Rechercher
Interview

Les (très) vastes archives de YIVO sur la vie yiddish désormais en ligne

Après avoir survécu à des décennies de dissimulation aux forces nazies et soviétiques et à des années de litiges sur la propriété, ce trésor inestimable est désormais accessible

  • Une couverture de programme d'un bal de la presse yiddish des années 1920 à Varsovie est présentée avant et après le traitement de conservation. Cette affiche et des milliers d'autres affiches peuvent être consultées dans le cadre du projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections. (Crédit : YIVO / via JTA)
    Une couverture de programme d'un bal de la presse yiddish des années 1920 à Varsovie est présentée avant et après le traitement de conservation. Cette affiche et des milliers d'autres affiches peuvent être consultées dans le cadre du projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections. (Crédit : YIVO / via JTA)
  • Le projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections comprend des objets quotidiens comme cette page des carnets de l'horloger d'origine russe Shalom Schwarzbard, avec une liste des dépenses. (Crédit : YIVO / via JTA)
    Le projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections comprend des objets quotidiens comme cette page des carnets de l'horloger d'origine russe Shalom Schwarzbard, avec une liste des dépenses. (Crédit : YIVO / via JTA)
  • Outre les documents et les livres, le projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections comprend des objets matériels comme cette série de décorations militaires russes collectées par Elias Tcherikower. (Crédit : YIVO / via JTA)
    Outre les documents et les livres, le projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections comprend des objets matériels comme cette série de décorations militaires russes collectées par Elias Tcherikower. (Crédit : YIVO / via JTA)
  • Le projet de collections en ligne Edward Blank YIVO Vilna comprend un album des premières expériences de théâtre yiddish de Zygmunt Turkow, à partir de 1913. (Crédit : YIVO / via JTA)
    Le projet de collections en ligne Edward Blank YIVO Vilna comprend un album des premières expériences de théâtre yiddish de Zygmunt Turkow, à partir de 1913. (Crédit : YIVO / via JTA)

New York Jewish Week via JTA – La Shoah a pratiquement détruit une civilisation juive vieille de plusieurs siècles, alors que la guerre divisait les nations et laissait le continent divisé entre l’Ouest allié et l’Est dominé par les Soviétiques. Parmi les victimes de ce bouleversement figure une collection monumentale d’études et d’objets racontant l’histoire de la culture yiddish.

Avant la Seconde Guerre mondiale, le YIVO Institute for Jewish Research, fondé à Vilna (aujourd’hui Vilnius), en Lituanie, a rassemblé des millions de documents et des centaines de milliers de livres rares. Les nazis, non satisfaits de leur guerre contre les Juifs, ont également pillé leur passé, volant des documents destinés pour un projet de musée de la race juive vaincue à Francfort et condamnant le reste à la destruction.

Mais une grande partie des documents de Francfort ont survécu. Après la guerre, YIVO s’est retrouvé dans son nouveau siège à New York, grâce aux « Monuments Men », l’unité de l’armée américaine envoyée pour récupérer les œuvres d’art et les bourses d’études volées par les nazis.

Pendant ce temps, les Juifs chargés de trier les collections sous les ordres des nazis dans le ghetto de Vilna – la fameuse « Brigade du papier » – ont réussi à cacher un grand nombre de documents. Cette partie sera à nouveau menacée lorsque les Soviétiques prendront le contrôle de la Lituanie, et ne survivra que grâce à un bibliothécaire lituanien qui a réussi à cacher le tout dans le sous-sol d’une église.

Comme une famille divisée par la guerre, les collections ont trouvé refuge dans deux pays – la Lituanie et les États-Unis. Et comme un enfant au milieu d’un divorce, le trésor lituanien a fait l’objet d’une longue bataille pour sa garde entre YIVO et le gouvernement lituanien. Le différend n’a été résolu à l’amiable qu’en 2014, avec une solution rendue possible uniquement par la technologie moderne : la numérisation de tous les millions de documents, les réunissant en ligne, sinon sous le même toit.

Ce mois-ci marque l’achèvement de ce projet historique avec les collections en ligne Edward Blank YIVO Vilna, du nom de son principal donateur. Les chercheurs professionnels et amateurs peuvent accéder à l’intégralité des archives YIVO, soit 4 millions de documents, qui sont en yiddish ainsi que dans des dizaines d’autres langues. Ces documents reflètent la diversité religieuse et culturelle du Yiddishland, depuis les affiches de théâtre jusqu’aux registres enluminés des synagogues en passant par les partitions de musique rares.

