L’enseignement de l’histoire-géo en Allemagne et en Israël
Rechercher

L’enseignement de l’histoire-géo en Allemagne et en Israël

Des chercheurs ont examiné les livres d'histoire, de géographie et d'instruction civique dans les deux pays

Drapeau de l'Allemagne (Crédit : domaine public)
Drapeau de l'Allemagne (Crédit : domaine public)

La plupart des manuels scolaires d’histoire allemands ne décrivent pas correctement la complexité historique du conflit israélo-palestinien et dépeignent Israël comme un pays dans un état de conflit permanent, selon une nouvelle étude israélo-allemande.

Selon le journal Haaretz, le rapport conclut une étude de cinq ans au cours de laquelle les universitaires des deux pays ont examiné les livres d’histoire, de géographie et d’instruction civique dans les deux pays.

Le rapport porte sur environ 150 sujets, notamment les articles et les livres enseignés dans le secondaire.

L’équipe allemande a révélé qu’Israël est présentée dans les manuels scolaires allemands essentiellement dans le contexte du conflit, comme une nation en guerre, en omettant d’examiner l’évolution de la société israélienne, les réalisations d’Israël et sa place parmi les démocraties du monde.

« L’occupation continue et les colonies » sont mentionnées dans la plupart des livres comme un obstacle majeur à la paix, en se gardant de définir la violence palestinienne contre les civils israéliens comme du terrorisme.

Les chercheurs ont conclu qu’Israël ne devrait pas être présenté de manière unidimensionnelle avec le prisme du conflit au Moyen-Orient et que le récit dans lequel le conflit est dépeint comme inévitable et insoluble, doit être évité.

Selon le même rapport israélo-allemand sur les manuels scolaires, la Shoah et le nazisme sont mis en évidence dans les manuels scolaires allemands, mais dans de nombreux cas de telle sorte que l’Allemagne nazie est dépeinte comme « une machine à tuer automatique », dans laquelle les gens jouent un rôle subsidiaire, évitant ainsi souvent la question de la responsabilité personnelle de certains Allemands.

Les chercheurs israéliens qui ont étudié la façon dont la Shoah est enseignée en Israël ont trouvé qu’elle était traitée « d’une manière académique, factuelle et non-sensationnelle, tout en prenant soin de présenter les faits avec très peu de place pour les émotions ».

Les chercheurs notent qu’ « un effort est fait pour éviter de présenter des histoires horribles et que très peu d’images de cadavres sont utilisées. »

En outre, les manuels scolaires israéliens ne négligent pas de mentionner le traitement par les nazis de groupes non-juifs qui ont souffert de persécution pendant la Shoah.

Par contre, les livres israéliens ne décrivent pas corrrectement l’Allemagne de l’après-guerre, faisant à peine mention de la période de la guerre froide et de la réunification.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...