Le taux de tests positifs au COVID atteint 7,8 % – le plus élevé depuis février
Rechercher

Le taux de tests positifs au COVID atteint 7,8 % – le plus élevé depuis février

Les chiffres du ministère de la Santé montrent que 6 576 nouveaux cas ont été détectés dimanche ; Le confinement pour les fêtes de Tishri n'est plus d'actualité

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Une employée effectue un test rapide d'antigène COVID-19 au centre de dépistage Magen David Adom à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une employée effectue un test rapide d'antigène COVID-19 au centre de dépistage Magen David Adom à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le taux de tests de dépistage du coronavirus qui reviennent positifs continue de grimper, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés lundi, alors même qu’Israël déploie fébrilement des rappels pour endiguer le virus.

Sur les 91 051 tests effectués dimanche, 7,81 % sont revenus positifs, selon les chiffres du ministère, soit le taux le plus élevé depuis la mi-février.

On a recensé 6 576 nouveaux cas dimanche, soit la deuxième journée consécutive de baisse du nombre de cas, après les 7 201 cas recensés samedi et les 8 579 cas recensés vendredi. Cependant, le nombre de tests de dépistage pendant le week-end ont tendance à baisser, ce qui donne des chiffres plus bas.

Le taux de reproduction du virus a également baissé et, dans le rapport de lundi, il était de 1,1. Ce chiffre, calculé pour montrer la situation 10 jours plus tôt, fait référence au nombre de personnes auxquelles chaque personne infectée transmet le virus. Les valeurs supérieures à 1 indiquent que les infections sont en hausse ; les valeurs inférieures à 1 indiquent que l’épidémie recule.

Sur les 79 625 cas actifs de coronavirus dans le pays signalés lundi par le ministère, 731 étaient dans un état grave. Le bilan des décès depuis le début de la pandémie l’année dernière s’élève à 6 990, huit personnes étant décédées la veille. Le triste bilan de dimanche est le plus faible taux de mortalité journalier depuis près de trois semaines.

Le confinement n’est plus d’actualité

Le nombre de malades graves, bien qu’en augmentation générale, s’est stabilisé au cours de la semaine dernière, un fait qui, selon le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, est suffisamment encourageant pour qu’un confinement pendant les Grandes Fêtes de septembre ne soit plus envisagé.

Toutefois, M. Ash a déclaré au radiodiffuseur public Kan qu’il craignait qu’à mesure que les chiffres de l’infection s’améliorent, le public ne respecte plus les consignes sanitaires, ce qui pourrait entraîner une nouvelle hausse des infections.

M. Ash a admis que les fonctionnaires du ministère ont « des papillons dans le ventre » à propos de l’ouverture de l’année scolaire, qui est prévue pour mercredi.

Il a également commenté l’annonce faite dimanche par le ministère de la Santé, selon laquelle tous les Israéliens âgés de plus de 12 ans peuvent désormais bénéficier d’une troisième injection de vaccin qui est présentée comme un rappel nécessaire à l’inoculation. Le gouvernement a fait de la vaccination une stratégie clé dans ses efforts pour endiguer la vague actuelle d’infections au COVID-19.

« Nous avons compris que l’on ne peut pas compter sur deux doses de vaccin pour que les gens se sentent protégés », a-t-il déclaré. « Ceux qui ont reçu deux doses sont moins protégés au fil du temps et après six mois [le déclin] devient significatif. »

M. Ash a déclaré qu’il espérait qu’au cours du mois à venir, toutes les personnes ayant reçu leur deuxième injection il y a au moins cinq mois recevraient la dose de rappel.

Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, participe à une conférence de presse à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Malgré l’optimisme d’Ash, un haut fonctionnaire anonyme du ministère de la Santé a déclaré à Kan que chaque jour, 100 autres patients du COVID-19 tombent gravement malades. La source a déclaré que cela inclut ceux qui sont déjà hospitalisés mais dont l’état se détériore, ainsi que les patients des institutions gériatriques, dont beaucoup ne sont pas inclus dans les statistiques quotidiennes du ministère de la Santé.

Le fonctionnaire a déconseillé de commencer l’année scolaire comme prévu, en déclarant qu’en plus des rassemblements privés et publics attendus pendant la période des fêtes qui comprend le nouvel an juif de Rosh HaShana, Yom Kippour et les fêtes de Souccot, une telle décision était susceptible d’entraîner un désastre pour le système de santé. Il a insisté sur la nécessité de restreindre davantage les rassemblements plutôt que de s’en remettre uniquement aux vaccinations.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, 2 041 949 Israéliens ont reçu trois doses de vaccin, 5 474 954 en ont reçu au moins deux et 5 962 290 en ont reçu une. Seules les personnes de 12 ans et plus peuvent être vaccinées.

Après avoir réduit les infections virales quotidiennes à un peu plus d’une douzaine à la mi-juin, Israël a connu une recrudescence d’infections attribuées au variant Delta, hautement contagieux. Cette vague a compliqué les préparatifs de la rentrée scolaire, certains étant favorables à un report jusqu’en octobre afin de donner aux vaccinations plus de temps pour avoir un impact.


Un homme reçoit sa troisième dose du vaccin contre le COVID-19 dans un centre de soins temporaire à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël a déjà réintroduit certaines restrictions sur les rassemblements, en limitant les foules et en réappliquant le système dit du « laissez-passer vert », qui n’accorde l’accès aux lieux qu’aux personnes vaccinées ou guéries du COVID-19 ou récemment testées négatives pour le virus.

Lorsque les taux d’infection montaient encore en flèche, il avait été question, parmi les hauts fonctionnaires, d’un confinement pendant la période des fêtes, afin d’éviter que les rassemblements traditionnels, qui comprennent de longues prières dans les synagogues, ne deviennent un foyer de propagation du COVID-19.

Cette année, Rosh HaShanah commence le 6 au soir jusqu’au 8 septembre, et Yom Kippour le 15 au soir jusqu’au16 septembre soir. La semaine de fête de Souccot commence le lundi 20 au soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...