Rechercher

Les Femmes du Mur exhortent Netanyahu à ne pas nommer Ben Gvir à la Sécurité intérieure

L'organisation affirme que le député d'extrême droite n'est pas apte à occuper ce poste en raison de son "harcèlement et de ses incitations" répétés sur le site

Le député Itamar Ben Gvir en pleine altercation verbale avec les Femmes du Mur, au mur Occidental à Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le député Itamar Ben Gvir en pleine altercation verbale avec les Femmes du Mur, au mur Occidental à Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les Femmes du Mur, un groupe féministe religieux, ont adressé dimanche une lettre au leader du Likud Benjamin Netanyahu et exprimé leurs « profondes inquiétudes » quant à la possible nomination du législateur d’extrême droite Itamar Ben Gvir comme prochain ministre de la Sécurité intérieure, en charge de l’application de la loi, dans son futur gouvernement.

« De temps en temps, Ben Gvir se rend au mur Occidental pour harceler et inciter à la violence contre les Femmes du Mur et leurs partisans. Il a participé à des manifestations massives et violentes sur le site qui ont mis nos vies en danger et continuent de nous menacer chaque mois », peut-on lire dans la lettre.

Les prières féminines organisées chaque mois au mur Occidental par le groupe sur la place principale du site constitue une infraction au règlement qui interdit aux femmes de porter et de lire la Torah. Les militantes des Femmes du Mur essaient donc de faire entrer clandestinement des rouleaux de la Torah dans la section réservée aux femmes.

Selon ces règles, les femmes ne sont autorisées à lire le rouleau sacré que sur un site voisin, appelé Ezrat Yisrael ou Arche de Robinson.

Les séances de prière donnent souvent lieu à des affrontements avec les militants orthodoxes du site.

« Nous sommes profondément préoccupées par le fait qu’en tant que ministre de la Sécurité intérieure, Ben Gvir sera en mesure d’étendre son activité contre les Femmes du Mur et le mouvement libéral et de permettre que la violence soit dirigée contre nous », lit-on dans la lettre.

« Sa nomination en tant que ministre de la Sécurité intérieure enverra un message opposé – un message d’anarchie – qui visera les Femmes du Mur et les mouvements libéraux du mur Occidental », ajoute-t-elle.

Les membres des Femmes du mur et des mouvements massorti et réformé prient au mur Occidental, dans la Vieille ville de Jérusalem, le 4 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Depuis des années, des extrémistes orthodoxes interrompent les services dirigés par les Femmes du Mur. Bien que les Femmes du Mur ne soient pas censées apporter des rouleaux de la Torah au mur Occidental, la Haute Cour de Justice a affirmé leur droit à tenir des offices de prière sur le lieu saint.

En juin, à la suite de plusieurs incidents violents sur le site, les Femmes du Mur et le mouvement Massorti, l’équivalent israélien du mouvement conservateur américain, ont demandé au Premier ministre intérimaire de l’époque, Yair Lapid, de mettre en œuvre le compromis du mur Occidental, un accord en suspens depuis plus de six ans qui visait à donner au judaïsme non orthodoxe une représentation dans la gestion du lieu saint.

Toutefois, les Israéliens ayant récemment élu leur gouvernement le plus à droite et le plus religieux, il est peu probable que le projet avance.

Judah Ari Gross et Tobias Siegal ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...