabricants locaux de vélos et de trottinettes électriques et de leurs batteries, aucune réglementation relative au recyclage et à l’élimination des batteries au lithium-ion n’a jamais été formulée, selon Amnon Sharoor, fondateur et ancien directeur-général de M.A.I.

Des réceptacles spéciaux pour les batteries lithium-ion anciennes ou endommagées seront distribués dans tout Israël. (Crédit : Israel Electronics Recycling Corporation)

Les piles anciennes et endommagées de ce type peuvent être dangereuses. Selon M.A.I., au cours de l’année écoulée, six personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées en Israël dans des incendies liés à des batteries.

Les piles que M.A.I. prévoit de collecter seront envoyées à un centre de tri situé dans une partie de la Cisjordanie gérée par Israël, qui se trouve essentiellement hors de portée et de compétence du ministère de l’Environnement. Là, les batteries seront préparées, emballées et envoyées dans des conteneurs spéciaux vers des usines de recyclage en Europe.

Les batteries de voitures électriques sont toujours exclues de la loi, mais cela n’a pas empêché Colmobil, une branche d’importation de véhicules de l’ICL, et EMS Metals, un recycleur de déchets, d’annoncer des plans pour une usine qui recyclera les batteries lithium-ion des voitures électriques.

Illustration tridimensionnelle d’une chaîne de montage robotisée montrant une batterie de véhicule électrique. (Crédit : PhonlamaiPhoto, iStock at Getty Images)

Le ministère organise des tables rondes avec des représentants de l’industrie, mais il n’y a toujours pas de calendrier pour la finalisation des règlementations.

Un porte-parole du ministère a déclaré au Times of Israel que la législation israélienne de 2012 était basée sur le droit européen, et que les fonctionnaires examinaient donc les réglementations européennes en vigueur afin de mettre à jour la loi.

Les normes européennes clarifient les règles en matière de collecte, de pesage, de stockage, de traitement, de transport et de suivi des déchets, de travail avec des déchets dangereux, d’élimination des contaminants, de formation et de protection des employés.

Des liens glacials

M.A.I. a vanté les mérites de l’usine de Sderot, dans laquelle elle détient une petite participation. L’entreprise affirme que Ecommunity n’envoie pratiquement pas de réfrigérateurs à recycler.

Ecommunity soutient que l’usine constitue un monopole, que sa construction a été inutilement coûteuse, que son utilisation est trop onéreuse et qu’elle crée de la pollution en raison de tous les camions qui doivent se rendre dans le sud d’Israël avec de vieux appareils.

Des recherches menées pour Ecommunity par DHV MED, une société israélienne de conseil en ingénierie environnementale, ont montré que les réfrigérateurs ménagers durent de 12 à 15 ans et que seuls 5 % de ceux qui sont disponibles pour le recyclage contiennent encore les chlorofluorocarbones et hydrochlorofluorocarbures nocifs que l’usine a été conçue pour traiter.

Des vieux appareils chargés dans un camion. (Crédit : wichatsurin, iStock at Getty Images)

Ecommunity affirme que la plupart des réfrigérateurs peuvent être traités de manière satisfaisante dans des usines dont la construction et l’équipement coûteraient environ 2 millions de shekels. Elle affirme que plusieurs usines de ce type devraient être créées dans tout le pays afin de réduire les temps et les distances de transport.

Mais selon Kabak, un pourcentage élevé de réfrigérateurs contient des gaz problématiques nécessitant un traitement spécialisé. Selon lui, les prix sont dans la moyenne du marché.

Les deux entreprises se font concurrence pour obtenir des contrats, en fixant leurs propres tarifs et en essayant de faire des ristournes lors de la signature des contrats annuels avec les clients à chaque mois de novembre. « La guerre des prix qui s’ensuit finit par priver les deux entreprises de fonds d’exploitation », a expliqué Yoeli.

