L’église du QG des SS à Auschwitz est une « profanation », selon des rabbins
Rechercher

L’église du QG des SS à Auschwitz est une « profanation », selon des rabbins

Alors que les dirigeants du monde commémoraient le 75e anniversaire de la libération du camp de la mort nazi le 27 janvier, des rabbins ont demandé à ce que l'église soit déplacée

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

  • De gauche à droite, les rabbins Shabbos Kestenbaum, Avi Weiss, Ezra Seligsohn et Jonathan Leener protestent contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    De gauche à droite, les rabbins Shabbos Kestenbaum, Avi Weiss, Ezra Seligsohn et Jonathan Leener protestent contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Les rabbins Shabbos Kestenbaum, Avi Weiss, Ezra Seligsohn et Jonathan Leener protestent contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Les rabbins Shabbos Kestenbaum, Avi Weiss, Ezra Seligsohn et Jonathan Leener protestent contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Le rabbin Shabbos Kestenbaum serre la main d'une policière après que lui et trois autres personnes aient protesté contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS, en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Le rabbin Shabbos Kestenbaum serre la main d'une policière après que lui et trois autres personnes aient protesté contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS, en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Les rabbins Shabbos Kestenbaum, Ezra Seligsohn, Avi Weiss et Jonathan Leener posent pour une photo avec la police après avoir protesté contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Les rabbins Shabbos Kestenbaum, Ezra Seligsohn, Avi Weiss et Jonathan Leener posent pour une photo avec la police après avoir protesté contre l'emplacement d'une église dans un ancien quartier général SS en face de l'ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

OSWICIEM, Pologne – Alors que les dirigeants du monde entier se réunissaient dans l’ancien camp de la mort nazi de Birkenau le 27 janvier pour honorer le 75e anniversaire de la libération du camp, quatre rabbins des États-Unis se tenaient devant une église située dans l’ancien quartier général SS voisin pour protester contre ce qu’ils ont appelé une « profanation » du site où 1,1 million de Juifs ont été assassinés entre 1941 et 1945.

Leur chef, le rabbin Avi Weiss, 75 ans, proteste depuis des décennies contre l’emplacement de l’église près d’Auschwitz-Birkenau. Il a été arrêté pour y avoir manifesté en 1995. Weiss est également connu pour avoir protesté contre la création d’un couvent de carmélites dans un ancien bâtiment d’Auschwitz où était autrefois stocké le gaz Zyklon-B utilisé pour assassiner les Juifs. Les religieuses ont finalement quitté le bâtiment en 1993 sur ordre du pape Jean-Paul II.

Weiss, militant de longue date pour les questions israéliennes et juives, est le fondateur de la Yeshivat Chovevei Torah, une école rabbinique Liberal Orthodox pour hommes, et de la Yeshivat Maharat, où les femmes reçoivent l’ordination. A Auschwitz cette semaine, le rabbin principal s’est effacé pour laisser son ancien élève, le rabbin Ezra Seligsohn, 29 ans, qui enseigne maintenant à l’Institut hébraïque de Riverdale dans le Bronx, accorder sa première intervention au Times of Israel.

« Nous sommes ici pour protester contre l’existence de cette église dans ce lieu », a déclaré M. Seligsohn. « Ce bâtiment était auparavant un quartier général des SS pendant la Shoah. Il y a eu des témoignages de femmes violées et abusées ici dans ce bâtiment. Et dans les années 1980, il a été transformé en église. Nous pensons que c’est une énorme violation ».

De gauche à droite, les rabbins Shabbos Kestenbaum, Avi Weiss, Ezra Seligsohn et Jonathan Leener protestent contre l’emplacement d’une église dans un ancien quartier général SS en face de l’ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Les visiteurs qui sortent de l’ancien camp d’extermination de Birkenau marchent sur des centaines de mètres devant les ruines du camp – des colonnes isolées et des piles de briques en saillie sur la terre nue, délimitées par des fils barbelés noirs. À l’horizon, l’église se profile avec son architecture nazie caractéristique derrière un crucifix imposant.

