L’Iran augmenterait son financement du Hamas contre du renseignement sur Israël
Rechercher

L’Iran augmenterait son financement du Hamas contre du renseignement sur Israël

Le groupe terroriste palestinien obtiendrait 30 millions de dollars par moi s'il informe la République islamique de l'emplacement des réserves de missiles israéliens

Le guide suprême iranien Ayatollah Ali Khamenei rencontre une délégation du Hamas, à Téhéran le 22 juillet 2019. (Crédit : Bureau du guide suprême iranien via AP)
Le guide suprême iranien Ayatollah Ali Khamenei rencontre une délégation du Hamas, à Téhéran le 22 juillet 2019. (Crédit : Bureau du guide suprême iranien via AP)

L’Iran a accepté d’augmenter considérablement ses paiements mensuels au groupe terroriste palestinien du Hamas en échange de renseignement sur les capacités balistiques israélienne, selon un reportage israélien diffusé lundi soir.

La République islamique finance depuis de longues années le Hamas, organisation terroriste qui contrôle la bande de Gaza et qui est déterminée à détruire Israël.

Lors d’un récent entretien à Téhéran entre neuf responsables du Hamas et le guide suprême iranien l’Ayatollah Ali Khamenei, Téhéran s’est montré disposé à réévaluer à la hausse son soutien financier au groupe terroriste, à hauteur de 30 millions de dollars par mois, un montant record, a affirmé la Douzième chaîne, citant une source arabe anonyme.

Cette augmentation représenterait une hausse considérable du soutien iranien au Hamas. Selon un article publié sur Ynet en août 2018, citant des sources palestiniennes, l’Iran versait, à l’époque, au Hamas 70 millions de dollars par an, soit moins de 6 millions de dollars par mois.

Saleh al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas, était présent à cet entretien, qui s’est déroulé il y a deux semaines.

En échange de ces fonds, Téhéran a demandé au Hamas de fournir des renseignements sur l’endroit où sont stockés les missiles israéliens, a indiqué le reportage. On ignore si l’augmentation est strictement conditionnée à ce renseignement.

Les membres du Hamas ont déclaré qu’ils transmettraient cette demande aux chefs du groupe à Gaza.

Le Hamas aurait également demandé à l’Iran d’agir comme médiateur entre le groupe terroriste et le régime de Bashar el-Assad en Syrie, après que leurs liens ont été rompus pendant la guerre civile syrienne.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon a réagi à ce reportage et souligné qu’en « dépit du manque de nourriture ou de médicaments, l’Iran/Hamas dispose, de toute évidence, d’assez d’argent pour le terrorisme ».

Durant sa visite à Téhéran, al-Arouri a déclaré que le Hamas et l’Iran « sont sur la même voie » dans leur lutte contre Israël, selon l’agence iranienne semi-officielle Fars.

« Nous sommes sur la même voie que la République islamique – la voie de la lutte contre l’entité sioniste et les arrogants », indiquait l’article de Fars.

Al-Arouri a visité l’Iran en compagnie de plusieurs cadres du Hamas, notamment Moussa Abu Marzouk, Maher Salah, Husam Badran, Osama Hamdan, Ezzat al-Rishq et Ismail Radwan.

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a déclaré à un groupe de journalistes turcs qu’il espérait que la délégations obtiendrait « des résultats importants ».

Al-Arouri, qui a été élu chef adjoint du Hamas en octobre 2017, s’est rendu en Iran à au moins cinq reprises au cours des deux dernières années et s’est souvent montré très élogieux au sujet de l’Iran.

« L’Iran est le seul pays à dire que l’entité [Israël] est cancéreuse et devrait être déracinée de la région », a-t-il dit à la chaîné pro-Hamas Al-Quds TV en février 2018. « C’est le seul pays prêt à fournir un véritable soutien public à la résistance palestinienne et à d’autres, pour confronter l’entité. »

La semaine dernière, Haaretz a rapporté que des responsables du renseignement israéliens estiment que le Hamas et l’Iran ont conclu un accord pour que le groupe terroriste ouvre un front de guerre contre Israël depuis la bande de Gaza, au sud d’Israël, en cas de conflit avec les alliés de l’Iran à la frontière nord d’Israël.

L’article citait des responsables de la sécurité qui affirmaient que l’establishment du renseignement estimaient que le Hamas et le Jihad islamique tenteraient de forcer Israël à déplacer ses forces et ses systèmes de défense aériennes vers le sud, au détriment de la lutte à mener au nord.

Il ajoutait que le renseignement israélien pense que l’Iran a renforcé sa présence et son implication dans l’enclave palestinienne afin de faire du Hamas sa branche opérationnelle contre Israël.

La République islamique finance également le groupe terroriste chiite  libanais du Hezbollah, qui est également déterminé à exterminer Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...