Rechercher
LE POINT SUR LA CAMPAGNE

Les alliances (ou l’absence d’alliances) qui détermineront l’issue du scrutin

À l'extrême-droite, Ben Gvir et Smotrich maintiendront-ils leur alliance ? Les Travaillistes et le Meretz relanceront-ils la leur ? Les enjeux ne pourraient être plus élevés

  • Les députés Bezalel Smotrich, à gauche, et Itamar Ben Gvir, au centre, à la porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 20 octobre 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
    Les députés Bezalel Smotrich, à gauche, et Itamar Ben Gvir, au centre, à la porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 20 octobre 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
  • Zehava Galon, à gauche, s’adressant à des milliers de militants de gauche israéliens lors d’un rassemblement à Tel-Aviv le 27 mai 2017 ; la leader du Parti travailliste Merav Michaeli assistant à une conférence à Rishon Lezion, le 19 juillet 2022. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
    Zehava Galon, à gauche, s’adressant à des milliers de militants de gauche israéliens lors d’un rassemblement à Tel-Aviv le 27 mai 2017 ; la leader du Parti travailliste Merav Michaeli assistant à une conférence à Rishon Lezion, le 19 juillet 2022. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
  • Le point sur la campagne électorale israélienne : Un sondage des sondages, le 7 août 2022, indiquant le nombre de sièges que les partis devraient remporter si l'élection avait lieu aujourd'hui, sur la base d'une pondération des derniers sondages d'opinion.
    Le point sur la campagne électorale israélienne : Un sondage des sondages, le 7 août 2022, indiquant le nombre de sièges que les partis devraient remporter si l'élection avait lieu aujourd'hui, sur la base d'une pondération des derniers sondages d'opinion.

Au cours des dernières semaines, cette chronique a analysé l’état de la campagne du point de vue des plus grands partis. Cette semaine, nous nous concentrons sur les petits partis en marge de l’échiquier politique – à savoir le Parti travailliste et le Meretz à gauche, et le Sionisme religieux et Otzma Yehudit à droite.

De part et d’autre, les partis sont actuellement engagés dans un débat interne (très public) sur la question de savoir s’ils doivent se présenter ensemble ou séparément. Dans ce texte, nous analyserons la dynamique qui sous-tend ces décisions, ainsi que les conséquences potentielles qui en découleraient.

Ce faisant, nous tenterons d’aborder le sujet d’un point de vue dépassionné et fondé sur des données, en tant que praticiens de la politique plutôt qu’en tant que parties intéressées. Nous reconnaissons toutefois que les parties ont bien entendu d’autres calculs à faire, à savoir l’idéologie, les jeux de capitaux politiques, l’ego et les relations interpersonnelles, jouant tous un rôle.

En fin de compte, même si ces calculs stratégiques n’ont pas le prestige de ceux auxquels sont confrontés les grands partis, ils n’en sont pas moins importants.

Dans les faits, comme indiqué précédemment, un seul parti passant sous le seuil pourrait changer toute l’issue des prochaines élections, déterminant qui sera Premier ministre, quel gouvernement sera formé et quelle voie empruntera Israël.

Les enjeux ne pourraient donc pas être plus élevés.

Le point sur la campagne électorale israélienne : Un sondage des sondages, le 7 août 2022, indiquant le nombre de sièges que les partis devraient remporter si l’élection avait lieu aujourd’hui, sur la base d’une pondération des derniers sondages d’opinion.

Le positionnement de la droite

À droite, la question actuelle n’est pas de savoir s’il faut fusionner ou non, mais plutôt s’il faut rompre ou non.

À première vue, ce débat semble incongru. Si l’on définit la droite comme les partis se situant à la droite du Likud (ce qui exclurait le parti Yamina en 2021, lorsque Naftali Bennett a cherché à élargir son audience), alors son positionnement actuel dans les sondages est le meilleur qu’il n’ait jamais eu cette dernière décennie.

Les députés Bezalel Smotrich, à gauche, et Itamar Ben Gvir, au centre, à la porte de Damas dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 20 octobre 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Comme le montre le graphique ci-dessous, les partis situés à la droite du Likud ont remporté entre cinq et huit sièges lors des cinq dernières élections. Pourtant, selon notre moyenne actuelle, Sionisme religieux (qui comprend également le parti Otzma Yehudit) obtient 10,6 sièges.

Sièges combinés des partis à la droite du Likud.

De plus, le parti est en progression constante dans les sondages, ayant gagné 1,5 siège au cours des six dernières semaines, soit une moyenne de 0,25 siège par semaine. Si cette dynamique se maintient, le parti pourrait obtenir 13 ou 14 sièges le jour du scrutin (et ce, avant que l’opération Aube n’ait été déclenchée à Gaza ce week-end, ce qui pourrait bien renforcer la droite).

