Rechercher

Le taux de chômage en Israël à son plus bas niveau depuis le début du COVID

Si l'on exclut les personnes touchées par la pandémie, le taux de chômage est tombé à 2,9 %, son niveau le plus bas depuis 50 ans ; le salaire mensuel moyen est de 12 052 shekels

Le Bureau de l'emploi de Jérusalem, le 18 mai 2009. (Yossi Zamir/Flash90)
Le Bureau de l'emploi de Jérusalem, le 18 mai 2009. (Yossi Zamir/Flash90)

Le taux de chômage en Israël a légèrement baissé en avril et est de 4,4 %, contre 4,8 % en mars, le plus bas depuis le début de la pandémie de COVID-19 en 2020, selon les données publiées mardi par le Bureau central des statistiques (CBS).

Au total, 186 100 Israéliens ne travaillaient pas en avril, selon les chiffres du CBS, contre 227 200 en mars. Avant la pandémie, on estimait à 150 000 le nombre d’Israéliens au chômage.

Le taux global comprend les personnes qui ont été licenciées ou dont le lieu de travail a fermé depuis mars 2020 en raison de la pandémie, ainsi que les personnes en congé sans solde qui prévoient de retourner sur leur lieu de travail.

Le taux, si l’on exclut les personnes touchées par la pandémie, était de 2,9 % en avril, son plus bas niveau en 50 ans. Les niveaux pré-pandémiques étaient d’environ 3,5 %.

Après une baisse à la fin du mois de janvier, le salaire moyen a rebondi en février pour atteindre 12 052 shekels par mois, soit un niveau similaire aux données publiées à la fin de 2021, selon un autre rapport du CBS.

Le secteur qui a connu la plus forte hausse de salaire est l’industrie technologique, où le salaire mensuel moyen est passé à 30 049 shekels, contre 27 310 shekels en janvier.

Alors que les lieux publics ont dû fermer en 2020 en raison des mesures de confinement, le nombre de personnes sans emploi en Israël avait explosé, atteignant plus d’un million en avril de cette année-là, soit plus de 24 % de chômage, le taux le plus élevé jamais enregistré.

Ces derniers mois, alors qu’Israël sortait de sa cinquième vague d’infections au COVID-19, la plupart des restrictions ont été levées, réouvrant ainsi l’économie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...