Liban : manifestation anti-pouvoir malgré un couvre-feu et le coronavirus
Rechercher

Liban : manifestation anti-pouvoir malgré un couvre-feu et le coronavirus

Le rassemblement à Tripoli marque les six mois d'un soulèvement inédit lancé contre la classe politique et des conditions économiques qui n'ont fait qu'empirer

Plusieurs centaines de Libanais manifestent dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays, le 17 avril 2020, malgré les mesures de confinement. (Crédit : Ibrahim CHALHOUB / AFP)
Plusieurs centaines de Libanais manifestent dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays, le 17 avril 2020, malgré les mesures de confinement. (Crédit : Ibrahim CHALHOUB / AFP)

Des centaines de personnes ont manifesté vendredi au Liban malgré l’épidémie du nouveau coronavirus et un couvre-feu, marquant dans l’emblématique ville de Tripoli les six mois d’un soulèvement inédit lancé contre la classe politique et des conditions économiques qui n’ont fait qu’empirer.

Des échauffourées ont éclaté entre des contestataires et l’armée, qui a répondu à des jets de pierre par des tirs de gaz lacrymogènes, quand des manifestants ont tenté d’approcher le domicile d’un député, a rapporté une correspondante de l’AFP.

Les contestataires étaient mobilisés sur la place Al-Nour, épicentre des manifestations à Tripoli (nord), alors que ces derniers mois le mouvement s’est essoufflé.

Ils ont incendié des pneus et sont restés même après l’entrée en vigueur à 19H00 (16H00 GMT) d’un couvre-feu imposé par le gouvernement pour enrayer la propagation de la maladie du Covid-19, selon la correspondante.

Plusieurs centaines de Libanais manifestent dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays, le 17 avril 2020, malgré les mesures de confinement. (Crédit : Ibrahim CHALHOUB / AFP)

Les manifestants ont scandé des slogans dénonçant le gouvernement mais aussi les banques et le gouverneur de la Banque centrale. Rares étaient ceux qui avaient un masque sur la bouche, selon elle.

Le Liban avait connu le 17 octobre 2019 un vaste mouvement de contestation, qui a vu certains jours des centaines de milliers de personnes mobilisées à travers tout le pays, pour crier leur ras-le-bol et réclamer le renouvellement de la classe politique, accusée de corruption et d’incompétence.

« On meurt de faim ou on meurt du corona ? », se plaint vendredi Karim, jeune homme de 24 ans qui fustige une hausse des prix.

« Où sont les droits du peuple », s’insurge Fatima, 27 ans, venue manifester avec son frère.

« Ils peuvent essayer de nous faire peur autant qu’ils veulent, nous dire ‘restez à la maison vous allez être contaminés’, le peuple libanais ne va plus rien laisser passer. »

Des Libanais manifestent dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays, le 17 avril 2020, malgré les mesures de confinement. (Crédit : Ibrahim CHALHOUB / AFP)

Le pays connaît depuis des mois sa pire crise économique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), marquée par une forte récession, une fonte des réserves en devises étrangères et une dépréciation de la monnaie nationale ayant entraîné une forte inflation.

Le Liban croule sous une dette de 92 milliards de dollars, soit 170 % du PIB, l’un des taux les plus élevés mondialement. L’Etat a annoncé en mars son premier défaut de paiement dans l’histoire.

En 2020, l’économie devrait connaître une contraction massive de 12 %, selon le Fonds monétaire international (FMI). Les autorités planchent actuellement sur un plan de redressement.

Les banques libanaises sont accusées par la rue de complicité avec le pouvoir politique et d’avoir contribué à l’endettement public effréné et la faillite de l’Etat.

Pour aider les plus démunis durant le confinement imposé par l’épidémie de Covid-19, le gouvernement a lancé une aide financière de 400 000 livres libanaises (environ 265 dollars au taux de change officiel).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...