Elles sont en outre pénalisées par le fait que les petites entreprises n’ont passé de contrat avec aucune d’entre elles, selon le ministère de l’Environnement.

Une vingtaine de grands importateurs et fabricants sont responsables de 80 % du poids des appareils et des piles qui sont recyclés, selon le ministère, et les petites entreprises tentent de se cacher derrière eux et d’éviter de payer pour le recyclage.

Yoeli a déclaré au Times of Israel que toutes les importations étaient facilement traçables grâce aux registres douaniers, ce qui signifie que les autorités peuvent s’assurer que les appareils entrant dans le pays sont enregistrés et qu’ils seront un jour recyclés.

Ronen Yoeli, PDG de Ecommunity. (Crédit : Ronen Yoeli)

« Les importateurs considéreront toujours ce paiement comme une taxe de plus, comme une punition », a-t-il déclaré. « Les autorités douanières devraient refuser de dédouaner les marchandises tant qu’elles n’ont pas vu un document prouvant que l’importateur s’est engagé avec nous ou avec M.A.I. »

Yoeli travaille actuellement avec des importateurs qui paient pour former un lobby qui fera pression sur le ministère des Finances pour qu’il intervienne et agisse.

Il espère également convaincre les fabricants de payer leurs cotisations par l’intermédiaire de l’Association des fabricants d’Israël.

Un genre différent

À ce jour, 204 des 251 conseils locaux et régionaux ont signé un contrat avec l’une des organisations – 124 avec Ecommunity et 80 avec M.A.I., selon les chiffres fournis par les deux sociétés.

Les bacs de collecte fournis par les deux sociétés et distribués par les autorités locales ne sont pas conçus pour recevoir de gros appareils. Les Israéliens qui en arrivent là sont plus enclins à jeter l’appareil à côté de la poubelle.

L’installation d’une poubelle de recyclage de M.A.I. pour les appareils électriques et électroniques et les piles. (Crédit : M.A.I.)

L’année dernière, le ministère a estimé qu’une cinquantaine de sites de traitement des déchets électroniques en Israël n’étaient pas réglementés ou ne l’étaient que partiellement par le biais de ses permis d’exploitation.

Les initiés de l’industrie ont décrit des chantiers qui broient les réfrigérateurs sans éliminer les produits chimiques nocifs contenus dans les matériaux d’isolation, ce qui pollue l’air.

Il existe une poignée d’usines de recyclage modernes, mais la plupart de celles qui disposent d’une licence d’exploitation du ministère de l’Environnement et qui respectent des normes environnementales très élémentaires sont des opérations de faible technicité où les pièces sont triées et empilées en vue d’être vendues.

M.A.I. tente d’amener les entreprises de recyclage avec lesquelles elle travaille à s’automatiser, car le tri manuel est une perte de temps et de ressources, a expliqué Kabak au Times of Israel.

« Les générations évoluent, et les plus jeunes sont ouverts au changement », a-t-il déclaré, mais la réglementation faciliterait grandement la tâche.

Des déchets dans le coffre

Il y a quelques années encore, les ferrailleurs traversaient régulièrement les quartiers à bord de charrettes tirées par des ânes ou de camionnettes crachotantes en quête de alte sachen – « vieilles choses » en yiddish.

Un homme ramassant les ordures dans une rue israélienne, le 24 septembre 2007. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Aujourd’hui, on peut voir ces hommes en guenilles fouiller les bennes à ordures, les bacs de recyclage et les dépôts d’ordures à la recherche d’objets qui peuvent être démontés ou remis en état et vendus.

Yoeli considère ces personnes comme des membres d’un troisième organisme de contrôle non officiel.

« Cela ne vaut pas la peine d’envoyer une camionnette si nous savons que l’appareil disparaîtra avec les ‘alte sachen’ 15 minutes avant que nous n’arrivions. Nous préférons ramasser les déchets au domicile des gens. »

On pense qu’au moins une partie des déchets électroniques collectés en Israël est acheminée vers les Territoires palestiens de Cisjordanie où elle est brûlée pour faciliter l’extraction de métaux bruts précieux.