L’église se trouve juste en face de la route peu fréquentée à une voie qui marque la limite de l’ancien camp. Elle se trouve à une distance presque égale au bord du fil barbelé. Derrière l’église se trouve un quartier résidentiel tranquille avec de petites maisons bien rangées qui sentent le feu de bois.

« C’est assez fou que ce lieu était rempli de casernes, et maintenant ce n’est plus qu’un champ nu », a déclaré Seligsohn, en pointant son regard vers une zone herbeuse entourée de barbelés. « La seule chose qui restera après 50 ans, ce sont ces énormes croix au sommet de cette église. Les gens vont penser que c’est un site de ruine catholique. C’est le plus grand cimetière juif du monde ».

L’église dans l’ancien quartier général SS en face de l’ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 28 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Des hauts et des bas

Dans les années 1990, des nationalistes catholiques polonais ont construit des centaines de croix après la signature d’un accord interdisant la construction de nouveaux symboles ou structures religieuses dans la région d’Auschwitz-Birkenau. L’accord était conçu comme un geste de sensibilité envers les Juifs, qui représentent la grande majorité des personnes assassinées dans les camps. En fin de compte, de nombreuses croix ont été retirées, tandis que d’autres sont restées.

L’énorme crucifix dans la cour de l’église a également été considéré comme offensant, même par ceux qui ignoraient que c’était le lieu de la manifestation des rabbins.

« En descendant cette route, où le panneau m’indique que des enfants juifs ont été conduits à la mort dans les crématoires quatre et cinq, puis en sortant du camp par la droite, la première chose que je vois, c’est une grande croix discordante et, très honnêtement, offensante », a déclaré Andrew Silow-Carroll, rédacteur en chef de The Jewish Week, qui s’est rendu personnellement sur le site le lendemain de la manifestation des rabbins.

« Je ne leur reproche pas leur église ou leur communauté religieuse », a déclaré Silow-Carroll. « Mais je ne pense pas que la grande croix doit être là, se dressant au-dessus des murs du camp d’une manière revendicative ».

Des paroissiens assistent à un service de prière dans l’église située dans l’ancien quartier général SS du camp de la mort nazi de Birkenau, le 28 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Selon M. Weiss, l’érection de la croix et le réaménagement de l’ancien quartier général des SS en église est une violation de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO de 1972 qui protège les sites culturels. Auschwitz, a-t-il dit, était sur la liste des zones protégées.

Le seul prêtre de l’église a refusé de répondre au Times of Israel mardi, disant que c’était une affaire de ses supérieurs. Mais il a cherché à corriger les informations selon lesquelles un prêtre aurait claqué la porte d’entrée de l’église au visage des manifestants.

« Je suis seul ici », a-t-il dit. « Je ne l’ai pas fait, et il n’y avait personne d’autre que moi qui aurait pu le faire ».

Une église dans un ancien quartier général SS en face de l’ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Une protestation silencieuse

Lundi, les rues du quartier avaient été bouclées par des barrages routiers en attendant l’arrivée des nombreux dignitaires pour la commémoration. De plus, une fois que la police a repéré les manifestants rabbiniques – qui étaient là depuis 8 heures du matin – elle a garé quatre grands fourgons de police directement devant l’église, ce qui a permis de contenir les manifestants et de les garder hors de vue.

Aucune voiture ni piéton n’est passé pendant que le Times of Israel était présent à la manifestation, et le silence n’a été rompu qu’une seule fois – par les sirènes d’un cortège de voitures en route pour l’événement principal.

Dans une lettre ouverte publiée la semaine dernière, Weiss a annoncé la manifestation et a invité « les survivants et autres bonnes gens rassemblés lors de la commémoration » à s’y joindre.

