Les démineurs désamorcent un engin incendiaire attaché à 2 préservatifs gonflés
Rechercher

Les démineurs désamorcent un engin incendiaire attaché à 2 préservatifs gonflés

Une équipe a été dépêchée dans une communauté de Shaar HaNeguev alors que les Palestiniens poursuivent leurs attaques incendiaires

Un dispositif incendiaire découvert dans une communauté du Conseil régional de Shaar HaNeguev, le 21 juin 2018. (Crédit : police israélienne)
Un dispositif incendiaire découvert dans une communauté du Conseil régional de Shaar HaNeguev, le 21 juin 2018. (Crédit : police israélienne)

Les équipes de démineurs de la police israélienne ont désamorcé jeudi un dispositif incendiaire envoyé depuis le territoire israélien dans un préservatif gonflé.

Le dispositif, conçu à partir de matériaux inflammables attachés à deux préservatifs, a atterri dans une communauté de la région de Shaar HaNeguev dans le sud d’Israël. Dans un communiqué, la police a indiqué que le dispositif a été désarmé et n’a pas causé d’incendie.

Au cours des trois derniers mois d’émeutes palestiniennes le long de la frontière avec Gaza, les Palestiniens ont lancé des grenades, des engins explosifs artisanaux et des pierres en direction des soldats, avaient brûlé des pneus et lancé des centaines de cerfs-volants et de ballons incendiaires sur le territoire israélien, déclenchant de nombreux feux. Ces feux ont détruit des centaines d’hectares de forêts, de champs, et considérablement nui à la faune et à la flore locale.

Certains des ballons envoyés par-dessus la frontière sont équipés de petits dispositifs explosifs, qui, semble-t-il, n’ont pas causé de blessures. En effet, les autorités locales ont mis en garde les résidents à plusieurs reprises de ne pas s’en approcher.

Ces « ballons incendiaires » représentent un réel défi pour l’armée israélienne, qui, jusqu’il y a peu, utilisait des drones et d’autres solutions technologiques pour mettre fin à ces attaques.

Un Palestinien masqué lance un ballon chargé de matières inflammables en direction d’Israël depuis la ville de Rafah, au sud de Gaza, le 17 juin 2018. (AFP Photo/Said Khatib)

Quand les solutions high-techs se sont révélées inefficaces, l’armée israélienne a commencé à tirer des coups de semonce à l’intention de ceux qui lancent ces dispositifs.

Quand cette tactique n’a pas eu les résultats escomptés, l’armée s’est tournée vers le groupe terroriste du Hamas qui dirige Gaza.

Mercredi matin, avant l’aube, des avions israéliens ont mené une série de raids contre des positions du Hamas dans Gaza en riposte à des tirs de roquettes et d’obus en direction d’Israël, et aux attaques incendiaires.

Cette flambée marque l’escalade militaire la plus importante entre les deux parties depuis le conflit de 2014.

S’exprimant lors d’une cérémonie militaire dans le sud d’Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti qu’Israël « intensifierait » ses opérations contre la bande de Gaza si « cela s’avérait nécessaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...