Rechercher

Les rabbins David Lau et Yitzhak Yosef exhortent Matan Kahana à renoncer aux réformes

Les deux grands rabbins ont demandé au ministre des Affaires religieuses de "se réveiller" et affirment que l'État juif doit être placé sous l'autorité du Grand Rabbinat

Le grand rabbin ashkénaze David Lau s'adresse aux étudiants des yeshivot  lors de la "Marche des Yeshivot" contre les réformes de la conversion et de la cacherout, à Jérusalem, le 30 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le grand rabbin ashkénaze David Lau s'adresse aux étudiants des yeshivot lors de la "Marche des Yeshivot" contre les réformes de la conversion et de la cacherout, à Jérusalem, le 30 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les deux grands rabbins d’Israël ont pris la tête d’une manifestation de milliers de jeunes orthodoxes devant la Knesset, dimanche, pour demander au ministre des Affaires religieuses, Matan Kahana, de renoncer à des réformes majeures des services religieux juifs contrôlés par l’État.

Les projets de Kahana comprennent l’assouplissement du processus de conversion au judaïsme et l’élargissement de l’éventail des organisations habilitées à délivrer des certifications de casheroute, affaiblissant ainsi l’hégémonie ultra-orthodoxe – y-compris le contrôle exercé par le Grand Rabbinat sur les questions d’état-civil et de vie religieuse juive en Israël.

Ses projets, en particulier les changements apportés aux services de conversion, ont suscité de vives critiques de la part de personnalités ultra-orthodoxes, dont le grand rabbin ashkénaze David Lau.

Dimanche, David Lau a été rejoint par son homologue, le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef, à la tête de la « marche des yeshivot », une manifestation organisée par les étudiants des établissements secondaires de type yeshiva, qui combinent études profanes et apprentissage religieux. La marche a été programmée pour coïncider avec la réunion hebdomadaire du cabinet qui s’est tenue au bureau du Premier ministre.

Le grand-rabbin ashkénaze David Lau et le grand-rabbin séfarade Yitzhak Yosef à la « Marche des Yeshivot » contre les réformes de la conversion et de la cacherout, à Jérusalem, le 30 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

S’adressant à la foule, Lau, qui s’est exprimé ouvertement contre le projet de Kahana, a déclaré que « notre pays est un pays juif, avec le Grand Rabbinat, avec la Torah – c’est notre essence ».

« Un État juif est un État qui a un grand rabbinat ; un État juif est un État dans lequel le grand rabbinat prend les décisions, écrit [les règles] et dirige », a déclaré Lau.

Le grand rabbin sépharade Yosef a appelé Kahana à « se réveiller et à bien réfléchir à ce qu’il fait ».

Il a déclaré que Kahana a à son service « toutes sortes de petits rabbins qui le déroutent » et l’a exhorté à écouter plutôt les grands rabbins et les autres éminentes figures rabbiniques de la communauté orthodoxe.

Le ministre des Services religieux Matan Kahana (Yitzhak Kelman)

« Je lui demande de retirer tous ses projets, de s’aligner sur le grand rabbinat d’Israël et de renforcer la position de ce dernier », a déclaré Yosef.

Il a averti que « aujourd’hui, il y a toutes sortes de personnes qui se disent rabbins et qui ‘découvrent' » de nouveaux aspects de la Torah qui « ne sont pas basés sur la loi juive ».

« Ils déforment la Torah », a accusé Yosef. « Ils viennent et font toutes sortes de changements, dans la casheroute, dans la conversion, sur l’esplanade sud du mur Occidental », a-t-il dit, faisant référence à un plan controversé visant à établir un site de prière égalitaire adjacent à l’emblématique mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Avant la marche, les organisateurs ont publié un communiqué appelant « les membres de la Knesset et le gouvernement à renforcer le caractère juif de l’État d’Israël et à renforcer le Grand Rabbinat, qui est le fondement et l’essence de notre État saint ».

Illustration : Un tribunal rabbinique israélien examine un cas de conversion. (Crédit: Flash90)

« Nous vous demandons de figurer parmi ceux qui agissent pour approfondir le judaïsme et de ne pas, Dieu nous en préserve, vous associer à ceux qui voudraient nuire et émousser le caractère juif de l’État », ont-ils écrit.

Au début du mois, Kahana a dévoilé les changements qu’il propose pour le système de conversion.

Actuellement, les conversions au judaïsme reconnues par l’État sont contrôlées par le Grand Rabbinat, qui est dominé par les ultra-orthodoxes. Il n’y a que quelques dizaines de rabbins et quatre tribunaux de conversion dans le pays qui peuvent légalement effectuer des conversions au judaïsme.

Les personnes converties au judaïsme qui s’installent en Israël mais dont les conversions ne sont pas reconnues par le Grand Rabbinat ne peuvent pas se marier en Israël, car le rabbinat contrôle également les mariages. Les conversions effectuées par des autorités issues des mouvements réformés et conservateurs ne sont pas reconnues en Israël depuis des années, et le projet de Kahana n’y changera rien.

Entrée du tribunal rabbinique de Tel-Aviv (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

La nouvelle proposition permettra aux rabbins de chaque ville d’effectuer des conversions sous les auspices d’un système central et d’une commission directrice qui définira les règles de conversion et contrôlera leur mise en œuvre, rendant le processus uniforme dans tout le pays mais transférant le pouvoir exclusif hors du Grand Rabbinat.

La première phase des réformes du système de certification de casheroute a également eu lieu au début du mois de janvier.

Auparavant, le grand rabbinat et les conseils religieux locaux étaient les seuls organes habilités à délivrer des certificats de casheroute, ce qui coûte aux entreprises entre 2,2 et 2,5 millions de dollars par an.

Les nouvelles règles permettent à tout restaurant, magasin d’alimentation et usine de choisir parmi tous les conseils religieux du pays pour assurer la supervision de la casheroute au lieu de ne pouvoir faire appel qu’à leur conseil local.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...