Rechercher

Selon un sondage, le Sionisme religieux monterait en flèche avec Ben-Gvir à sa tête

Le parti remporterait 13 sièges, contre 10 sous Smotrich, une bonne nouvelle pour le député d'extrême-droite, qui cherche à obtenir une plus grande part du gâteau nationaliste

Le député Itamar Ben Gvir, à gauche, s'exprimant lors d'une conférence de presse avant les prochaines élections, à Jérusalem, le 11 juillet 2022 ; le député Bezalel Smotrich, à droite, dirigeant une réunion de faction à la Knesset, le 6 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Itamar Ben Gvir, à gauche, s'exprimant lors d'une conférence de presse avant les prochaines élections, à Jérusalem, le 11 juillet 2022 ; le député Bezalel Smotrich, à droite, dirigeant une réunion de faction à la Knesset, le 6 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un sondage de la Treizième chaîne publié dimanche révèle que si le député d’extrême droite Itamar Ben-Gvir prend la tête du parti du Sionisme religieux à la place du leader actuel, le député Bezalel Smotrich, le parti remporterait 13 sièges aux prochaines élections, contre 10 sous Smotrich.

Ces trois sièges supplémentaires modifieraient la carte politique et donneraient au leader du Likud, Benjamin Netanyahu, 60 sièges dans son bloc religieux de droite, ce qui le place à un siège de la majorité, selon le sondage.

Avec Smotrich qui pourrait n’obtenir que 10 sièges, Netanyahu aurait 59 sièges dans son bloc, selon le sondage, soit moins que les 61 dont il aurait besoin pour former un gouvernement. Le Likud de Netanyahu obtiendrait 34 sièges, suivi de Yesh Atid avec 22, Kakhol lavan/Tikva Hadasha 12, Sionisme religieux 10, Shas 8, Yahadout HaTorah 7, Liste arabe unie 6, les Travaillistes 6, Yisrael Beytenu 6, Meretz 5 et Raam 4.

Il n’était pas prévu que le parti Yamina, désormais dirigé par Ayelet Shaked, franchisse le seuil électoral pour entrer à la Knesset, quel que soit le dirigeant du Sionisme religieux.

Le parti du Sionisme religieux dirigé par Smotrich s’était associé à la faction Otzma Yehudit de Ben Gvir, ainsi qu’au parti anti-LGBT Noam, pour obtenir six sièges et entrer au Parlement en 2021.

Alors que l’on s’attend à ce que les compatriotes idéologiques mais rivaux s’associent à nouveau pour les élections du 1er novembre, ce dernier sondage est une bonne nouvelle pour Ben Gvir, qui cherche à obtenir une plus grande part du gâteau nationaliste.

Le politicien d’extrême droite, Itamar Ben Gvir lors d’une session plénière à la Knesset, à Jérusalem, le 20 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière, Ben Gvir, un fervent partisan de l’extrême droite et un provocateur notoire, a demandé à Smotrich d’organiser un audit indépendant pour déterminer le nombre de places que chaque parti obtiendrait sur une liste unie et leur emplacement.

Smotrich a répondu en invitant Ben Gvir à rejoindre les primaires du Sionisme religieux, plutôt que de s’unir après la tenue des primaires.

Ben Gvir et Smotrich ont tous deux confiance dans leur base électorale et dans leurs chances de franchir le seuil requis pour entrer à la Knesset même s’ils devaient se présenter séparément ; les négociations s’annoncent donc plus difficiles qu’auparavant.

Après que le leader du Meretz, Nitzan Horowitz, a annoncé la semaine dernière qu’il prévoyait de se retirer de la tête du parti avant les prochaines élections, le sondage a montré que sous la direction de l’ancienne présidente du Meretz, Zahava Galon, le parti obtiendrait cinq sièges, contre six actuellement.

La leader du parti Meretz, la députée Zehava Galon, s’adresse à des milliers de militants de gauche lors d’un rassemblement sur la place Rabin, à Tel-Aviv, le 27 mai 2017 (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Toutefois, si le deputé Yair Golan devait remporter les primaires du parti, le sondage estime que le Meretz ne remporterait que 4 sièges, flirtant ainsi avec le seuil électoral.

À la question de savoir qui, selon eux, est la personne la plus apte à occuper le poste de premier ministre, 45 % des personnes interrogées ont répondu que Netanyahu était le plus apte, tandis que 32 % ont exprimé leur soutien au Premier ministre Yair Lapid.

Bien que les sondages ne soient souvent pas précis, ils influencent les considérations des politiciens. Le sondage de dimanche, réalisé par le professeur Camille Fox, a porté sur 703 personnes, avec une marge d’erreur de 3,8 %.

Un sondage réalisé au début du mois par Panels Politics pour le journal Maariv suggérait qu’avec 10 sièges pour le parti Sionisme religieux de Smotrich, le bloc dirigé par Netanyahu obtiendrait 61 sièges. Ce sondage prévoyait que le Likud obtiendrait 36 sièges lors des élections du 1er novembre.

Le sondage hebdomadaire réalisé par le Times of Israel, portant sur les principaux sondages d’opinion de la semaine passée, publié dimanche, indiquait que le Sionisme religieux pourrait obtenir 9,8 sièges.

Tobias Siegal a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...