Rechercher

L’État à la Haute Cour: les réfugiés sans « liens » avec lsraël peuvent aller ailleurs

Les responsables répondent au recours de la Haute Cour concernant la politique israélienne en matière de réfugiés, qui limite le nombre de réfugiés de guerre ukrainiens

Vue du bâtiment qui abrite la Cour suprême, à Jérusalem. (Crédit: Shmuel Bar-Am)
Vue du bâtiment qui abrite la Cour suprême, à Jérusalem. (Crédit: Shmuel Bar-Am)

En vue de la décision attendue ce dimanche, l’État a demandé à la Haute Cour de justice de rejeter un recours contre la politique israélienne en matière d’accueil des réfugiés ukrainiens.

Le recours, introduit par un cabinet d’avocats privé avec le soutien de l’ambassade ukrainienne, estime que le plafonnement du nombre de réfugiés viole les accords internationaux ainsi que les conventions internationales auxquelles Israël est partie, et n’a en outre pas été pris par l’autorité légitime.

L’État a fait valoir vendredi que les réfugiés pouvaient se tourner vers les pays européens voisins, ajoutant que les réfugiés sans « lien avec Israël » ne relevaient pas de sa compétence.

Face à la guerre qui frappe l’Ukraine et force à l’exil des millions de personnes, Israël a adopté une position dure et hostile à l’accueil d’un grand nombre de réfugiés qui ne sont pas éligibles à la citoyenneté en vertu de la Loi du retour. Cette politique est conduite par la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked.

En vertu de cette politique, Israël avait initialement fixé le quota de réfugiés inéligibles à la citoyenneté israélienne à 25 000 – dont 20 000 étaient déjà dans le pays lorsque la guerre a commencé –, s’attirant de vives critiques à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement.

Confrontée à un tollé public, Shaked a ensuite annoncé que tous les parents d’Israéliens se verraient accorder l’entrée sans limitation de nombre, sans toutefois précisé le degré de proximité requis.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked tient une conférence de presse à l’aéroport international Ben Gourion, annonçant de nouveaux critères d’admission des réfugiés, le 13 mars 2022. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

L’avocat israélien Tomer Warsha a introduit un recours auprès de la Haute Cour. Warsha a demandé au tribunal de délivrer une injonction avec effet immédiat pour priver ces mesures d’effet et obliger le gouvernement à accueillir les réfugiés ukrainiens.

L’avocat Tomer Warsha (capture d’écran Facebook)

La semaine dernière, l’ambassadeur ukrainien en Israël, Yevgen Korniychuk, avait critiqué Israël pour ne pas avoir davantage aidé l’Ukraine en fournissant une aide défensive, en accueillant plus de réfugiés ou en adoptant une position claire contre la Russie, accusant Israël d’avoir « peur » de Moscou.

L’ambassadeur d’Ukraine en Israël, Yevgen Korniychuk, faisant une déclaration à la presse sur l’invasion russe en Ukraine, à Tel Aviv, le 7 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Depuis le début des combats déchaînés par l’invasion russe le 24 février dernier, plus de 12 600 Ukrainiens sont arrivés en Israël, a déclaré Shaked vendredi, ajoutant que, parmi eux, 3 650 étaient éligibles à l’immigration en vertu de la loi israélienne du retour ou l’avaient déjà fait.

1 050 d’entre eux ont quitté Israël par choix ou se sont vu refuser l’entrée, a-t-elle ajouté. Selon le site d’information Ynet, 290 se seraient vu refuser l’entrée.

Cela porterait à quelque 7 900 le nombre de réfugiés ukrainiens inéligibles à la citoyenneté israélienne accueillis dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...