Les Marines israélienne et italienne réussissent un exercice de sauvetage
Rechercher

Les Marines israélienne et italienne réussissent un exercice de sauvetage

Les marins ont réussi à brancher une conduite vers un sous-marin "coulé" à des dizaines de mètres de profondeur pour l'approvisionner en oxygène

L'unité israélienne Shayetet 13 et la marine italienne conduisent un exercice simulant un incident où sous-marin aurait coulé. 
(Crédit : armée israélienne)
L'unité israélienne Shayetet 13 et la marine italienne conduisent un exercice simulant un incident où sous-marin aurait coulé. (Crédit : armée israélienne)

Les Marines israélienne et italienne ont récemment mené un exercice conjoint simulant le sauvetage de marins piégés dans un sous-marin « coulé », a annoncé samedi la Douzième chaîne.

Les deux pays ont tenu des exercices annuels communs ces cinq dernières années, mais la marine israélienne a déclaré que l’exercice de cette année a constitué un véritable succès étant donné la vitesse et l’efficacité à laquelle ils ont réussi à « sauver » les marins piégés à l’intérieur de leur sous-marin en difficulté.

Dans cet exercice, les forces de sauvetage israélienne et italienne ont travaillé conjointement pour « sauver » des marins piégés dans un sous-marin israélien dauphin qui avait « coulé » à des dizaines de mètres sous l’eau.

Un officier haut gradé de la Marine, qui s’est entretenu avec la Douzième chaîne, a déclaré que les marins ont utilisé des conduites pour fournir plus d’air aux sous-marins. Ces derniers disposent d’une réserve limitée en oxygène pour permettre aux marins bloqués de respirer une fois qu’il a coulé.

L’unité israélienne Shayetet 13 et la marine italienne conduisent un exercice simulant un incident où sous-marin aurait coulé.
(Crédit : armée israélienne)

« Il s’agissait de la première fois que nous avons réalisé un tel exercice où nous avons réussi à connecter un système [de ventilation extérieure] au sous-marin pour l’approvisionner en oxygène », a déclaré l’officier.

Il a expliqué que ce type d’opérations communes était capital pour toutes les parties impliquées « parce qu’un sous-marin coulé est un incident international… aucune flotte seule n’a la capacité de répondre à un tel scénario ».

Il a ajouté : « Dans le cas d’un sous-marin coulé, il n’y a pas d’ennemis ou d’amis. Tout le monde est appelé à aider ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...