L’Egypte aurait demandé au Hamas de mettre fin aux manifestations à Gaza – AP
Rechercher

L’Egypte aurait demandé au Hamas de mettre fin aux manifestations à Gaza – AP

Les envoyés du Caire ont dit s'inquiéter de la possibilité d'une "grave détérioration" ; les autorités de la bande de Gaza s'engagent à poursuivre les manifestations

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Un Palestinien tente de couper des fils barbelés à la barrière frontalière avec Israël, à l'est de Jabalia dans le centre de la ville de Gaza, lors d'une manifestation le 13 avril 2018 (AFP PHOTO / MOHAMMED ABED).
Un Palestinien tente de couper des fils barbelés à la barrière frontalière avec Israël, à l'est de Jabalia dans le centre de la ville de Gaza, lors d'une manifestation le 13 avril 2018 (AFP PHOTO / MOHAMMED ABED).

Les hauts responsables égyptiens du renseignement qui se sont rendus dans la bande de Gaza samedi auraient demandé aux dirigeants du Hamas de mettre fin aux manifestations de masse hebdomadaires le long de la frontière avec Israël.

La délégation égyptienne, dirigée par Sameh Nabil, responsable du dossier palestinien au sein du Service général de renseignement égyptien, est entrée dans la bande de Gaza par le poste frontière d’Erez avec Israël.

Un responsable de l’Autorité palestinienne à Ramallah a déclaré que les responsables égyptiens ont exigé, lors de leurs entretiens avec les dirigeants du Hamas dans la ville de Gaza, que le groupe terroriste mette fin aux manifestations, qui ont commencé il y a trois semaines dans le cadre de la fameuse Marche du retour.

« Les Égyptiens craignent que les affrontements le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël ne conduisent à une grave détérioration », a déclaré le responsable au Times of Israel. « Les Égyptiens craignent également que les affrontements ne se déplacent vers la frontière entre la bande de Gaza et l’Égypte. »

L’Égypte a refusé d’ouvrir de façon permanente le point de passage de Rafah avec la bande de Gaza, décision qui a suscité de vives critiques de la part des Palestiniens vivant dans l’enclave côtière.

Selon des informations non confirmées par un certain nombre de médias arabes ces derniers jours, l’Égypte a fait pression sur le Hamas pour qu’il mette fin à la « Marche du retour » en échange d’un assouplissement des restrictions de circulation au point de passage de Rafah.

Adel Abed Al Rahman, porte-parole de la délégation égyptienne qui s’est rendue dans la bande de Gaza, a déclaré que les pourparlers avec les dirigeants du Hamas étaient axés sur la question de la « réconciliation » entre le groupe terroriste et la faction au pouvoir du Fatah de Mahmoud Abbas.

Les forces israéliennes déployées aux abords du Kibbutz Kerem Shalom sur la frontière israélienne au sud de la bande de Gaza alors que la fumée de pneus brûlés par les Palestiniens se dégage, le 6 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA

Le Hamas et le Fatah ont signé un accord de réconciliation au Caire en octobre 2017, dans lequel ils se sont engagés à mettre fin à leurs différends et à ouvrir la voie à l’unité palestinienne. Cependant, les deux parties rivales n’ont pas réussi à s’entendre sur la mise en œuvre de l’accord conclu avec l’Égypte et continuent de se tenir mutuellement responsables de son échec.

Abbas a accusé le Hamas de ne pas avoir cédé le contrôle total de la bande de Gaza à son gouvernement basé à Ramallah. Il a également menacé d’imposer de nouvelles sanctions au Hamas à moins qu’il ne se conforme à ses exigences.

Le Hamas, pour sa part, a accusé Abbas de ne pas avoir levé les sanctions qu’il a imposées à la bande de Gaza l’année dernière, dont la suspension des paiements à des milliers de fonctionnaires. Le Hamas a également rejeté la demande d’Abbas de permettre à ses forces de sécurité de se déployer dans la bande de Gaza.

Les agents des services de renseignement égyptiens qui tentaient d’assurer la médiation entre le Hamas et le Fatah ont quitté la bande de Gaza peu après l’attentat du mois dernier contre Rami Hamdallah, le Premier ministre de l’AP. Le convoi de Hamdallah a été pris pour cible par une bombe au bord de la route alors qu’il s’apprêtait à inaugurer une usine de traitement des eaux usées dans le nord de la bande de Gaza. Ni lui ni le chef des renseignements généraux de l’Autorité palestinienne, Majed Faraj, qui était également dans le convoi, n’ont été blessés.

Les responsables du Hamas ont refusé de commenter l’affirmation selon laquelle les Égyptiens faisaient pression sur eux pour mettre fin à la « Marche du retour ».

Cependant, peu après le départ des responsables égyptiens de la bande de Gaza, Khalil al-Hayya, un haut responsable du Hamas, a annoncé que les manifestations de masse se poursuivraient « jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs véritables objectifs ».

Les manifestations, a dit al-Hayya, se poursuivront jusqu’au 15 mai, date à laquelle les Palestiniens marqueront le jour de la Nakba, la date du calendrier grégorien pour la fête de l’indépendance d’Israël.

« Notre peuple palestinien continuera les marches et l’intifada contre l’occupation israélienne jusqu’à ce qu’ils obtiennent le droit au retour », a dit Hayya, se référant à l’exigence qu’Israël permette aux réfugiés palestiniens et à leurs descendants de revenir dans leurs anciennes maisons à l’intérieur d’Israël.

Des manifestants palestiniens brûlent un drapeau israélien lors d’affrontements avec les forces israéliennes près de la frontière avec Israël, à l’est de la ville de Gaza, dans le centre de la bande de Gaza, le 13 avril 2018. (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

« Le fait que le drapeau israélien ait été brûlé [pendant le troisième vendredi des manifestations] est la preuve que nous ne reconnaissons pas ce drapeau et ses propriétaires. »

Vendredi, au moins 10 000 Gazaouis ont pris part à des manifestations à grande échelle, l’armée israélienne ayant déclaré que les manifestants ont lancé un engin explosif et des bombes incendiaires sur les troupes israéliennes déployées à la frontière, ainsi que plusieurs tentatives pour endommager la clôture entre Israël et Gaza et pénétrer sur le territoire israélien.

Les manifestants ont incendié des pneus et brûlé de grands drapeaux israéliens, ainsi que des posters du Premier ministre israélien et du ministre de la Défense. De grands panaches de fumée noire provenant de pneus en feu s’élevaient dans le ciel. Ils ont également brûlé des photos du président américain Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Vendredi dernier, environ 20 000 Palestiniens ont pris part aux manifestations, alors que la semaine précédente en avait rassemblé environ 30 000.

Plus de 30 Palestiniens ont été tués lors des affrontements qui durent depuis trois semaines, selon les autorités sanitaires dirigées par le Hamas. Le Hamas a reconnu que plusieurs des personnes tuées étaient ses membres, et Israël a identifié d’autres victimes comme membres de groupes terroristes.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...