Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

L’Iran construirait un aéroport au Liban pour attaquer des Israéliens, dit Gallant

Le ministre de la Défense a noté que la structure, à 20 km d'Israël, sera utilisée "à des fins terroristes" ; pour le chef d'état-major, l'armée doit être prête pour un conflit

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'exprime à l'université Reichman de Herzliya, le 11 septembre 2023. (Crédit : :Ariel Hermoni/ Defense Ministry)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'exprime à l'université Reichman de Herzliya, le 11 septembre 2023. (Crédit : :Ariel Hermoni/ Defense Ministry)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a accusé l’Iran, lundi, d’établir un aéroport dans le sud du Liban, à 20 kilomètres de la frontière israélienne. Cet aéroport, a-t-il précisé, sera utilisé « à des fins terroristes » contre les Israéliens.

Prenant la parole lors d’une conférence annuelle à l’Institut de politique anti-terroriste à l’université Reichman, de Herzliya, Gallant a présenté des photos de l’aéroport qui est actuellement en cours de construction dans la région montagneuse de Qalaat Jabbour – une structure qui, selon lui, porte l’empreinte claire de l’Iran et de son groupe mandataire du Hezbollah.

« Sur les photos, vous pouvez voir le drapeau iranien qui flotte sur les pistes d’atterrissage, ces pistes qui, selon le régime des ayatollahs, serviront à porter atteinte aux citoyens d’Israël », a noté Gallant.

Une accusation qui pourrait potentiellement faire renaître les tensions qui avaient déjà été renforcées par les provocations du Hezbollah, ces derniers mois. Le groupe terroriste soutenu par l’Iran avait ainsi établi deux tentes sur un territoire revendiqué par Israël – l’une des deux avait finalement été enlevée – et des agents portant une tenue de camouflage avaient patrouillé sur la frontière en violation d’une résolution des Nations unies, entre autres.

« S’il y a un conflit, nous n’hésiterons pas à utiliser la force meurtrière de Tsahal. Le Hezbollah et le Liban en paieront le prix lourd et douloureux », a averti Gallant.

Une image présentée par le ministre de la Défense Yoav Gallant pendant un discours à une conférence de l’université Reichman à Herzliya, le 11 septembre 2023, montre une piste qui aurait été construite par l’Iran dans le sud du Liban. (Crédit : ministère de la Défense)

Il a aussi accusé l’Iran d’être à l’origine des opérations terroristes en Cisjordanie et d’avoir un contrôle de plus en plus important sur les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique.

« C’est l’Iran qui fournit l’argent, le savoir-faire et les orientations au terrorisme à Gaza », a-t-il affirmé.

Prenant la parole lors d’une commémoration du cinquantenaire de la guerre de Yom Kippour, Herzi Halevi, le chef d’état-major de l’armée israélienne, a fait écho à l’avertissement lancé par Gallant.

« Nos ennemis pourraient être tentés de voir un avantage dans la menace multi-front qu’ils font planer sur nous. Il serait préférable pour eux de savoir que quand Israël est menacé, le pays sait comment mobiliser toutes ses ressources, que le pays sait mettre de côté ses différences – et attaquer », a-t-il dit, en référence aux fractures sociétales récentes qui sont apparues dans le cadre du projet de refonte du système judiciaire du gouvernement.

Selon Reuters, qui a cité une source non-israélienne, l’aéroport dont a parlé Gallant peut être utilisé pour de gros drones, notamment des drones armés qui ont été développés par la république islamique. Ils peuvent mener des opérations sur le territoire libanais et au-delà de la frontière, a précisé la source, qui a encore déclaré que le Hezbollah avait alloué des ressources considérables à la technologie des drones.

Une image présentée par le ministre de la Défense Yoav Gallant pendant un discours à une conférence de l’université Reichman à Herzliya, le 11 septembre 2023, montre une piste qui aurait été construite par l’Iran dans le sud du Liban. (Crédit : ministère de la Défense)

Gallant a noté que Téhéran continuait à tenter d’établir des milices à la frontières nord d’Israël en plus d’armer le groupe terroriste du Hezbollah au Liban.

« L’État d’Israël, à travers l’establishment de la Défense, ne permettra pas l’ancrage d’un autre Hezbollah sur le plateau syrien du Golan et l’utilisation du sol syrien comme tremplin pour le transfert d’armes avancées au Hezbollah », a dit Gallant.

Israël a reconnu avoir mené des centaines de frappes contre des groupes soutenus par l’Iran qui cherchaient à s’implanter en Syrie, au cours de la dernière décennie. L’État juif a aussi attaqué des livraisons d’armes à destination de ces groupes et du Hezbollah en premier lieu.

Gallant a aussi précisé que l’Iran œuvrait à déstabiliser la frontière entre l’Iran et la Jordanie avec ses milices pour potentiellement ouvrir un autre front contre Israël sur sa frontière orientale avec la Jordanie.

Le chef d’état-major Herzi Halevi s’exprime lors d’une cérémonie marquant le 50e anniversaire de la guerre de Yom Kippour sur la base militaire de Glilot, le 11 septembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Prenant la parole à la base militaire de Glilot, aux abords d’Herzliya, Halevi a mis en garde contre une éventuelle sous-estimation par Israël de ses ennemis – comme cela avait semblé être le cas il y a cinq décennies.

« Nous devons être plus prêts que jamais à un conflit militaire extensif et sur de multiples fronts, un conflit qui comprendra des manœuvres à contact rapproché, avec de fortes frictions avec les ennemis, un conflit qui impliquera des victimes et des morts et où le front intérieur sera, lui aussi, un front », a dit Halevi.

Gallant exhorte à trouver « un large accord » dans les changements judiciaires

Dans ses propos, Gallant a aussi évoqué le plan controversé de refonte du système israélien de la justice, affirmant que « des changements majeurs devront avoir lieu sur la base d’un large accord », à la veille d’une audience prévue à la Haute-cour de justice qui se penchera sur les requêtes qui ont été déposées contre la toute première loi adoptée dans le cadre de ce projet qui bouleverserait le système judiciaire du pays.

« La persistance des luttes intérieures entre des courants belliqueux, au sein de l’État d’Israël, s’est infiltrée au sein de l’armée et dans les autres organisations chargées de la sécurité, avec un prix que l’armée et l’establishment de la Défense ne peuvent pas se permettre de payer », a continué le ministre.

« Savoir qui a commencé, qui a raison ou tort ne m’intéresse pas. Je le répète, la lutte intérieure met en péril la résilience nationale, l’armée et notre capacité à assurer la sécurité de l’État d’Israël et à protéger les citoyens », a-t-il continué.

Halevi a aussi paru se référer aux tensions nationales provoquées par le plan de refonte du système de la justice israélien qui, selon les responsables de Tsahal, portent atteinte à l’état de préparation des militaires alors que les changements envisagés par le ministre de la Justice ont entraîné la colère des soldats de réserve qui ont cessé de se présenter au service ou menacé de le faire.

« On ne peut pas s’empêcher de se le demander : une telle cohésion n’existe-t-elle que lorsque la menace est forte ? », s’est interrogé Halevi.

« L’État d’Israël a une armée qui le protège face à ses ennemis. C’est notre responsabilité à tous de protéger l’armée parce qu’elle est à la base de votre vie ici en toute sécurité, et que la sécurité est plus importante que tout le reste, » a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.