Moyenne des sondages hebdomadaires, du Sionisme religieux.

Malgré cela, des voix s’élèvent au sein des deux partis qui laissent à penser qu’ils pourraient obtenir davantage de sièges s’ils se présentaient séparément.

Ce drame s’est joué sur nos écrans de télévision, les chefs des deux partis semblant négocier en direct, au journal télévisé du soir. Les sondages ont également joué un rôle : le chef d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, a demandé un sondage indépendant pour déterminer comment une liste commune serait composée. Sa position est sans doute renforcée par un récent sondage suggérant que s’il dirigeait le parti, il obtiendrait 13 sièges, contre 10 s’il était dirigé par le leader actuel du Sionisme religieux, Bezalel Smotrich.

Un autre sondage indique que si les partis se présentaient séparément, ils augmenteraient leur nombre total de deux sièges (de 9 dans ce sondage à 11), Otzma Yehudit obtenant sept sièges et Sionisme religieux en obtenant quatre.

Cela met en lumière le problème majeur des partis qui se présentent séparément : le très important seuil électoral. Alors que dans ce cas, le nombre total de sièges pourrait augmenter de deux, il pourrait aussi facilement diminuer d’au moins le même nombre si le Sionisme religieux, sans Otzma Yehudit, tombait légèrement en dessous du seuil de 3,25 %.

C’est exactement ce qui s’est passé en avril 2019, lorsque le parti HaYamin HaHadash de Bennett a manqué le seuil de quelques centaines de voix, faisant perdre au bloc de droite jusqu’à trois sièges qui auraient été décisifs. Cinq mois plus tard, en septembre 2019, le parti Otzma Yehudit de Ben Gvir, qui se présentait en solo, a également manqué le seuil, « gaspillant » 1,9 % des voix, soit environ deux sièges.

C’est exactement la raison pour laquelle le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, craignant qu’il n’y ait probablement pas de place pour plus d’un parti à sa droite, a choisi d’intervenir avant les élections de 2021 pour assurer la fusion Smotrich-Ben Gvir. Ce calcul politique impitoyable, qui consistait à éviter à tout prix les « votes perdus » dans son bloc, a largement contribué à garantir l’entrée de l’extrémiste Ben Gvir à la Knesset, et l’a conduit à être massivement critiqué tant dans le pays qu’à l’étranger.

Toutes les parties étant conscientes des risques, le débat actuel est probablement une question de positionnement sur la composition de la liste et de la direction du parti – et sur la future gouvernance – plutôt qu’une véritable question sur l’opportunité de se séparer ou de s’unir. Après tout, quand les choses vont si bien pour le parti fusionné, pourquoi risquer de tout perdre ?

La gauche et le précipice

La situation de la gauche est plus controversée.

Ici, les principales figures du Parti travailliste et du Meretz s’opposent à toute alliance, marquées par les élections de 2020 où les partis ont présenté une liste commune (avec l’ajout d’un troisième parti, le parti Gesher d’Orly Levy-Abekasis). Lors de cette élection, la gauche a obtenu le nombre de sièges le plus bas de son histoire – soit sept seulement – par opposition aux dix à treize sièges qu’elle a obtenus lors d’autres cycles électoraux récents. Les deux partis totalisent aujourd’hui 9,2 sièges.

Résultats électoraux des partis de gauche.

Si l’on considère le nombre combiné de votes pour ces partis de gauche, les chiffres sont encore plus frappants. Les Travaillistes et le Meretz ont régulièrement augmenté leur nombre de voix combiné à chacune des trois élections où ils se sont présentés séparément, d’environ 60 000 voix à chaque fois. L’exception flagrante ici est la liste commune qu’ils ont présentée en 2020.

Total des voix pour les partis de gauche.

Ici aussi, cependant, le spectre des votes gaspillés est omniprésent. Si les données montrent qu’en termes de votes totaux, le Parti travailliste et le Meretz font mieux séparément, cela dépend bien sûr du fait qu’ils passent tous deux le seuil – ce qui n’est pas certain.

Zehava Galon, à gauche, s’adressant à des milliers de militants de gauche israéliens lors d’un rassemblement à Tel-Aviv le 27 mai 2017 ; la leader du Parti travailliste Merav Michaeli assistant à une conférence à Rishon Lezion, le 19 juillet 2022. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Le Meretz, le plus petit des deux partis, se situe actuellement dans notre sondage à 4 sièges, mais pendant le premier mois de la campagne, il était sous le seuil, et il pourrait facilement redescendre.

Moyenne hebdomadaire des sondages, Parti travailliste et Meretz.