« Nous ne sommes pas là pour les médias », a déclaré M. Weiss. « Ce matin a été l’un des matins les plus saints de ma vie, parce qu’en ce 75e anniversaire [de la libération d’Auschwitz], il y avait une présence juive qui s’est exprimée à la mémoire de 1,1 million de Juifs qui se trouvent sous la terre de Birkenau et qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes, qui ont vécu en tant que Juifs, sont morts en tant que Juifs, et devraient pouvoir reposer en paix en tant que Juifs ».

De gauche à droite, les rabbins Shabbos Kestenbaum, Avi Weiss, Ezra Seligsohn et Jonathan Leener protestent contre l’emplacement d’une église dans un ancien quartier général SS en face de l’ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Interrogé, un officier de police qui a demandé à ne pas être nommé a déclaré qu’il « ne connaissait pas les détails, car nous sommes juste là pour protéger la zone. Tout s’est déroulé de manière assez pacifique, et c’est tout, je pense ».

Lorsqu’on lui a demandé des informations complémentaires, l’officier a déclaré qu’ils n’étaient pas autorisés à faire des commentaires, et a dirigé le Times of Israel vers le bureau de presse de la police.

Weiss a souligné l’importance des relations inter-confessionnelles, disant qu’il avait participé à une session d’étude inter-confessionnelle suite à la fusillade de masse de 2015 dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, par un suprématiste blanc, au cours de laquelle neuf fidèles afro-américains ont été tués.

« Nous ne cherchons pas à ce que l’église ferme, nous cherchons à ce qu’elle déménage. Parce que si elle reste, c’est la seule chose qui restera à Auschwitz-Birkenau », a déclaré M. Weiss. « Les relations interconfessionnelles sont très importantes pour moi, mais une église n’a pas sa place ici. Il arrive un moment où vous devez défendre la dignité des Juifs et parler pour ceux qui ne peuvent pas le faire eux-mêmes ».

Selon Weiss, il est de la responsabilité des dirigeants juifs de protester contre l’emplacement de l’église. En outre, la tenue d’une cérémonie commémorative sans que les principaux dirigeants juifs présents n’en fassent mention équivaut à de la complicité. Il a déclaré qu’il avait écrit une lettre au président israélien Reuven Rivlin pour lui demander de mentionner l’affaire au président polonais Andrzej Duda lorsque les deux se rencontreraient à l’occasion de cet événement.

Le rabbin Shabbos Kestenbaum serre la main d’une policière après que lui et trois autres personnes aient protesté contre l’emplacement d’une église dans un ancien quartier général SS, en face de l’ancien camp de la mort nazi de Birkenau, le 27 janvier 2020. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Cependant, un porte-parole de Rivlin, à qui le Times of Israel a demandé si le président avait fait mention de l’église à Duda, a répondu : « Je n’ai aucune information à ce sujet, j’en ai peur. »

Le rabbin Jonathan Leener, un autre ancien étudiant de Weiss âgé d’une trentaine d’années, était mécontent des mesures de sécurité strictes limitant les déplacements à l’intérieur et entre Auschwitz et Birkenau, la ville voisine, ainsi que du fait que la zone du musée d’Auschwitz était fermée aux visiteurs le lundi.

« En général, le manque de liberté de mouvement sur ces lieux est pour moi très déconcertant, que les Juifs n’aient pas la possibilité d’aller dans certaines parties du camp, surtout aujourd’hui, en dehors de tous les jours. Pensez à l’ironie – je suis un rabbin qui essaie d’entrer à Auschwitz, et qui n’y est pas autorisé », a déclaré Leener.

« Il fut un temps où nous ne pouvions pas sortir d’ici. Maintenant, nous ne pouvons plus entrer », a déclaré Weiss. « Ils devraient appeler ça ‘Auschwitz sur invitation seulement’. Il y a quelque chose qui cloche avec ça ».

Cet article a été corrigé pour inclure des détails sur le couvent carmélite contre lequel le rabbin Avi Weiss a protesté de 1989 à 1993. Il corrige également l’âge du rabbin Jonathan Leener de 20 à 30 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...