Rechercher

Les zones d’ombre persistent autour du crash de l’hélicoptère militaire

L'enquête n'est pas en mesure de déterminer pourquoi les pilotes - le lieutenant-colonel Erez Sachyani et le major Chen Fogel - n'ont pas pu s'échapper de l'appareil

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les débris d'un hélicoptère militaire au sol après un crash au large de la côte de Haïfa, dans la nuit du 3 janvier 2021. (Crédit : Alon Nadav/Flash90)
Les débris d'un hélicoptère militaire au sol après un crash au large de la côte de Haïfa, dans la nuit du 3 janvier 2021. (Crédit : Alon Nadav/Flash90)

Le crash mortel d’un hélicoptère militaire lundi dernier a été causé par un incendie dans le moteur gauche, mais le problème sous-jacent à l’origine du dysfonctionnement reste flou, selon un rapport provisoire de l’enquête.

L’enquête n’est pas non plus en mesure de déterminer pourquoi les pilotes – le lieutenant-colonel Erez Sachyani et le major Chen Fogel – n’ont pas pu s’échapper de l’appareil, mais elle détermine que les équipes de secours qui sont arrivées sur les lieux peu après le crash n’auraient pas pu les extraire à temps pour les sauver.

Au vu des questions persistantes sur la cause du crash, le chef de l’armée de l’air israélienne, Amikam Norkin, a ordonné que la flotte d’hélicoptères Eurocopter AS565 Panther reste au sol.

« Tout accident peut être évité. Nous allons tout mettre en œuvre pour mener une enquête précise et professionnelle, en utilisant toutes les ressources nécessaires, afin de comprendre la cause de cet accident », a déclaré Norkin dans un communiqué.

Le chef de l’armée de l’air, le général Amikam Norkin, lors d’un entretien télévisé, le 2 décembre 2021. (Capture d’écran : Treizième chaîne)

Selon le rapport provisoire, le dysfonctionnement initial du moteur gauche s’est produit alors que l’avion se trouvait entre 700 et 800 mètres au-dessus de la mer Méditerranée. Le feu a provoqué un dégagement de fumée dans la cabine, qui s’est rapidement propagé au moteur droit.

Au cours des deux minutes environ qui se sont écoulées entre le début de l’incendie et l’impact de l’hélicoptère sur l’eau, les pilotes ont activé les systèmes d’extinction de l’appareil, coupé certains systèmes électriques pour éviter que le feu ne se propage davantage et activé le système de flottaison de l’hélicoptère de la marine, selon le rapport.

Selon les enquêteurs, les actions rapides des pilotes et l’atterrissage « relativement équilibré » de l’appareil sur l’eau ont permis de sauver la vie d’un officier de marine qui se trouvait à bord de l’hélicoptère à ce moment-là.

Le capitaine Ron Birman a été sorti de l’eau peu après l’accident avec une vertèbre cassée et une légère hypothermie, après avoir tenté en vain de secourir les pilotes.

Une fusée éclairante de l’armée israélienne illumine le ciel pendant les recherches après le crash d’un hélicoptère militaire au large de Haïfa, dans la nuit du 3 janvier 2021. Encart : Les deux soldats tués, le lieutenant-colonel Erez Sachyani (à droite) et le major Chen Fogel (Alon Nadav/Flash90 ; Forces de défense israéliennes).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...