Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Les institutions juives condamnent l’union des gauches avec La France insoumise

Raphaël Glucksmann a toutefois promis ce mardi qu' « il n’y a pas et n’y aura pas d’accord avec LFI » après avoir signé un communiqué promouvant un front populaire

Illustration : Des membres de l'Union des étudiants juifs de France protestant contre les partis d'extrême gauche La France insousmise (LFI) et d'extrême droite Rassemblement national (RN), devant le siège d’Europe-Écologie-Les Verts, avant une réunion entre les différentes forces de gauche, à Paris, le 10 juin 2024. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)
Illustration : Des membres de l'Union des étudiants juifs de France protestant contre les partis d'extrême gauche La France insousmise (LFI) et d'extrême droite Rassemblement national (RN), devant le siège d’Europe-Écologie-Les Verts, avant une réunion entre les différentes forces de gauche, à Paris, le 10 juin 2024. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)

Passé le choc de l’annonce spectaculaire de la dissolution de l’Assemblée nationale française, l’heure politique est désormais aux tractations et le temps presse à moins de trois semaines du premier tour des nouvelles élections législatives.

Terrifiés à l’idée d’une prise de pouvoir du Rassemblement national le 7 juillet prochain, et aussi à l’idée de perdre leurs sièges de députés, les mouvements de gauche ont annoncé décider de se présenter unis derrière un nouveau « Front populaire » au prochain scrutin. Lundi soir, à 22h30, devant le siège d’Europe Écologie-Les Verts, à Paris, les quatre leaders des forces de gauche présentes au Palais Bourbon – l’écologiste Marine Tondelier, le socialiste Olivier Faure, le communiste Fabien Roussel et l’insoumis Manuel Bompard – ont en effet présenté à la presse l’idée de candidatures uniques dès le premier tour des législatives.

Raphaël Glucksmann, tête de liste du Parti socialiste et de Place publique pour les élections européennes, a cependant nuancé ce mardi, expliquant qu’ « il n’y a pas et n’y aura pas d’accord avec LFI ». Son entourage a ainsi annoncé son intention de quitter les discussions sur la constitution d’un « Front populaire » dès ce mardi matin s’il y avait un alignement total sur les positions de la France insoumise. « Place publique a signé un texte comme quoi la totalité des partis de gauche ferait le maximum pour lutter contre l’extrême droite. Mais ce n’est pas aux dépens de nos principes fondamentaux », a affirmé l’entourage de l’eurodéputé Place publique, qui a ensuite expliqué sur X mardi matin que « l’union ne peut pas se faire au prix du renoncement aux principes et nous avons posé des points clairs ».

À l’issue des résultats des élections européennes dimanche soir, plusieurs centaines de personnes s’étaient réunies place de la République, à Paris, pour exhorter la gauche à s’unir. Certaines personnes dans la foule ont hurlé « Israël assassin, [Raphaël] Glucksmann complice », brandissant le drapeau palestinien. Raphaël Glucksmann, harcelé par l’extrême gauche depuis des mois, appelle sans arrêt à un cessez-le-feu à Gaza et à la création d’un État palestinien et critique également le gouvernement de Benjamin Netanyahu.

Si l’annonce initiale d’union, comme promis lundi soir, a été accueillie avec enthousiasme par de nombreux militants de gauche qui réclamaient cette alliance, elle a été reçue avec beaucoup d’inquiétude par ceux de la gauche républicaine opposés à la France insoumise.

La nouvelle a aussi été globalement très froidement accueillie par la communauté juive française, échaudée par les multiples outrances et provocations de La France insoumise depuis les attentats du Hamas le 7 octobre en Israël. Les institutions juives ont ainsi très rapidement et très vigoureusement condamné cette idée de liste commune.

Sur son compte X, Yonathan Arfi, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, a qualifié cet accord d’infâme. « L’antisémitisme n’est visiblement pas une question suffisamment importante pour renoncer à une alliance électorale et à quelques sièges… Ceux qui accepteront de candidater sous ses couleurs en porteront la responsabilité devant l’Histoire », a asséné le président du Crif.

Ariel Goldmann, président du Fonds social juif unifié, s’en est pris lui nommément à Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, et a dénoncé un « plat de lentilles » dans une alliance avec un « parti pro-Hamas ».

De son côté, l’Union des étudiants juifs de France a fait un parallèle avec 1936 et le Front populaire dirigé par Léon Blum : « Front populaire, 1936 : alliance républicaine contre l’antisémitisme. Front populaire, 2024 : alliance honteuse avec l’antisémitisme. »

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, a fait référence, elle aussi, à l’alliance des gauches de l’avant-guerre et à l’ancien président du Conseil pour dénoncer cet accord : « Oublieux de sa propre histoire, de sa culture politique et de ses combats humanistes, le Parti socialiste s’allie avec LFI, qui honnit ses valeurs et son héritage. Cela méritait bien un pied de nez à l’Histoire, au ‘Front populaire’, le vrai, et à son leader, le ‘Juif Blum’. »

Pour Nous Vivrons, collectif de lutte contre l’antisémitisme créé après les attentats du 7 octobre, « la lutte contre le RN ne justifie aucune alliance avec des antisémites ».

Début juin, Le Point a révélé, dans une grande enquête réalisée par l’Ifop pour l’American Jewish Committee, que 92 % des Français juifs considéraient que LFI avait fait monter l’antisémitisme, loin devant toutes les autres formations politiques.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.