Les survivants sont plus malades mais vivent plus longtemps que les natifs Israéliens
Rechercher

Les survivants sont plus malades mais vivent plus longtemps que les natifs Israéliens

Une étude montre que les personnes qui ont vécu l'Holocauste sont en moins bonne santé que celles qui sont nées en Israël ; mais elles vivent plus longtemps

Des dizaines de survivants juifs de l'Holocauste fêtent leur bar mitzvah au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 2 mai 2016. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)
Des dizaines de survivants juifs de l'Holocauste fêtent leur bar mitzvah au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 2 mai 2016. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

Les survivants de l’Holocauste qui ont immigré en Israël souffrent de taux plus élevés d’hypertension artérielle, de maladies rénales, de cancers et d’autres maladies que les personnes de leur âge qui sont nées en Israël, mais leur durée de vie globale – 80 ans contre 75 pour les Israéliens natifs – est plus longue, selon une nouvelle étude menée par un fonds de santé israélien.

« L’étude montre que les survivants de l’Holocauste souffrent en moyenne davantage de maladies chroniques que les personnes nées en Israël, bien que l’écart ne soit pas particulièrement grand », a déclaré le professeur Nachman Ash, directeur de la division de la santé aux services de santé Maccabi et professeur à l’Université d’Ariel.

« Mais concernant la raison pour laquelle les survivants vivent plus longtemps, nous n’avons aucune explication ».

De nombreuses études au cours des dernières années ont examiné l’incidence des traumatismes, de la dépression et d’autres troubles mentaux connus pour frapper les survivants de l’Holocauste, à la fois pendant la période de la guerre et après, a dit Ash. « Nous voulions examiner si oui ou non les survivants souffrent de plus de maladies que les non-survivants, en fonction de leurs dossiers de santé ».

Pour ce faire, les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de 80 000 individus (vivants et décédés) nés entre 1919 et 1945. La moitié des sujets de l’étude sont nés en Israël, et les autres sont nés et ont vécu en Europe, immigrant en Israël seulement après l’Holocauste.

L’étude a pris en compte les antécédents médicaux complets de chaque patient, indépendamment du moment où ils ont contracté une maladie ou ont commencé à souffrir d’une maladie chronique.

Dans presque toutes les catégories examinées, les survivants souffrent plus de maladies que les natifs Israéliens. La différence la plus importante entre les deux groupes concernait ceux qui souffrent d’hypertension artérielle ; selon les dossiers, 31 804 survivants ont été traités pour hypertension contre 25 189 Israéliens natifs.

Les problèmes de poids sont également plus importants chez les survivants; 13 143 étaient en surpoids ou obèses, comparativement à 10 172 natifs Israéliens. Les maladies du rein étaient aussi un domaine où les survivants avaient besoin de plus de traitement ; 18 323 survivants souffraient d’insuffisance rénale, comparativement à 11 931 natifs Israéliens.

Il y avait aussi des différences, quoique moins dramatiques, dans les autres catégories examinées ; 12 838 survivants ont été traités pour diabète, comparativement à 11 079 natifs, tandis que 16 879 survivants ont été traités pour ostéoporose, comparativement à 15 158 natifs. Il existait juste une légère différence dans les chiffres pour le cancer. Lors de la dernière décennie, 7 477 survivants ont été traités pour toutes les formes de cancer, par rapport à 6 886 Israéliens natifs.

En dépit de l’incidence plus élevée des maladies, les survivants vivent plus longtemps que les natifs Israéliens – 79,5 ans, contre 75,4 ans. Selon Ash, il est possible que leurs expériences aient endurci les corps des survivants et leur volonté de vivre.

« Nous n’avons aucune explication à ce phénomène, mais on pourrait imaginer que nous parlons de personnes qui, parce qu’elles ont été en mesure de survivre à de terribles souffrances, sont en mesure de continuer à survivre lorsqu’elles sont frappées par la maladie », a-t-il ajouté

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...