Les Arabes israéliens en grève suite aux affrontements meurtriers à Gaza
Rechercher

Les Arabes israéliens en grève suite aux affrontements meurtriers à Gaza

Les entreprises et les écoles resteront fermées en solidarité avec les 58 Palestiniens tués ; un député du Likud a condamné le groupe qui a annoncé l’action

Des manifestants palestiniens lors d'affrontements avec les forces israéliennes près de la frontière entre Gaza et Israël, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 14 mai 2018 (Abed Rahim Khatib / Flash90)
Des manifestants palestiniens lors d'affrontements avec les forces israéliennes près de la frontière entre Gaza et Israël, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 14 mai 2018 (Abed Rahim Khatib / Flash90)

Un organisme de défense pour les Arabes israéliens a appelé mardi à une grève générale afin de rendre hommage aux 58 Palestiniens tués lors d’affrontements avec les forces israéliennes le long de la frontière avec la bande de Gaza la veille.

Le Haut comité de suivi pour les citoyens arabes d’Israël a ordonné que les entreprises et les écoles restent fermées tout au long de la journée. En outre, trois manifestations doivent avoir lieu à la jonction de Majd al-Krum en Galilée, à Wadi Ara près de Haïfa et dans la région méridionale du Néguev.

Le ministère de la Santé du Hamas a déclaré mardi que 58 Palestiniens avaient été tués et plus de 2 700 blessés dans les affrontements, survenus lors des plus grandes émeutes organisées dans le cadre de la campagne de manifestations de plusieurs semaines contre Israël, connue sous le nom de « Marche du Retour ».

Les violences ont éclaté alors que des dizaines de milliers de Palestiniens assistaient à des manifestations organisées par le Hamas à la frontière de Gaza. Des centaines d’autres ont affronté les troupes israéliennes à la périphérie de Jérusalem et ailleurs en Cisjordanie, marquant le 70e anniversaire de la Nakba, ou « catastrophe », depuis la création d’Israël en 1948, et protestant contre la relocalisation de l’ambassade américaine dans la capitale israélienne lundi après-midi.

En prévision des manifestations à Gaza, Israël avait affirmé au préalable que le Hamas prévoyait de franchir la barrière frontalière et de « massacrer » des Israéliens, et que l’armée arrêterait à tout prix une éventuelle violation de la frontière, avertissant les manifestants qu’ils mettaient leur propre vie en péril.

A Jérusalem, lundi, la police a arrêté 14 militants de gauche qui protestaient contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem à proximité du nouveau bâtiment de la mission dans le quartier Arnona de la capitale. Parmi les manifestants figuraient plusieurs membres arabes de la Knesset, dont certains se sont heurtés à la police.

Les détenus « n’ont pas respecté les conditions établies entre les manifestants et la police », a déclaré un porte-parole de la police. La police a déclaré que certains avaient scandé « Allahu Akbar » lors de la manifestation.

Des images de la manifestation près de l’ambassade, organisée alors que les dirigeants israéliens et les hauts responsables américains se réunissaient à l’intérieur pour la cérémonie d’inauguration, ont montré le député Jamal Zahalka du parti de la Liste arabe unie être poussé au sol par des officiers. Un autre membre de son parti, le député Masud Ganaim, a également été vu se confrontant avec colère aux forces israéliennes.

Le président américain Donald Trump a annoncé le 6 décembre 2017 qu’il reconnaissait Jérusalem comme capitale d’Israël et qu’il y déménagerait l’ambassade des Etats-Unis depuis Tel Aviv.

Les Palestiniens voient Jérusalem-Est comme leur future capitale et considèrent la reconnaissance de la ville comme capitale d’Israël par l’administration Trump comme une preuve de parti pris pro-israélien.

Le député du Likud, Amir Ohana (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

En réponse à la grève générale des Arabes israéliens, le député Amir Ohana du Likud a exhorté le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, à interdire le groupe qui l’a réclamée.

« Une fois de plus, nous sommes témoins que le Comité de suivi est une cinquième colonne dont le seul but est de saper l’existence même de l’Etat d’Israël », a déclaré Ohana dans un communiqué publié mardi. « L’identification automatique faite avec le groupe terroriste du Hamas devrait inquiéter toute personne rationnelle. »

Les agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...