Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Les bataillons du Hamas « au bord de l’effondrement », dit Yoav Gallant

Selon l'armée, 500 terroristes présumés ont été placés en détention le mois dernier, certains ayant pris part au massacre du 7 octobre ; le poste-frontière de Kerem Shalom sera ouvert pour faciliter le traitement des aides humanitaires

Le ministre de la Défense Yoav Gallant parle aux soldats à proximité de la frontière avec Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant parle aux soldats à proximité de la frontière avec Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Les bataillons du Hamas, dans les quartiers de Jabaliya et de Shejaiya, étaient au bord de l’effondrement, lundi, a estimé le ministre de la Défense Yoav Gallant dans un contexte de combats acharnés à Khan Younès, un bastion terroriste du sud de Gaza, et dans ses alentours alors même que des tirs de roquette ont visé le centre d’Israël pendant la journée.

« Nous avons encerclé les derniers bastions du Hamas à Jabaliya et à Shejaiya ; des bataillons qui étaient considérés autrefois comme invincibles et qui se sont préparés pendant des années à nous combattre sont ainsi sur le point d’être démantelés », a indiqué Gallant lors d’une conférence de presse.

Il a ajouté que des centaines de terroristes du Hamas s’étaient rendus aux troupes israéliennes ces derniers jours, ce qui, selon lui, « montre ce qui est en train d’arriver » au groupe terroriste palestinien.

L’armée et le Shin Bet ont déclaré, lundi, que plus de 500 terroristes avaient été arrêtées par les soldats dans la bande de Gaza, le mois dernier. Ils ont été interrogés par l’Unité 504, qui dépend de l’administration des renseignements militaires, et par l’agence de sécurité.

Selon un communiqué conjoint, ce sont plus de 140 hommes armés qui ont été appréhendés depuis la fin de la pause temporaire dans les combats, le 1er décembre.

Des suspects palestiniens détenus par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Certains terroristes ont été arrêtés alors qu’ils se cachaient dans des bâtiments civils, a noté l’armée qui a ajouté qu’environ 350 appartenaient au Hamas et que 120 étaient membres du Jihad islamique palestinien.

Des photos qui ont été diffusées par Tsahal, lundi, ont présenté des détenus habillés – contrairement à d’autres photos qui ont été émises depuis Gaza, ces derniers jours, montrant les suspects en sous-vêtements, une vision qui avait entraîné des critiques.

Dimanche, le Conseiller à la Sécurité nationale Tzachi Hanegbi et le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, avaient critiqué la diffusion et le partage de ces clichés montrant les terroristes présumés après les fouilles réalisées par les militaires désireux de s’assurer qu’ils ne transportaient pas d’explosif. Ils avaient déclaré que ces images ne circuleraient plus.

Des Palestiniens se rendent aux soldats à Jabaliya, dans le nord de Gaza, le 10 décembre 2023. (Crédit : Réseaux sociaux/ used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

S’exprimant dans la journée de lundi, Gallant a indiqué que des terroristes qui avaient participé au massacre commis, le 7 octobre, par le Hamas dans les communautés du sud d’Israël figuraient parmi les hommes qui ont été appréhendés.

L’État juif est en guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza depuis un peu plus de deux mois – une guerre déclenchée par l’assaut sans précédent lancé contre Israël lors d’une matinée de Simhat Torah. A cette date, des milliers de terroristes avaient franchi la frontière et s’étaient infiltrés dans les communautés du sud d’Israël dont ils avaient pris le contrôle, massacrant 1 200 personnes, des civils en majorité, et prenant environ 240 otages. Cette attaque avait eu lieu sous couvert de milliers de tirs de roquette qui avaient pris pour cible les villes et les villages israéliens. Environ mille terroristes avaient été tués ce jour-là et les jours suivants.

Les individus capturés, a dit Gallant, « nous disent des choses très intéressantes », faisant apparemment allusion aux informations obtenues par le biais des prisonniers.

Il a encouragé les terroristes à déposer les armes.  » Quiconque se rendra – sa vie sera épargnée », a-t-il affirmé.

Gallant a également menacé le chef du Hamas, Yahya Sinwar, le cerveau de l’assaut du 7 octobre, affirmant que son sort, celui celui de tous les autres hauts commandants du Hamas celui des hommes armés « était le même : se rendre ou mourir. Il n’y a pas de troisième option. »

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, à gauche, et le chef du Shin Bet, Ronen Bar, tenant une évaluation avec des officiers supérieurs dans le sud de Gaza, à Khan Younès, le 11 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Dans l’après-midi de lundi, le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi et le responsable du Shin Bet, Ronen Bar, ont procédé à une évaluation à Khan Younès, dans le sud de Gaza.

« Nous approfondissons nos prouesses dans le nord de la bande de Gaza, dans le sud et sous la surface de la terre », a déclaré Halevi dans une vidéo publiée par Tsahal, en référence au réseau de tunnels du Hamas dans la bande.

