Les Israéliens rapatriés à bord de vols spéciaux ; moins de 1 500 encore coincés
Rechercher

Les Israéliens rapatriés à bord de vols spéciaux ; moins de 1 500 encore coincés

A mesure que les pays ferment leurs espaces aériens, les voyageurs israéliens rentrent, avec l'aide des diplomates israéliens et allemands, et des armées hondurienne et bolivienne

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des routards israéliens embarquent à bord d'un avion militaire au Honduras pour rentrer en Israël, le 26 mars 2020. (Crédit: armée du Honduras)
Des routards israéliens embarquent à bord d'un avion militaire au Honduras pour rentrer en Israël, le 26 mars 2020. (Crédit: armée du Honduras)

Avec l’aide de plusieurs gouvernements étrangers, les diplomates israéliens ont continué jeudi à rapatrier des centaines de routards israéliens bloqués à l’étranger, alors que de plus en plus de pays ont fermé leur espace aérien pour tenter de ralentir la propagation du coronavirus.

Entre 1 000 à 1 500 Israéliens souhaitant rentrer en Israël n’ont pas encore pu le faire, selon les estimations du ministère des Affaires étrangères. Des efforts supplémentaires sont déployés pour rapatrier tout le monde, ont déclaré les responsables du ministère, citant le principe de « responsabilité mutuelle ».

« Plus de 600 Israéliens sont revenus d’Inde, 200 étudiants de Jordanie, 150 Israéliens d’Europe centrale et 150 autres du Costa Rica », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Israel Katz, qui a chargé son équipe en début de semaine d’élaborer un « plan d’urgence national » pour rapatrier les Israéliens bloqués à l’étranger.

« Nous avons réussi à faire sortir des touristes de toutes les régions de Bolivie, et même ceux qui n’ont pas pu embarquer sur le vol El Al [de la semaine dernière] en provenance du Pérou retourneront bientôt en Israël, après avoir pris des vols organisés par le ministère allemand des Affaires étrangères. Les citoyens israéliens peuvent être fiers de leurs diplomates dans le monde entier ».

Un groupe de 23 touristes israéliens a décollé jeudi de Lima en direction de Francfort dans un avion que le ministère allemand des Affaires étrangères a affrété pour aller chercher des touristes allemands bloqués dans ce pays d’Amérique latine. Comme il n’y a pas de vols de l’Allemagne vers Israël, les Israéliens devront se rendre de Francfort vers un pays tiers à partir duquel les compagnies aériennes atterrissent encore à Tel-Aviv.

L’ambassadrice de Berlin à Tel-Aviv, Susanne Wainer-Rasum, a salué ce vol comme un « symbole important de la force de la coopération [germano-israélienne] en temps de crise ».

Un avion de la Lufthansa se prépare à rapatrier des touristes allemands et israéliens de Lima à Francfort, le 26 mars 2020 (Crédit : Ambassade d’Israël au Pérou)

Selon l’ambassadeur d’Israël au Pérou, Asaf Ichilevich, 12 randonneurs israéliens se trouvent encore dans différentes régions du pays. « Nous ferons tout notre possible pour les rapatrier aussi », a-t-il déclaré.

Un groupe de sept touristes israéliens a été rapatrié du Honduras au Costa Rica par l’armée hondurienne.

En plus des lieux mentionnés ci-dessus, le ministère des Affaires étrangères, en coopération avec El Al et deux autres compagnies aériennes israéliennes – Arkia et Israir – a organisé ces derniers jours près d’une douzaine de vols pour les Israéliens bloqués en Croatie, en Italie, en Argentine, au Brésil, en Colombie, en Roumanie, en Hongrie, en République tchèque, à Singapour, au Canada, au Royaume-Uni, en Ukraine, en Slovénie, en Géorgie, en Moldavie et en Australie.

Plus de 300 Israéliens ont été rapatriés de l’Inde par un vol spécialement affrété d’Air India, organisé par Amsalem Tours, une agence de voyage basée à Tibériade qui a participé aux efforts du ministère.

Dans les cas où aucun vol spécial ne pouvait être organisé, le ministère a trouvé d’autres moyens pour permettre aux Israéliens bloqués de rentrer chez eux. Jeudi, par exemple, 23 voyageurs israéliens ont quitté la Bolivie, via le Brésil, avec l’aide d’avions privés et militaires.

Des touristes israéliens à bord d’un avion militaire bolivien en route pour le Brésil, 26 mars 2020. (Autorisation)

Les touristes ont été récupérés à cinq endroits différents en Bolivie et conduits à la ville de Santa Cruz de la Sierra dans un avion privé affrété par l’ambassade israélienne au Brésil. De Santa Cruz, un avion militaire bolivien les a amenés à Sao Paulo, où ils ont embarqué sur un vol commercial à destination de l’aéroport Ben Gurion.

Les Israéliens ont été le premier groupe d’étrangers à être autorisés à quitter la Bolivie depuis que le pays – qui a renoué ses relations diplomatiques avec Israël il y a moins de six mois – ont été placés en quarantaine.

« Nos diplomates ont dû faire preuve d’une créativité et d’une réflexion extraordinaires pour mener à bien cette opération complexe », a déclaré le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Yuval Rotem.

« Les rues ici se sont vidées et il règne une certaine tension. Je pense qu’en ce moment, il est préférable de retourner en Israël », a déclaré Yoav Leibowitz, un étudiant en médecine de Netanya qui vit à Budapest depuis sept mois et qui est rentré chez lui jeudi sur un vol spécial Israir.

« Avant de venir en Hongrie, j’ai suivi une formation et travaillé comme ambulancier. A mon retour, immédiatement après la quarantaine, je me suis engagé et j’ai l’intention de m’enrôler à nouveau dans les services du Magen David Adom et de fournir une assistance en ces temps très difficiles ».

Les autorités israéliennes continuent d’exhorter tous les Israéliens qui sont encore à l’étranger et veulent rentrer chez eux à le faire tant que cela est encore possible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...