Le résultat, selon Jonathan Brent, directeur exécutif et PDG de YIVO, est un « réveil de la mission historique de YIVO, une expérience importante (et réussie) dans l’activité culturelle internationale, et un marqueur irréversible de l’avenir de YIVO en tant qu’institution juive mondiale de premier plan ».

Jonathan Brent, le directeur exécutif de YIVO, dit que les documents aident à montrer un autre aspect de la vie juive en Europe de l’Est que ce que les gens ont tendance à connaître. (Crédit : Josefin Dolsten)

Le New York Jewish Week s’est entretenu via Zoom avec Jonathan Brent et Stefanie Halpern, directrice des archives YIVO, au sujet de la diversité de la collection et de la manière dont une nouvelle génération de chercheurs et de simples citoyens peuvent utiliser les archives pour mieux comprendre et apprécier un passé juif vaste et sans cesse surprenant.

L’interview a été raccourcie et modifiée pour plus de clarté.

New York Jewish Week : Jonathan et Stefanie, donnez-moi une idée de l’importance de ce projet et de la façon dont il change la donne.

Jonathan Brent : YIVO n’a jamais rien fait de tel dans son histoire – un projet de 7 millions de dollars sur sept ans, impliquant 11 archivistes. C’est un projet international qui a une signification sociale, historique et aussi politique. C’est un pas en avant vers l’avenir pour YIVO, même si c’est un pas en arrière vers le passé et la récupération de tous ces matériaux extraordinaires. Il a démontré la viabilité des projets culturels internationaux sur le thème de la culture juive d’avant-guerre, et ce qui peut être accompli avec le bon esprit, le bon objectif, le bon talent et le bon leadership.

Le projet de collections en ligne Edward Blank YIVO Vilna comprend un album des premières expériences de théâtre yiddish de Zygmunt Turkow, à partir de 1913. (Crédit : YIVO / via JTA)

Ce projet fait de YIVO une institution de premier plan à différents égards, en termes d’archives, de préservation, d’accessibilité et de mise en ligne d’une quantité massive de documents – en les rendant disponibles, en construisant le site Web approprié, en utilisant tous les logiciels adéquats, en engageant tous les spécialistes appropriés pour rendre ces documents disponibles en ligne dans le monde entier.

Mais c’est aussi un pas en avant pour nous en termes de construction de l’infrastructure de l’organisation.

Sous la direction de Stefanie, le YIVO est également devenu une institution de formation en archivistique. Nous formons ainsi une nouvelle génération de spécialistes capables de conserver, de traiter et de numériser cette formidable richesse de documents juifs.

Stefanie Halpern, directrice des Archives YIVO. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Stefanie, pouvez-vous décrire comment les chercheurs vont découvrir les archives ? Et qu’est-ce qu’on gagne et qu’est-ce qu’on perd si on travaille dans un format uniquement numérique et qu’on n’a pas les documents entre les mains ?

Stefanie Halpern : Une partie de ce que nous essayons de faire avec notre méthode de numérisation est de reproduire autant que possible l’expérience dans une salle de lecture. Bien sûr, on ne peut pas remplacer la sensation physique de toucher un document, de le retourner, de sentir les pages fragiles, l’odeur du cuir. Mais nous essayons de photographier les documents de manière à ce que vous puissiez voir tous les bords. Vous voyez les plis, vous voyez les déchirures. Nous n’aseptisons pas les matériaux. Lorsque vous faites défiler les documents, nous essayons de reproduire ce que vous verriez réellement dans une salle de lecture.

Et donc, cela ouvre la recherche à toute une série de personnes qui n’ont jamais eu accès à ces documents auparavant. Cela permet aux jeunes chercheurs ou aux chercheurs non universitaires de se sentir à l’aise pour y accéder. Nous voyons beaucoup d’historiens généalogistes qui utilisent ces documents et qui ne viendraient pas nécessairement en salle de lecture, et je pense que c’est vraiment formidable.

Pouvez-vous me donner un exemple de la façon dont les gens utilisent les archives ?

Halpern : Les collections musicales me viennent tout de suite à l’esprit, car ce sont celles que nous avons mises en ligne le plus récemment et celles qui étaient souvent les moins accessibles. Depuis presque un an, un universitaire israélien m’envoie un courriel tous les mois pour me demander si des manuscrits d’opérettes sont disponibles.

