L’Etat islamique affirme ne pas vouloir détruire Palmyre
Rechercher

L’Etat islamique affirme ne pas vouloir détruire Palmyre

Une vidéo des djihadistes montre les spectaculaires ruines antiques encore intactes, il n'y a pas de nouvelles des inscriptions hébraïques

Une vue des ruines de Palmyre, en Syrie, et ce qui semble être un combattant de l'État islamique marchant dans l'ancien théâtre de la ville, dans une vidéo diffusée par la branche de propagande de l'Etat islamique le 27 mai 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Une vue des ruines de Palmyre, en Syrie, et ce qui semble être un combattant de l'État islamique marchant dans l'ancien théâtre de la ville, dans une vidéo diffusée par la branche de propagande de l'Etat islamique le 27 mai 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’État islamique a publié une vidéo montrant les ruines de l’ancienne ville syrienne de Palmyre non endommagée par la prise de contrôle de la vielle par cette organisation.

Le groupe djihadiste a détruit de nombreuses antiquités lors de ses conquêtes, qui s’étendent sur environ un tiers de la Syrie et de l’Irak, dont depuis peu les villes irakiennes de Hatra et Mossoul.

Les archéologues craignent que la prise de Palmyre par le groupe pourrait signifier la destruction définitive de l’un des vestiges les plus remarquables et les mieux conservés du monde antique.

Mais mardi, le groupe terroriste a publié une vidéo d’une minute et demi montrant des ruines encore intactes.

Selon le quotidien britannique The Guardian, les militants ont affirmé que le groupe avait promis de ne détruire que les statues qui violaient l’interdiction religieuse du groupe islamiste radical – ce qu’il considère être des représentations polythéistes.

Sur la base des rapports de presse, on ne sait pas si la preuve archéologique de l’antique présence juive dans la ville est encore intacte.

https://www.youtube.com/watch?v=yXZpWhhhQNc

Le souci apparent de l’EI de l’opinion mondiale ne s’est pas étendu aux personnes capturées lorsque des combattants de l’État islamique ont conquis la ville.

Le groupe a utilisé l’ancien théâtre romain de la ville comme site pour exécuter une vingtaine d’individus soupçonnés d’être des combattants pro-Assad.

Il y a quelques jours, la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, avait appelé à une cessation immédiate des hostilités dans la région et exhorté la communauté internationale « à faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger la population touchée et sauvegarder le patrimoine culturel unique de Palmyre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...