Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Un haltérophile irakien critiqué à Bagdad pour avoir concouru avec un Israélien

La Fédération nationale d'haltérophilie défend l'athlète, tout en soulignant son "rejet de toute normalisation avec l'État sioniste"

Illustration : Un haltérophile lors d'une compétition olympique. (Crédit : Darwin Brandis/iStock by Getty Images)
Illustration : Un haltérophile lors d'une compétition olympique. (Crédit : Darwin Brandis/iStock by Getty Images)

Les instances sportives en Irak s’affrontaient vendredi au sujet de la participation d’un athlète irakien aux Championnats du monde d’haltérophilie en Arabie saoudite, auxquels participent des sportifs venus d’Israël, un pays avec lequel Bagdad refuse toute normalisation.

L’Irak, représenté par six athlètes, a remporté une médaille d’or lors de sa participation à ce tournoi international qui se tient jusqu’à ce dimanche à Ryad et qui sert de qualifications pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris.

La polémique concerne la participation de l’Irakien Haider Hussein Ali aux côtés de l’Israélien Artur Mugurdumov à la compétition disputée jeudi pour la catégorie des 102 kilogrammes.

Le Comité olympique irakien (CIO) a « condamné » cette participation dans un communiqué publié jeudi. « La Fédération irakienne d’haltérophilie [WIF] devrait être consciente du contexte politique et des positions du gouvernement et du peuple », a fustigé vendredi le président du Comité, Raad Hamoudi, interrogé par l’AFP.

L’Irak – à l’instar de l’Iran et d’autres pays du Moyen-Orient – ne reconnaît pas Israël et interdit tout contact entre athlètes irakiens et israéliens.

Dans un communiqué, la WIF a réitéré son « rejet de toute normalisation avec l’Entité sioniste ». Mais elle a estimé que les compétitions d’haltérophilie ne peuvent pas être mises sur le même plan que les autres sports individuels, où un pays peut en affronter frontalement un autre.

L’haltérophile israélien Artur Mugurdumov, en 2021 (Crédit : Capture d’écran vidéo)

« Les compétitions auxquelles a participé Haider Hussein Ali comprenaient 11 haltérophiles, dont deux Iraniens », a réagi vendredi le directeur-adjoint de la WIF, Saleh Mohamed Kadhim. « Comment nous retirer de compétitions où il n’y a pas de face-à-face ? », a-t-il déclaré.

« Quand se tient l’Assemblée générale du Comité international olympique, à laquelle participe un représentant d’Israël, le président du comité irakien se retire-t-il ? », s’est interrogé Kadhim.

Pour de nombreux sportifs du Moyen-Orient, la participation à des compétitions où ils doivent affronter des Israéliens reste un vrai casse-tête et souvent une source de débats à domicile.

Fin août, un haltérophile iranien a été suspendu par les autorités de son pays après avoir serré la main d’un sportif israélien au cours d’une compétition en Pologne.

Mostafa Rajaei, à droite, serrant la main de l’haltérophile israélien Maksim Svirsky lors d’un championnat du monde des maîtres à Wieliczka, en Pologne, le 26 août 2023 (Crédit : Capture d’écran X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur).

Si ces dernières années plusieurs pays arabes ont normalisé leurs relations avec Israël, l’Arabie saoudite n’en fait pas partie. En septembre toutefois, une délégation israélienne a participé à Ryad à une réunion de l’Unesco, première visite publique de représentants de l’État d’Israël en Arabie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.