Une collection que nous mettons en place cette semaine est le « Groupe 1.2 », les documents de la Commission ethnographique du YIVO. Les matériaux acquis par les zamlers (collectionneurs amateurs) comprennent des matériaux folkloriques, des chansons et des jeux d’enfants.

Tous ces documents sont souvent écrits sur de minuscules bouts de papier qui sont extrêmement difficiles à lire. En ligne, vous pouvez les agrandir autant que vous le souhaitez. Je sais que beaucoup de gens sont très enthousiastes à l’idée de mettre la main sur ces documents, dont certains n’ont jamais été mis à la disposition des chercheurs.

Outre les documents et les livres, le projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections comprend des objets comme cette série de décorations militaires russes collectées par Elias Tcherikower. (Crédit : YIVO / via JTA)

Nous avons les autobiographies de jeunes qui ont été collectées par YIVO dans les années 1930. Nous en avons plusieurs centaines, mais il manque parfois quelques pages et les archivistes d’ici et de Lituanie ont pu établir des liens et retrouver les pages manquantes. De nombreux chercheurs utilisent les autobiographies parce qu’elles donnent un excellent aperçu des différents types de la vie juive en Pologne.

Les histoires croustillantes, les documents pornographiques de cette collection ont été cachés pendant très longtemps. Ces documents ont été collectés par YIVO. Ils faisaient partie de la vie. C’est ce genre de choses qui va créer de nouvelles études et changer les études existantes.

Je me sens obligé de demander : qui créait des documents pornographiques en yiddish dans les années 1930 ?

Halpern : Le contexte de ces documents est un peu flou, mais nous pensons qu’il s’agissait d’histoires que les zamlers collectaient. Ils sont sortis et ont demandé aux gens, vous savez, quelles histoires connaissez-vous sur les héros juifs ? Quelles histoires connaissez-vous sur les ours qui parlent ? Quelles histoires sales connaissez-vous ?

Brent : Binyamin Harshav [le regretté poète et traducteur israélien] a raconté qu’il était allé sur la place du marché, sur les instructions de Max Weinreich [cofondateur de YIVO et éditeur du Dictionnaire moderne yiddish-anglais-yiddish] afin de recueillir les obscénités utilisées par les femmes sur la place du marché. Et il le faisait en les irritant jusqu’au point où elles le maudissaient.

Un autre exemple de l’utilisation de ce système est que nous travaillons actuellement à Vilnius avec la galerie Tartle sur une exposition de matériel numérisé par YIVO, qui sera présentée en mai ou en juin. Il s’agira de la première grande exposition de documents juifs d’avant-guerre à Vilnius depuis que le musée juif a été fermé par les Soviétiques en 1947 ou 48. Ainsi, ces documents ne font pas que stimuler l’érudition ici, mais ils vont provoquer une renaissance de la connaissance du monde juif pour les Lituaniens et pour ce qui reste de la communauté juive là-bas.

Le projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections comprend des objets quotidiens comme cette page des carnets de l’horloger d’origine russe Shalom Schwarzbard, avec une liste des dépenses. (Crédit : YIVO / via JTA)

Pourquoi est-ce important ?

Brent : Il faut être très prudent avant de faire des affirmations sur un autre pays et une autre société. Bien sûr, je me souviens très bien que lorsque le musée Polin a ouvert ses portes à Varsovie, tout le monde a dit : « Cela va changer la donne. Il va changer l’attitude des Polonais envers les Juifs. » Mais regardez où nous en sommes aujourd’hui.

Mais je sais que notre projet permet aux jeunes Lituaniens de découvrir leur propre passé, qu’ils soient Juifs ou non. La culture juive fait partie de la culture lituanienne ; elle était une partie inextricable de ce que la Lituanie est devenue. Je ne sais pas à quoi cela mènera, mais je sais que le projet YIVO a participé à cette prise de conscience et que, grâce à notre projet, les personnes de bonne volonté, celles qui ont des instincts démocratiques et un désir d’ouverture, trouvent un moyen de renforcer encore leurs attitudes.

Y a-t-il des parties inexplorées de la collection auxquelles vous espérez qu’un érudit pourra enfin accéder ?

