Les essais balistiques iraniens visent des navires (média)
Rechercher

Les essais balistiques iraniens visent des navires (média)

L'un des deux missiles Fateh-110 équipé d'un "système de guidage" lancé cette semaine aurait touché une péniche

Un missile balistique Fateh-110 pendant une parade militaire iranienne de 2012. (Crédit : military.ir/Wikimedia Commons)
Un missile balistique Fateh-110 pendant une parade militaire iranienne de 2012. (Crédit : military.ir/Wikimedia Commons)

L’Iran a procédé à un tir d’essai de deux missiles balistiques durant le week-end, a annoncé Fox News lundi. Ces entraînements sont, selon Israël et les États-Unis, prohibés par les Nations unies.

Selon les responsables américains qui ont parlé à Fox, l’Iran a lancé deux missiles Fateh 110 de courte portée durant ces essais. Ces missiles sont équipés d’un système de guidage destiné à viser des bateaux.

L’un des deux missiles balistiques à courte portée Fateh 110 a touché une péniche sur le Golfe persique depuis le site de lancement sur la base des Gardiens de la révolution islamique, à Bandar e-Jask, dans le sud est de l’Iran.

Bien que le second missile n’ait pas atteint sa cible la veille, il serait tombé « à proximité ».

L’un des responsables qui a parlé à Fox a affirmé que les missiles Fateh-110 Mod 3 lancés étaient équipés d’un « chercheur actif » qui permet de mieux cibler les navires.

La portée des missiles est d’environ 250 kilomètres, ce qui signifie que depuis l’Iran, Israël est hors de portée.

Cependant, la Syrie et le groupe terroriste libanais du Hezbollah posséderaient ces missiles ou des versions modifiées. L’Iran a également indiqué qu’il aurait peut-être donné la technologie au groupe terroriste du Hamas à Gaza également, afin qu’il fabrique ces missiles.

Des missiles lancés lors d'exercices en Iran, le 21 février 2017. (Capture d'écran : Iribnews via Tasnim)
Des missiles lancés lors d’exercices en Iran, le 21 février 2017. (Capture d’écran : Iribnews via Tasnim)

Israël a manifesté son inquiétude concernant les frappes de missiles sur ses plateformes de gaz offshores en Méditerranée.

Un responsable a décrit les essais comme « une inquiétude quant à la portée et fondée sur le fait que l’un des missiles à fonctionné ».

La marine américaine est très présente dans le Golfe persique, avec sa Cinquième flotte, et l’Iran a menacé à plusieurs reprises d’attaquer les navires américains qui opèrent dans la région.

Les médias n’ont pas indiqué s’il s’agissait du premier essai réussi de tirs de missiles iraniens sur la mer.

Des navires d’attaque rapide iraniens se sont approchés samedi d’un bâtiment de la flotte américaine dans le détroit d’Ormuz, le forçant à changer de trajectoire.

L’USNS Invincible est un bâtiment d’essais et de mesures, conçu pour suivre les lancements de missiles balistiques. Il n’est pas encore clair si l’attaque du bateau par les vedettes iraniennes est lié aux essais balistiques.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Lundi, le président américain Donald Trump a appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à parler « des dangers posés par l’accord sur le nucléaire iranien et par l’attitude malveillante de l’Iran dans la région, et du besoin de travailler de concert pour contrer ces dangers », selon un communiqué diffusé par le bureau du Premier ministre.

Après les essais de janvier, les États-Unis ont imposé des sanctions sur plusieurs entités impliquées dans le programme nucléaire iranien, et le président américain Donald Trump a averti que la République islamique a été « mise en garde ».

Bien que l’Iran soutienne que les essais balistiques ne sont pas proscrits par l’accord de 2015, conçu pour empêcher l’Iran de développer son armement nucléaire, les États-Unis ont affirmés que ces mesures viennent sanctionner la violation de la résolution 233 de l’ONU, qui appelle l’Iran « à ne pas entreprendre d’activité liées aux missiles balistiques conçus pour être capable de porter des armes nucléaires, notamment des lancements qui utilisent de telles technologies balistiques. »

Depuis les essais balistiques de janvier, l’Iran a procédé à de nombreux autre essais de missile de croisière et de missile sous-marin. Dimanche, la chaîne de télévision nationale iranienne a affirmé que le pays avait testé avec succès le système de défense anti-missile fourni par la Russie après l’accord nucléaire de 2015, après des années de retard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...