Cette pratique peut être lucrative. Les câbles contiennent par exemple du cuivre, très recherché, qui se vend environ 9 000 dollars la tonne. Mais elle peut aussi être mortelle, en générant des fumées toxiques hautement nocives.

Les lois israéliennes et palestiniennes interdisent le transfert de déchets israéliens vers la Cisjordanie, mais les expéditions se poursuivent, comme en atteste une enquête du Times of Israel de janvier 2022.

Des Palestiniens brûlant des déchets près de la barrière de sécurité, dans des villes de l’ouest de Hébron. (Crédit : Tamir Khalifa)

Certaines entreprises et certains particuliers israéliens économisent des milliers de shekels, voire font des bénéfices, en envoyant leurs déchets à des contrebandiers qui les revendent à des ferrailleurs palestiniens. L’année dernière, le ministère de l’Environnement a estimé que 20 000 à 50 000 tonnes de déchets électroniques avaient probablement atteint la Cisjordanie, en passant par des mains non réglementées ou en finissant dans des décharges.

L’incinération met gravement en danger la santé publique des deux côtés de la Ligne verte. Dans la région de Lachish, les habitants se plaignent de la fumée étouffante dégagée par les combustions de déchets électroniques qui brûlent autour des collines de Hébron, à quelques kilomètres de là, dans le sud de la Cisjordanie.

Des déchets électroniques et autres ordures incinérés à Deir Samet, le 11 janvier 2019. (Crédit : Tamir Kalifa)

Manque de données

Interrogée sur le nombre de réfrigérateurs, congélateurs et climatiseurs recyclés l’année dernière, Ecommunity s’est contentée de dire qu’il y en avait « des dizaines de milliers de tonnes », un porte-parole expliquant que la société n’était obligée d’envoyer des chiffres précis qu’au ministère.

Kabak a déclaré que, selon les chiffres préliminaires, il a recyclé 2 633 tonnes de réfrigérateurs et 5 583 tonnes de climatiseurs l’année dernière.

Le ministère de l’Environnement espère que la réglementation compliquera la tâche de ceux qui pensent pouvoir réduire les coûts en envoyant les appareils dans les installations les moins chères et les moins sophistiquées et en déclarant au ministère qu’ils ont été recyclés – une pratique critiquée dans le dernier audit de Ecommunity et de M.A.I. réalisé par le ministère pour les années 2016 à 2018. (Le ministère travaille actuellement à un audit pour les années 2019 et 2020).

Les propriétaires de la nouvelle usine située près de Sderot espèrent que des règles plus claires placeront les usines modernes comme la leur en position de leader. Selon Kabak, ces règles permettraient également de faire pression sur les entreprises de traitement des déchets à faible technologie pour qu’elles améliorent leurs équipements et leurs méthodes de travail.

Mais selon tous ceux qui ont parlé au Times of Israel, les progrès seront entravés tant que les autorités ne s’attaqueront pas au problème crucial des décharges illégales en Israël et dans la partie palestinienne de la Cisjordanie.

Il s’agira notamment d’informer le public sur l’importance du recyclage, notamment par le biais de la nouvelle campagne de sensibilisation du ministère de l’Environnement. Plus de dix ans après l’adoption de la loi sur le recyclage des appareils électroménagers, nombreux sont ceux qui ignorent qu’il ne faut pas se contenter de jeter les vieux appareils électroniques dans une décharge.

Interrogé par un journaliste sur ce qu’il fait des vieux appareils, un technicien en visite a répondu : « Je les mets à l’extérieur de la maison et je paie quelqu’un quelques shekels pour les ramasser – et qui vend le métal ».

« Et qu’en est-il du recyclage ? »

« Je n’ai jamais entendu parler de cela », a-t-il répondu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.