Halpern : Nous avons environ, je ne sais pas, 5 000 ou 6 000 affiches qui ont été numérisées dans le cadre du projet, dont plus de 2 000 affiches de théâtre yiddish qui ont été collectées par le YIVO pendant l’entre-deux-guerres, non seulement en Europe de l’Est mais dans le monde entier. Il est extrêmement difficile de prendre soin des affiches et de les montrer aux chercheurs, si bien que beaucoup d’entre elles n’ont jamais été vues. Des affiches de théâtre, des affiches électorales, des affiches annonçant des conférences sur des sujets liés à la santé, des sujets politiques, et même l’hypnotisme.

Les musées sont toujours intéressés par l’emprunt d’affiches, mais beaucoup d’entre elles étaient en six ou huit morceaux différents. Nos conservateurs ont pu tout reconstituer. Vous voyez donc que la numérisation n’est pas seulement un acte d’accès, mais aussi de préservation. Vous pouvez regarder ces images numériques autant que vous le souhaitez et savoir que vous avez une représentation aussi précise que possible de ces matériaux.

Nous avons les papiers de Zemach Shabad. Il était un personnage public et médecin à Vilnius, et nous avons des milliers de ses dossiers médicaux qui n’ont jamais été utilisés par les chercheurs. Je suis enthousiaste à l’idée qu’un historien de la médecine puisse glaner toutes les informations qu’il peut trouver dans ces dossiers sur une période de 30 ans.

Brent : Rappelez-vous que la culture a été détruite d’abord par les nazis, puis par les Soviétiques. Vous ne pouvez pas séparer cette histoire de ces documents.

Mais ce projet est une célébration de ce qui a été préservé grâce aux efforts de générations de Juifs qui prennent soin de leur histoire, pour se comprendre eux-mêmes, pour transmettre ce savoir à la génération suivante.

Je ne peux vous dire le plaisir que j’éprouve à l’idée que des jeunes étudient ces documents. Cette connaissance de nous-mêmes n’est pas quelque chose qui a 2 000 ans, 1 000 ans ou 500 ans. Elle vit en chacun de nous. Et d’une certaine manière, nous sommes connectés à ce passé. Et donc, cela nous aide à mieux nous connaître, et c’est ce que notre institution souhaite célébrer.

Une couverture de programme d’un bal de la presse yiddish des années 1920 à Varsovie est présentée avant et après le traitement de conservation. Cette affiche et des milliers d’autres affiches peuvent être consultées dans le cadre du projet Edward Blank YIVO Vilna Online Collections. (Crédit : YIVO / via JTA)

L’histoire de la tentative d’unir les deux bibliothèques a été très délicate et s’est retrouvée au cœur d’un conflit juridique et diplomatique sur la propriété avec la Lituanie, qui estime que les documents font partie de son patrimoine national. Je crois savoir que vous entretenez des relations étroites avec le gouvernement lituanien, mais n’êtes-vous pas déçus que ces grandes collections ne soient pas réunies dans le même espace physique ?

Brent : Il y a de la déception pour diverses personnes qui aimeraient les voir ainsi réunies. Personnellement, je ne suis pas déçu dans le sens où je ne m’attendais pas à ce que ce soit le cas. J’ai accepté le statu quo. J’ai accepté le fait historique qui n’avait pas été modifié après 20 ans de litige. Mais oui, il y a beaucoup de gens dans le monde qui aimeraient voir tous ces matériaux sains et saufs à l’Institut YIVO de New York. Mais ce n’est pas quelque chose dont nous nous sommes occupés. Ce n’était pas notre travail.

Il est impossible de séparer les siècles de vie juive en Europe de l’Est de la destruction des communautés lors de la Shoah. Considérez-vous les efforts de YIVO comme un projet de commémoration ou de préservation ? Un sentiment de deuil assombrit-il votre travail, ou êtes-vous capable de voir au-delà des pertes ?

Brent : Oui, il y a un sentiment de deuil et de perte, mais la puissance de ce projet, en termes de préservation et d’intégration du passé dans le présent, est quelque chose que nous ne savons même pas comment calculer. Il va engendrer toutes sortes de nouvelles énergies.

Je ne me suis pas lancé dans ce domaine à cause de la destruction de cette civilisation. Je me suis toujours intéressé à la culture vivante, à toutes les choses étranges et intéressantes qui se sont produites en Europe de l’Est et à la façon dont elles sont arrivées en Amérique.

Mon objectif est de montrer la culture vivante, de changer le récit, de ne pas se limiter à la Shoah et de mettre en avant ces vies animées.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement ceux de JTA ou de sa société mère, 70 Faces Media.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...