Les groupes Juifs américains saluent les suspensions judiciaires de l’ordre de Trump sur l’immigration
Rechercher

Les groupes Juifs américains saluent les suspensions judiciaires de l’ordre de Trump sur l’immigration

L’ADL dit que ce jugement "envoie un message important. Celui que les Etats Unis n’excluent pas les gens sur la base de leur foi et que le pays accueille ceux qui sont à la recherche d’un refuge"

Des manifestants à l'aéroport O’Hare de Chicago protestent contre l'ordre exécutif de Trump qui gèle l'admission des réfugiés de certains pays aux Etats Unis, le 29 janvier 2017 (Crédit : Scott Olson/Getty Images via JTA)
Des manifestants à l'aéroport O’Hare de Chicago protestent contre l'ordre exécutif de Trump qui gèle l'admission des réfugiés de certains pays aux Etats Unis, le 29 janvier 2017 (Crédit : Scott Olson/Getty Images via JTA)

WASHINGTON (JTA) — Les groupes juifs ont salué un jugement fédéral rendu en appel maintenant la suspension de l’ordre exécutif signé par le président Donald Trump sur l’entrée des réfugiés et des voyageurs issus de sept pays à majorité musulmane.

« Nous applaudissons le jugement du Neuvième Circuit et nous espérons qu’il enverra un message important à la nation et au monde. Celui que les Etats Unis ne sont pas un pays qui exclue les gens sur la base de leur foi. Que c’est un pays qui accueille ceux qui ont besoin d’un refuge », a déclaré l’ADL dans une déclaration postée sur Twitter quelques minutes après l’énoncé du jugement jeudi.

Le tweet notait que l’ADL avait rejoint la poursuite judiciaire, sous forme de mémoire déposé devant le tribunal, qui avait été initié par l’Etat de Washington contre l’interdiction.

La décision unanime prise par les trois magistrats du Neuvième Circuit a été serrée.

Elle vient maintenir la décision prise la semaine dernière par un tribunal de Seattle de suspendre l’interdiction dans l’attente d’un examen plus approfondi de sa légalité.

L’HIAS, organisation juive prônant les droits des immigrants et des réfugiés, a tweeté les liens menant à la décision. Elle avait aussi aidé à l’élaboration d’un mémoire sur le même sujet qui avait été déposé auprès de la Justice dans le Maryland.

L’un des tweets de l’HIAS rappelait que sa bataille contre l’interdiction n’était pas terminée et que l’interdiction de Trump pourrait encore être soutenue par les tribunaux.

« Nous continuerons à lutter contre l’ordre exécutif du président Trump jusqu’à ce que nous ayons garanti que la tradition américaine de #WelcomingRefugees soit à nouveau respectée sur nos rives », dit-il.

L’HIAS a programmé plusieurs rassemblements pour les réfugiés qui devraient avoir lieu dans une douzaine d’états dimanche.

Les actions ont été décidées en partenariat avec un certain nombre de groupes juifs, notamment l’ADL (Anti-Defamation League), l’organisation American Jewish World Service, le conseil national des femmes juives et des associations rabbiniques issues des mouvements conservateur, réformé et reconstructionniste.

Le Centre Anne Frank pour le respect mutuel a pour sa part qualifié le jugement du tribunal de « victoire pour la liberté américaine face à la tyrannie présidentielle ».

« Le tribunal s’est placé du côté des réfugiés qui ont soif d’espoir face à un président qui aspire à la haine », a indiqué le centre dans un communiqué.

Trump, quant à lui, est paru prêt à soumettre son interdiction pour examen légal à la Cour Suprême.

« RENDEZ-VOUS AU TRIBUNAL, LA SECURITE DE NOTRE NATION EST EN JEU ! » a-t-il écrit sur Twitter.

Ni Trump ni son équipe n’ont expliqué quel danger imminent ne pourrait être déjoué en raison de la suspension temporaire de son ordre, émis une semaine après son investiture qui a eu lieu le mois dernier.

Aucun terroriste ayant commis un crime sur le sol des Etats Unis n’était par ailleurs originaire des sept nations citées dans l’interdiction.

Le sénateur Chuck Schumer, démocrate de New-York, leader des minorités au Sénat, a demandé à Trump d’abandonner son ordre exécutif.

« Le président Trump devrait se rendre à l’évidence, abandonner sa proposition, se retrousser les manches et revenir avec un vrai plan bipartisan qui assure notre sécurité », a-t-il dit sur Twitter.

Alan Dershowitz, juriste constitutionnel, partage le même point de vue.

“Les précédents ‘trumpent’ le président Trump”,” a-t-il déclaré sur CNN.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...