L’Iran a tenté de saisir un pétrolier britannique dans le Golfe – médias
Rechercher

L’Iran a tenté de saisir un pétrolier britannique dans le Golfe – médias

Un avion américain a filmé l'incident, qui s'est terminé lorsque la frégate britannique - qui escortait le pétrolier - a pointé ses armes sur les bateaux iraniens

Un pétrolier en feu dans le golfe d'Oman, le 13 juin 2019, près du détroit stratégique d'Ormuz où deux navires auraient été attaqués. (AP Photo/ISNA)
Un pétrolier en feu dans le golfe d'Oman, le 13 juin 2019, près du détroit stratégique d'Ormuz où deux navires auraient été attaqués. (AP Photo/ISNA)

Des bateaux armés iraniens ont essayé de saisir un pétrolier britannique dans les eaux stratégiques du Golfe mercredi, mais ont été repoussé par une frégate de la Royal Navy britannique, a rapporté CNN.

Les Iraniens ont ordonné au pétrolier British Heritage, qui naviguait dans la zone du détroit d’Ormuz, de changer sa trajectoire pour s’arrêter dans les eaux territoriales iraniennes proches, selon la chaîne qui cite deux responsables américains sous couvert d’anonymat.

Un avion américain a filmé l’incident, qui s’est terminé lorsque la frégate britannique HMS Montrose – qui escortait le pétrolier  – a pointé ses armes sur les bateaux iraniens en leur intimant de s’éloigner, avec succès, détaille CNN.

Le président iranien Hassan Rouhani avait averti mercredi la Grande-Bretagne de « conséquences » après sa décision d’arraisonner un pétrolier iranien au large de Gibraltar la semaine dernière.

Le Grace 1 avait été arraisonné jeudi au large du territoire britannique, à l’extrême sud de l’Espagne, à la suite d’une opération que l’Iran qualifie d’acte de « piraterie » en haute mer.

« Je le rappelle aux Britanniques : c’est vous qui êtes à l’initiative de l’insécurité et vous en mesurerez les conséquences plus tard », a déclaré mercredi M. Rouhani lors d’un conseil des ministres.

Ce bâtiment de 330 mètres d’une capacité de deux millions de barils a été arraisonné le 4 juillet par la police et les douanes de Gibraltar, assistées d’un détachement de Royal Marines.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont nié jeudi avoir tenté d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz, selon un communiqué publié par leur agence de presse Sepah News.

« Il n’y a eu aucune confrontation avec des navires étrangers, y compris britanniques, au cours des dernières 24 heures », ont écrit les Gardiens.

Un porte-parole du gouvernement britannique à Londres a indiqué jeudi que des navires iraniens avaient tenté mercredi soir « d’empêcher le passage » d’un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz, expliquant que la Royal Navy avait dû intervenir en déployant une frégate pour venir en aide à ce pétrolier.

Dans leur communiqué, les Gardiens affirment que s’ils avaient reçu l’ordre d’arraisonner des navires étrangers ils l’auraient fait « immédiatement, de manière décisive et rapide ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...