Dans un exemple de l’usage fait par les terroristes du Hamas de ce réseau souterrain, les réservistes de la Brigade de Jérusalem ont déjoué une tentative d’attaque lancée contre leur campement à Gaza, la semaine dernière, a fait savoir l’armée dans la journée de lundi.

Les forces du 9207e bataillon de la Brigade de Jérusalem ont reçu une alerte de renseignement concernant une attaque planifiée par le groupe terroriste palestinien dans la nuit de dimanche à lundi. Les troupes ont libéré leur campement et se sont mises en état de préparation pour l’attaque attendue du Hamas.

L’armée de l’air a effectué des frappes dans la zone et les troupes au sol ont ouvert le feu sur les hommes armés du Hamas qui sortaient d’un tunnel, a indiqué Tsahal. Selon l’armée, au milieu de la fusillade et des frappes, un engin explosif a explosé à l’intérieur du tunnel du Hamas, entraînant plusieurs explosions secondaires.

Tsahal a ensuite détruit l’entrée du tunnel utilisée pour mener la tentative d’attaque, ainsi que d’autres infrastructures de tunnel trouvées dans la zone.

Lundi également, la brigade d’infanterie Nahal a découvert un site d’entraînement du groupe terroriste palestinien du Hamas à l’intérieur d’une mosquée dans le nord de Gaza, à Jabaliya.

Des images publiées par l’armée israélienne montrent un officier faisant visiter la mosquée, révélant au troisième étage une salle utilisée par le Hamas pour des simulations de combat. Une mitrailleuse et un lance-roquettes ont été découverts dans la pièce, ainsi qu’un ordinateur et un projecteur. Dans une pièce adjacente, Tsahal dit avoir trouvé du matériel utilisé pour fabriquer des engins explosifs. Plusieurs armes à feu, des grenades et du matériel de guerre ont également été trouvés dans la mosquée.

Alors que les pressions internationales en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza ne cessent de se renforcer, Gallant a juré que la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza se terminera lorsqu’Israël aura atteint ses objectifs.

« La guerre se terminera lorsque ses objectifs seront atteints. Je prends en considération tout ce que les États-Unis demandent et disent, et je prends au sérieux, avec tous les membres du cabinet, ce que fait l’Amérique », a répondu Gallant à une question.

« Nous trouverons un moyen d’aider les Américains à nous aider », a-t-il ajouté.

Les propos de Gallant sont venus faire écho à ceux qui ont été tenus par le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui a expliqué, samedi, que ce serait à Israël de décider quand terminer sa guerre au sein de l’enclave côtière, et non aux États-Unis.

« Ce sont des décisions qui doivent être prises par Israël », a dit Blinken à Jake Trapper, sur CNN.

Aide humanitaire à Gaza

Israël a essuyé des critiques accrues concernant la situation humanitaire et concernant le bilan des morts civiles qui augmente à Gaza. Plus de 18 200 personnes ont trouvé la mort depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé à Gaza – Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même. Le Hamas n’a jamais précisé combien de ses membres avaient été tués.

Selon les Nations unies, plus de 80 % des 2,3 millions de résidents de l’enclave côtière ont été déplacés depuis le début de la guerre, et certains à plus d’une reprise.

Alors qu’Israël a exhorté les civils à partir se réfugier dans le sud de la bande, il y a peu de lieux sûrs où ces derniers peuvent s’abriter dans un contexte de conflit qui s’élargit toujours davantage.

Dans un effort visant à apaiser la crise, l’armée israélienne et le COGAT, qui assure la liaison militaire avec les Palestiniens, ont annoncé que le poste-frontière de Kerem Shalom ouvrirait ses portes mardi pour procéder à l’inspection des aides qui entrent depuis l’Égypte dans la bande de Gaza.

Jusqu’à présent, les camions d’aide entrant dans la bande de Gaza étaient examinés par les autorités israéliennes au point de passage de Nitzana, plus au sud, entre Israël et l’Égypte, ce qui entraînait des retards dans l’acheminement de nourriture, d’eau et de fournitures médicales vers l’enclave côtière.

Israël a accusé les Nations unies de ne pas suffisamment agir pour faciliter l’entrée des aides humanitaires à Gaza, disant que l’instance est responsable si les approvisionnements ne parviennent pas à la population civile à un rythme assez rapide.

Kerem Shalom sera utilisé pour inspecter les camions d’aide en plus de Nitzana, afin d’accélérer le processus.

Aucune aide ne sera acheminée directement d’Israël à Gaza. Tous les camions seront inspectés en Israël à Kerem Shalom et à Nitzana, puis se rendront au poste-frontière égyptien de Rafah pour entrer dans la bande de Gaza.

Des vidéos filmées à Gaza qui ont circulé sur les réseaux sociaux, lundi, ont montré des altercations éclater suite aux aides limitées entrant sur le territoire.

Dans une séquence, un homme armé se tient sur un camion alors que les civils se précipitent pour attraper des aides tombées dans la rue. Certains médias ont affirmé que le Hamas avait volé le poids-lourd.

Une autre vidéo a montré des résidents en train de piller un camion qui était en train de se rendre à sa destination.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.