Rechercher

L’haltérophile et médaillé olympique juif Isaac ‘Ike’ Berger meurt à 85 ans

Né en 1936 dans la Palestine sous mandat britannique, Berger avait grandi à Jérusalem avant de partir pour les États-Unis en 1949 où sa carrière sportive avait décollé

Isaac "Ike" Berger. (Crédit : (Lelands via JTA)
Isaac "Ike" Berger. (Crédit : (Lelands via JTA)

JTA — Moïse et les Maccabées mis de côté, il n’est pas exagéré de dire que Isaac Berger a été l’un des Juifs ayant le plus de force.

Connu sous le nom de « Ike », Berger avait gagné trois médailles olympiques, deux championnats du monde et huit championnats nationaux en haltérophilie pendant une partie importante des années 1950 et 1960.

Berger s’est éteint de mort naturelle samedi à l’âge de 85 ans, a confié sa famille à JTA.

Berger avait été le premier haltérophile de la catégorie poids-plume à cumuler une levée totale de plus de 360 kilos en compétition alors que son poids n’aura jamais dépassé les 60 kilogrammes.

Né en 1936 dans la Palestine sous mandat britannique, Berger avait grandi dans une famille hassidique du quartier Beit Yisrael de Jérusalem. Son père était rabbin.

Toute la famille était partie aux États-Unis en 1949 et il était devenu citoyen américain six ans plus tard. C’est alors que sa carrière sportive avait décollé.

Dans la décennie qui a suivi, Berger deviendra l’un des haltérophiles en catégorie poids-plume les plus titrés de toute l’Histoire américaine. Il a participé à trois éditions des Jeux olympiques, remportant la médaille d’or en 1956 et l’argent en 1960 et en 1964.

La médaille d’or de 1956 obtenue par Isaac Berger lors des Jeux olympiques de Melbourne. (Crédit : Lelands via JTA)

Berger revendra ultérieurement cette médaille d’or pour plusieurs milliers de dollars.

Lors des Maccabiades de 1957, Berger avait été le tout premier athlète à briser un record dans un sport, quel qu’il soit, en Israël. Sa médaille d’or avait été remise par le Premier ministre israélien David Ben Gurion, qui avait qualifié Berger de « gibor Yehudi » – le « Juif puissant ».

Il avait pris part à six championnats du monde entre 1957 et 1964, remportant l’or à deux occasions. Il avait également gagné deux championnats panaméricains.

Berger était entré au Hall of Fame de l’haltérophilie américaine en 1965 et au Hall of Fame du sport juif en 1980.

Il laisse derrière lui une sœur, deux frères et 13 nièces et neveux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...