Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Le shekel balloté par le débat sur la réforme judiciaire à la Knesset

La monnaie se redresse suite à une victoire surprise de l'opposition mais les actions israéliennes sont en baisse, les investisseurs doutant de la possibilité de dégager un compromis

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La Bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)
La Bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)

Le shekel a beaucoup fluctué, hier mercredi, alors que se jouait une crise au Parlement à propos du choix des députés siégeant à la commission de sélection judiciaire.

Dans la soirée, la monnaie était quasiment revenue à son niveau du matin grâce au résultat d’un vote clé à la Knesset, qui a vu la victoire d’un député de l’opposition à ce comité et la défaite d’un député de la coalition, et n’a pas permis au Premier ministre Benjamin Netanyahu de reporter le vote à une date ultérieure.

La parité shekel contre dollar était revenue à 3,58, à 19h30, après s’être dépréciée de plus de 2 % à 3,63, dans la journée, en raison des craintes des investisseurs que le gouvernement ne reporte le vote sur la sélection des membres du panel judiciaire. Ce point est essentiel pour la recherche du compromis sur le projet de réforme judiciaire de la coalition.

À la clôture, mercredi, avant l’annonce du résultat du vote, l’indice de référence TA-125 de la Bourse de Tel Aviv avait chuté de 0,3 % et l’indice TA-35 des sociétés de premier ordre glissé d’environ 0,6 %. L’indice TA des cinq plus grandes banques avait quant à lui baissé de 1,1 % et l’indice TA-Finance de 1,7%.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait demandé à la coalition de voter contre les deux candidats, à savoir le député Likud Tally Gotliv, membre de la coalition, et la députée Yesh Atid Karine Elharrar. Cela aurait conduit à un deuxième tour de scrutin en l’espace de 30 jours et maintenu l’incertitude sur la présence d’un représentant de l’opposition à ce comité, comme il est de tradition, face aux velléités de la coalition de s’arroger davantage de pouvoir au sein de ce panel.

En dépit de ce résultat positif côté opposition, ses dirigeants ont fait savoir, mercredi soir, que les événements de la journée montraient clairement qu’il était impossible de faire confiance à Netanyahu et qu’ils se retireraient de la table des négociations sur la réforme judiciaire tant que la commission de sélection judiciaire ne serait pas formée.

« Ce vote pour désigner les membres du panel est un premier test de la confiance que l’on peut accorder au gouvernement pour trouver un compromis sur son projet de réforme judiciaire, déclarait Rafi Gozlan, économiste en chef de la société d’investissement IBI, au Times of Israel avant le résultat du vote.

« L’éventualité de l’élection d’un député de l’opposition dans ce panel a ramené un certain niveau de confiance sur les marchés israéliens, la semaine dernière, car elle a été interprétée comme le signe d’un possible succès des pourparlers en cours. »

« Mais ce qui s’est passé aujourd’hui, et la réaction immédiate du marché boursier israélien, traduisent l’inquiétude et le manque de confiance dans la capacité du gouvernement à parvenir à un consensus sur la réforme judiciaire », a déclaré Gozlan.

A la surprise de tous, Elharrar a été élue mercredi soir avec 58 voix pour et 56 contre, ce qui signifie que quatre membres au moins de la coalition ont désobéi aux consignes de vote de Netanyahu et voté en sa faveur. Le candidat du Likud, Gotliv – qui a précipité la catastrophe mercredi en refusant de renoncer à se présenter – n’a lui obtenu que 15 voix pour et 59 contre, ce qui constitue un désaveu net.

Un nouveau scrutin aura lieu, dans les 30 jours, pour désigner le deuxième député, qui devrait, sauf surprise, être Yitzhak Kroizer d’Otzma Yehudit.

La question de la composition de ce comité judiciaire de neuf membres, chargé de désigner les magistrats, est au cœur des initiatives de la coalition pour s’arroger le contrôle politique sur le système judiciaire.

Un des projets de loi clés du projet de réforme – mis en suspens alors qu’il était presque finalisé – aurait pour effet d’en redéfinir la composition et d’accorder au gouvernement une majorité automatique, lui permettant de décider souverainement des nominations dans la sphère judiciaire.

Ses partisans estiment que cette réforme est indispensable pour réfréner le militantisme libéral du système actuel, là où ses détracteurs mettent en garde contre la politisation des tribunaux et l’atteinte aux fondements de la démocratie israélienne.

Depuis la semaine passée, le shekel avait regagné du terrain, de l’ordre de 3% par rapport au dollar, signe d’un certain optimisme des investisseurs quant à la nomination paritaire d’un représentant de la coalition et de l’opposition à la commission de sélection des juges.

« Ce regain d’incertitude fait remonter la prime de risque d’Israël : il n’est pas impossible que le shekel continue à s’affaiblir à court terme, en particulier si le projet de réforme judiciaire actuel donne des signes d’adoption », a déclaré Gozlan.

Peu avant le vote qui a eu lieu mercredi, une quarantaine de chefs d’entreprise de tout premier plan avaient demandé à Netanyahu de faire preuve de « sens politique » et de veiller à ce que la tradition – à savoir la nomination paritaire d’un représentant de la coalition et de l’opposition au comité de sélection judiciaire – soit respectée.

« L’économie d’Israël est dans l’œil du cyclone depuis plusieurs mois », peut-on lire dans la communication faite par ces hommes d’affaires.

« Nous, qui avons une vue d’ensemble de l’économie israélienne, en faisons l’expérience dans tous les secteurs et craignons aujourd’hui qu’un changement de pratique ne dégrade encore davantage – et cette fois, peut-être de manière irréversible – la confiance des investisseurs dans l’économie israélienne et sa capacité à sortir de la crise. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.