Si nous regardons le passé, nous pouvons voir que le Meretz a flirté avec le seuil de manière constante depuis qu’il a été relevé à 3,25 % avant les élections de 2015. Lors des quatre élections où il s’est présenté de manière indépendante, il a dépassé le seuil de justesse à chaque fois, entre 0,38 et 1,34 %, des marges qui sont incroyablement minces.

Pourcentage des votes pour le Meretz.

Contrairement à la droite, où le traumatisme des partis qui manquent le seuil est un fait avéré, à gauche, on a le sentiment que tout ira bien cette fois-ci parce que cela a toujours été le cas. « Au bout du compte », dit-on, « la base idéologique viendra voter et nous renflouer ». Mais quand on est si près du précipice, encore et encore, on finit par craindre d’y tomber.

Cette crainte est amplifiée par le fait que pour ceux qui sont à gauche, les enjeux sont plus élevés. Alors qu’à droite, la conséquence des votes gâchés en 2019 était une nouvelle élection, à gauche, cela signifierait probablement une défaite pure et simple, et un gouvernement étroit, du bloc Netanyahu, comprenant uniquement des partis de droite et ultra-orthodoxes.

Avec cette menace qui pèse sur les Travaillistes et le Meretz, vous pouvez comprendre pourquoi la pression pour fusionner demeure, même en comprenant que cela signifiera probablement moins de sièges au total.

Changements tardifs

Un autre facteur à prendre en compte est la structure de l’élection.

Les trois premières élections de ce cycle, en 2019 et 2020, étaient des courses en tête-à-tête entre deux juggernauts, le Likud et le Kakhol lavan, chacun remportant bien plus de 30 sièges. Dans ce genre d’élections, une course pour être le plus grand parti fait souvent son apparition, ce qui attire les électeurs des petits partis vers les plus grands dans les derniers jours de la course.

Le meilleur exemple de ce phénomène s’est produit en avril 2019, lorsque le Likud a gagné sept sièges, et le parti Kakhol lavan environ cinq et demi, dans les jours qui ont séparé les derniers sondages du jour du scrutin. Ces sièges ont été obtenus au détriment de petits partis dans leurs blocs respectifs, faisant passer le parti HaYamin HaHadash de Bennett sous le seuil et laissant le Meretz dangereusement proche.

Élection d’avril 2019 : Scrutins finaux vs. résultats.

Lors du dernier scrutin, en 2021, la dynamique était très différente. À ce moment-là, le Likud était de loin le plus grand parti dans tous les sondages, tandis que son plus grand concurrent – Yesh Atid – jouait astucieusement un « jeu de blocs » qui visait à stimuler le bloc anti-Netanyahu dans son ensemble. Le Likud et Yesh Atid ont tous deux perdu environ un siège par rapport au sondage final, tandis que les petits partis ont progressé.

Élection de 2021 : Sondages finaux vs. résultats.

Actuellement, cette élection ressemble beaucoup plus à celle de 2021 qu’à celles de 2019/2020, avec Yesh Atid à 12 sièges derrière le Likud (34,3 contre 22,3). Si cela reste ainsi, le Meretz et les Travaillistes se présenteront séparément, ce qui semble plus logique.

Mais si Yesh Atid gagne des sièges pour tenter de réduire l’écart avec le Likud, ses votes proviendraient en partie des partis de gauche, ce qui ferait descendre ces partis vers le seuil. Le problème pour les Travaillistes et le Meretz, cependant, est que la date limite de présentation des listes (et donc de toute décision d’alliance) est fixée à six semaines avant les élections ; si ce type de campagne devait démarrer dans les dernières semaines, il serait trop tard pour qu’ils puissent réagir en fusionnant.

Le pari

En conclusion, les partis, en particulier ceux de gauche, sont confrontés à une décision délicate et potentiellement déterminante pour les élections.

Les données nous indiquent que s’ils se présentent séparément, ils obtiendront probablement plus de voix au total. Mais ce faisant, ils courent le risque que l’un d’entre eux, voire les deux, ne franchissent pas le seuil.

En fin de compte, cela revient à une décision que tout joueur doit prendre. Les partis accepteront-ils un nombre de sièges combinés probablement plus faible, ou prendront-ils le risque d’obtenir un meilleur résultat global, mais ce faisant, ils risqueraient de tout perdre ?

Simon Davies et Joshua Hantman sont partenaires chez Number 10 Strategies, un cabinet international de conseil en stratégie, recherche et communication, qui a réalisé des sondages et mené des campagnes pour des présidents, des Premiers ministres, des partis politiques et de grandes entreprises dans des dizaines de pays sur quatre continents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...