Rechercher

Les Émirats arabes unis saluent le soutien de Lapid à la solution à deux États

Le Premier ministre a été cité dans le discours de la ministre émiratie à l'AG des Nations unies, qui a également rappelé l'importance des accords d'Abraham

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

La ministre de la Coopération internationale des EAU, Reem al-Hashimy, s'adressant à la 77e Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2022. (Crédit : ONU)
La ministre de la Coopération internationale des EAU, Reem al-Hashimy, s'adressant à la 77e Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2022. (Crédit : ONU)

La ministre de la Coopération internationale des EAU, Reem al-Hashimy, a salué le soutien du Premier ministre israélien Yair Lapid à une solution à deux États dans son discours devant la 77e Assemblée générale de l’ONU, samedi.

La ministre émiratie s’est jointe au président américain Joe Biden et au dirigeant de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas pour saluer la décision de Lapid d’exprimer son soutien à l’initiative de deux États sur la scène de l’ONU deux jours plus tôt, bien que le dirigeant palestinien ait passé la majeure partie de son discours à fustiger Israël et à l’accuser de détruire les perspectives de paix.

Une grande partie du discours d’Hashimy s’est concentrée sur le thème plus large de la coopération internationale, et Lapid a été à peu près le seul dirigeant à être cité, sans néanmoins faire mention de son nom.

« Nous soulignons ici notre position ferme appelant à la création d’un État palestinien indépendant basé sur les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément aux références internationales convenues », a déclaré Hashimy, soutenant la position de l’AP sur une solution à deux États, une solution qui a peu de soutien parmi le public israélien car elle exigerait qu’Israël abandonne une partie de sa souveraineté sur Jérusalem et évacue chacune de ses implantations.

« Nous nous félicitons de la remarque faite par le Premier ministre de l’État d’Israël dans sa déclaration à cette tribune concernant le soutien de la solution à deux États », a-t-elle déclaré.

La ministre émiratie a ensuite rappelé le deuxième anniversaire des accords de normalisation, les Accords d’Abraham, qu’Israël a signés avec les EAU et Bahreïn, notant que « plusieurs initiatives ont eu lieu pour promouvoir l’intégration et la coopération en matière de développement et d’économie dans notre région ».

Le Premier ministre Yair Lapid s’adressant à la 77e session de l’Assemblée générale des Nations unies, au siège de l’ONU, le 22 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Julia Nikhinson)

« Nous avons assisté à une montée en puissance de la communauté internationale pour le progrès au Moyen-Orient qui renforcera la coopération conjointe autour des priorités mondiales les plus urgentes », a-t-elle déclaré.

Lapid a également salué les accords d’Abraham dans son discours, bien que sa décision de devenir le premier Premier ministre israélien à soutenir la solution à deux États à l’Assemblée générale de l’ONU, depuis que l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu l’avait fait en 2016, soit ce qui a le plus retenu l’attention.

« Un accord avec les Palestiniens, basé sur deux États pour deux peuples, est une bonne chose pour la sécurité d’Israël, pour l’économie d’Israël et pour l’avenir de nos enfants », a déclaré Lapid.

Lapid a déclaré qu’Israël n’y mettrait « qu’une condition : que ce futur État palestinien soit pacifique. Qu’il ne devienne pas une autre base terroriste à partir de laquelle le bien-être et l’existence même d’Israël seraient menacés. Que nous ayons la capacité de protéger la sécurité de tous les citoyens d’Israël, à tout moment ».

« Vous pouvez nous demander de vivre selon les valeurs de la Charte des Nations Unies, mais vous ne pouvez pas nous demander de mourir pour elles. »

L’appel de Lapid à une solution à deux États dans son discours a suscité la condamnation du flanc droit de sa coalition gouvernementale, ainsi que de Netanyahu, qui est actuellement le leader de l’opposition et son principal rival dans les prochaines élections législatives.

Le dirigeant de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, brandissant un graphique alors qu’il s’adresse à la 77e session de l’Assemblée générale des Nations unies au siège de l’ONU, à New York, le 23 septembre 2022. (Crédit : Bryan R. Smith/AFP)

Dans un tweet, Biden a qualifié les remarques de Lapid de « courageuses », ajoutant « qu’un accord avec les Palestiniens, basé sur deux États pour deux peuples, est la bonne chose pour la sécurité d’Israël, pour l’économie d’Israël et pour l’avenir de nos enfants ».

Abbas a également fait un clin d’œil à Lapid dans son discours à l’AG des Nations unies le lendemain, déclarant que « lorsque nous entendons quelque chose de positif, nous savons le reconnaître ».

« J’ai entendu leur soutien de la solution à deux États et nous leur en sommes reconnaissants. »

« Mais la véritable preuve de leur sérieux et de leur crédibilité concernant cette prise de position… serait que le gouvernement israélien revienne immédiatement à la table des négociations », a déclaré le dirigeant de l’AP, ajoutant qu’Israël devait cesser toutes les actions unilatérales telles que la construction d’implantations, la démolition de maisons, les expulsions et les « meurtres ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...