Les syndicats français boycottent une rencontre en Turquie
Rechercher

Les syndicats français boycottent une rencontre en Turquie

Deux confédérations européennes ont demandé en mai à la Turquie de mettre fin aux licenciements collectifs, de libérer les travailleurs et de restaurer la liberté d'expression et de la presse

Mobilisation de soutien à Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie et libéré depuis, devant la mairie du 4e arrondissement de Paris, le 23 août 2017. (Crédit : Thomas Samson/AFP)
Mobilisation de soutien à Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie et libéré depuis, devant la mairie du 4e arrondissement de Paris, le 23 août 2017. (Crédit : Thomas Samson/AFP)

Les principales organisations syndicales françaises ont décidé de boycotter une rencontre régionale de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui doit se tenir à Istanbul du 2 au 5 octobre, pour dénoncer « les dérives » des autorités turques.

La CGT, la CFDT, FO, la CFE-CGC, la CFTC et l’Unsa disent répondre à l’appel de la Confédération européenne des syndicats et de la Confédération syndicale internationale.

En mai, ces deux confédérations ont demandé à la Turquie de mettre fin aux licenciements collectifs, de libérer les travailleurs, de restaurer la liberté d’expression et de la presse ou de rouvrir les médias fermés. Faute d’un retour positif, elles « appelaient leurs affiliés à ne pas participer à cette conférence » de l’OIT.

« Force est de constater qu’aucune de ces demandes n’a été entendue », écrivent les six syndicats.

« Pire, les dérives des autorités turques n’ont pas cessé et les répressions à l’égard des militants syndicaux et pour les droits de l’homme continuent », relèvent-elles.

« À la lumière de cette situation, la CSI et la CES estiment que les conditions ne sont pas réunies pour organiser la Réunion régionale européenne de l’OIT en Turquie » et les six syndicats français n’y « participeront pas ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...