Les investissements en cyber-sécurité ont dépassé le milliard de dollars en 2018
Rechercher

Les investissements en cyber-sécurité ont dépassé le milliard de dollars en 2018

Le champ de la protection des données connaît la plus forte croissance, avec 13 nouvelles start-ups d'après un rapport

Illustration : pirates informatiques/cybersecurité.(Crédit : iStock by Getty Images)
Illustration : pirates informatiques/cybersecurité.(Crédit : iStock by Getty Images)

Les investissements dans les entreprises de cybersécurité en Israël ont dépassé le milliard de dollars en 2018. Un nouveau rapport réalisé par Start-Up Nation Central, qui suit le secteur des nouvelles technologies en Israël, révèle en effet un élan d’intérêt de la part d’investisseurs étrangers.

« La place de leader qu’occupe Israël depuis longtemps en termes de prévention de la cybercriminalité reste incontestable, » indique le rapport.

Fin 2018, l’Etat hébreu comptait 450 entreprises de cybersécurité actives, 60 d’entre elles ont été créées l’année précédente. Israël est le n°2 du secteur derrière les Etats-Unis. Il enregistre 20 % des investissements en capital-risque du secteur dans le monde, d’après une analyse des bases de données de PitchBook et Start-Up Nation Central.

La publication de ces chiffres survient en amont d’une grande conférence en cybersécurité, CyberTech, qui accueillera 15 000 participants venus du monde entier à Tel Aviv à partir de lundi.

Les participants à la conférence CyberTech 2016 en Israël (Crédit : Autorisation Gilad Kavalerchik)

Le nombre de start-up fondées en 2018 est inférieur aux 75 créées en 2017 et aux 82 de 2016, indique le SNC dans son communiqué. En effet, au même titre que les autres sociétés technologiques israéliennes dans leur phase de lancement, moins d’entreprises de cybersécurité sont établies chaque année, le secteur étant en pleine maturité et les entreprises restant privées plus longtemps.

Les investissements ont atteint les 1,19 milliard de dollars en Israël en 2018, un montant record pour la quatrième année consécutive. C’est 47 % d’investissements en plus qu’en 2017. En 2014, la somme des investissements, dégagée par 50 contrats, s’élevait à 240 millions de dollars, indique les chiffres.

La grandeur médiane des contrats d’investissement a continué de s’accroître et a atteint 6 millions de dollars en 2018, contre 3,5 millions en 2017.

Les investisseurs en capital-risque non-israéliens continuent d’occuper une place dominante dans le secteur dans l’Etat hébreu, étant impliqués dans 65 % des contrats d’investissement. La grande majorité d’entre eux viennent des Etats-Unis, et le reste, de France, du Japon et du Royaume-Uni surtout.

L’auteur du rapport et responsable de la branche cybersécurité du SNC, Nir Falevich, explique qu’en 2018 les investisseurs ont préféré davantage se tourner vers des entreprises matures, générant des revenus importants.

Le champ qui connaît la croissance la plus rapide, en nombre de start-ups, est la protection des données, qui inclut les solutions de protection de la vie privée et de chiffrage des données. Treize nouvelles start-ups ont ainsi fait leur apparition dans le secteur en 2018, ce qui porte à 65 le nombre total, soit 15 % du secteur de la cybersécurité.

À mesure que le monde se numérise de plus en plus et que nos objets de bureau et domestiques sont de plus en plus intelligents, les menaces de failles et piratages grandissent. Le marché de la cybersécurité dans le monde devrait passer de 153 milliards de dollars en 2018 à 248 en 2023, d’après des chiffres de la société MarketsandMarkets. Les nouvelles directives fermes de l’Union européenne en matière de protection des données et la montée du cyberterrorisme sont les principaux moteurs de cette croissance.

« La distinction entre les activités terroristes et celles d’un Etat ennemi dans le cyberespace est de plus en plus floue, car les équipes de pirates financées par des Etats et celles de délinquants, poussées par des motivations financières et géopolitiques, partagent les mêmes outils, les mêmes capacités et les mêmes victimes, » indique le rapport, en citant des données récoltées par la plateforme CrowdStrike. « Les attaques sont de plus en plus ciblées et plus sophistiquées que jamais, ce qui les rend bien plus nuisibles. »

La demande croissante en matière de protection de la vie privée, occasionnée par les considérables fuites de données survenues ces dernières années, et la nécessité pour les entreprises de se conformer au nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD) « attirent les entrepreneurs et les investisseurs vers les solutions de nouvelle génération, dont certaines reposant sur l’intelligence artificielle, et des solutions de cryptographie avancée », explique le communiqué.

Les défis auxquels sont confrontés les professionnels de la cybersécurité aujourd’hui sont nombreux : il existe « une grande pénurie de talents » dans le domaine, ce qui menace la sécurité des entreprises ; les réglementations et la manière de s’y conformer et de protéger leurs données et celles de leurs clients sont de plus en plus floues ; l’équilibre entre croissance et nécessités grandissantes de protection ; le transfert des données dans le cloud et enfin, les employés qui travaillent à distance ainsi que l’utilisation croissante de dispositifs intelligents et connectés non-sécurisés, note le rapport.

Ralentissement des exits

L’année dernière, les entreprises israéliennes ont connu 12 exits — premiers contrats, comprenant OPI et rachats — se sont produits. Six de ces contrats ont atteint les 418 millions de dollars au total, tandis que les valeurs des autres contrats n’ont pas été divulguées. Par rapport aux années précédentes, cela représente un déclin en termes de chiffres, d’après le rapport.

« Nous constatons un déclin similaire dans tous les secteurs, ce qui peut être interprété comme un signe que davantage d’entreprises décident de rester privées plus longtemps et de faire croître leur activité, plutôt que d’opter pour une exit en début de parcours. Autre raison possible de la baisse des activités de fusion-acquisition : de nombreux opérateurs en sécurité leaders dans le monde ont déjà établi des centres de recherche et développement locaux » et sont donc ainsi moins enclines à acquérir des start-ups, explique le rapport.

Les plus gros contrats observés en 2018 concernent Dome9 Security, acquis par Check Point pour 179 millions de dollars, et SECDO, acheté par Palo Alto Networks pour 100 millions de dollars.

Le domaine de la cybersécurité en Israël a connu une hausse de 13 % en nombre d’employés entre 2016 et 2017, ce qui fait un total de près de 12 500 salariés. D’après le rapport, 47 opérations de cybersécurité ont été réalisées par des multinationales en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...