Les critiques se pâment pour “Wonder Woman” et Gal Gadot
Rechercher

Les critiques se pâment pour “Wonder Woman” et Gal Gadot

La star israélienne est couverte de louanges pour son rôle, même si certains se plaignent de la longueur du film ou de l’expressivité de l’actrice

L'actrice israélienne Gal Gadot incarne Wonder Woman au cinéma. (Crédit : Zack Snyder/Warner Bros)
L'actrice israélienne Gal Gadot incarne Wonder Woman au cinéma. (Crédit : Zack Snyder/Warner Bros)

Avant sa sortie nationale aux Etats-Unis jeudi, les spectateurs de mardi ont été largement positifs sur le film « Wonder Woman », beaucoup parlant d’une Gal Gadot « électrique » et d’un « choix inspiré » pour le rôle.

Le film raconte l’histoire de Diana Prince, Amazone guerrière née sur l’île exclusivement féminine de Themyscira, et de sa mission pour aider à sauver le monde pendant la Première Guerre mondiale, où elle devient la célèbre Wonder Woman.

Gadot, 32 ans, ancienne Miss Israël, est née à Rosh Haayin, fille d’un professeur et d’un ingénieur. Les parents de sa mère sont des survivants de l’Holocauste. Ancien top model, elle est mariée et a deux filles.

« Wonder Woman est le meilleur film que le rival de Marvel, DC Comics, ait sorti en univers cinématographique, et contrairement aux récentes démonstrations de super-héros faibles des deux studios, il vous fait du bien pendant que vous le regardez », a écrit Kelly Lawler dans USA Today, lui donnant une note de 3,5/4.

« Mais c’est le film de Gadot, et elle est électrique en Wonder Woman, un rôle qu’elle a incarné l’année dernière dans ‘Batman v. Superman : l’Aube de la Justice’, et dans lequel elle a été acclamée. Libérée du bagage morne de ce film, l’actrice israélienne peut briller même dans les plus petits moments de Wonder Woman, comme quand elle soulève un tank à mains nues. Son visage expressif est magnétique quand elle est témoin des horreurs du monde pour la première fois. Son optimisme est parfois déchirant – nous savons, contrairement à Diana, à quel point le monde est réellement mauvais – mais il est aussi inspirant », a écrit Lawler.

L'actrice Gal Gadot lors de la première de "Wonder Woman" au Pantages Theatre de Hollywood, en Californie, le 25 mai 2017. (Crédit : Alberto E. Rodriguez/Getty Images/AFP)
L’actrice Gal Gadot lors de la première de « Wonder Woman » au Pantages Theatre de Hollywood, en Californie, le 25 mai 2017. (Crédit : Alberto E. Rodriguez/Getty Images/AFP)

Le Hollywood Reporter, plus mesuré dans son éloge, a critiqué la longueur du film et loué Gadot « exotiquement géniale mais approchable ».

« S’il avait réellement brisé les habitudes et duré moins de deux heures, Wonder Woman aurait pu être un film sincèrement transportant. Tel qu’il est, il est parfois très bon, notamment dans les poussées d’humour et de romance entre Gadot, exotiquement géniale mais approchable, et le suprêmement charismatique Chris Pine, un Américain qui travaille pour les renseignements britanniques, le premier homme que rencontre la princesse amazone. Avec des fans impatients qui ne critiqueront probablement pas la longueur du film ou les erreurs de son énergie narrative, Wonder Woman va conquérir les cœurs dans le monde entier », affirme la critique.

Andrew Barker, de Variety, a salué le choix de Gadot pour jouer le rôle principal, « un choix inspiré ».

« Il a peut être fallu quatre films pour y arriver, mais l’univers étendu de DC a finalement produit un bon vieux super-héros à l’ancienne… Patty Jenkins. Wonder Woman fournit un répit bienvenu au style maison de DC, cette obscurité sinistre, violente, sérieuse, parfois bâclée, mais pourtant constamment divertissante, avec la star Gal Gadot, prouvant un choix inspiré pour cet avatar de la vérité, de la justice, et des Amazones », a-t-il écrit.

Tous les critiques ne sont cependant pas en pamoison devant le film ou Gadot, et Steve Rose, du Guardian, ne lui accorde qu’un faible 2/5.

« Comme beaucoup de personnes ici, j’ai suffisamment d’excitation et de bonne volonté pour ce projet de super-héros féminin, mais le film souffre des mêmes problèmes que ceux qui ont entraîné vers le fond les précédentes adaptations de DC au cinéma : excès de sérieux, effets spéciaux matraqués, et une histoire brouillonne, souvent très improbable. Ce qui promettait d’être un blockbuster brisant le plafond de verre ressemble plus à un futur classique de colonies de vacances », a-t-il écrit.

L'actrice Gal Gadot lors de la première de "Wonder Woman" au Pantages Theatre de Hollywood, en Californie, le 25 mai 2017. (Crédit : Alberto E. Rodriguez/Getty Images/AFP)
L’actrice Gal Gadot lors de la première de « Wonder Woman » au Pantages Theatre de Hollywood, en Californie, le 25 mai 2017. (Crédit : Alberto E. Rodriguez/Getty Images/AFP)

Rose critique aussi le jeu de Gadot, écrivant que lorsqu’ elle est « appelée à communiquer les horreurs de la guerre quelques moments après, vacillante, stupéfaite et confuse, dans un nuage de gaz orange empoisonné, c’est un moment de bêtise digne de Zoolander, qui rappelle à quel point toute l’histoire manque de poids. Gadot est totalement crédible en incarnation de la perfection amazone, mais son haussement de sourcil inquiet ne peut pas transmettre tant d’émotion. »

« Oui, oui, je sais, ‘ce n’est qu’un film de comics’. Et sur le plan des ordures à gros budget, Wonder Woman est très amusant. Mais il y avait de l’espoir pour quelque chose de plus », a-t-il écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...