Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Tsahal a trouvé un dépôt d’armes près d’une école transformée en abri à Khan Younès

Un avion de combat abat une "cible aérienne suspecte" en provenance de Syrie ; L'armée enquête sur la mort d'un Palestinien de 10 ans lors d'affrontements en Cisjordanie ; Les Houthis frappent un porte-conteneurs appartenant à la Suisse dans le golfe d'Aden

  • Des ouvriers coulent du béton dans un tunnel du Hamas dans le nord de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 5 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Des ouvriers coulent du béton dans un tunnel du Hamas dans le nord de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 5 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Un soldat israélien dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 5 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Un soldat israélien dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 5 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Un avion de chasse de l'armée de l'air israélienne tirant des fusées éclairantes alors qu'il survole la zone frontalière avec le sud du Liban, sur une photo prise depuis une position dans le nord d'Israël, le 4 mars 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
    Un avion de chasse de l'armée de l'air israélienne tirant des fusées éclairantes alors qu'il survole la zone frontalière avec le sud du Liban, sur une photo prise depuis une position dans le nord d'Israël, le 4 mars 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
  • Les troupes israéliennes reçoivent des ordres d'un officier, le 29 février 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Les troupes israéliennes reçoivent des ordres d'un officier, le 29 février 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Des troupes de la 98e division opèrent à Khan Younès, dans une image handout publiée le 4 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes de la 98e division opèrent à Khan Younès, dans une image handout publiée le 4 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’Asean et l’Australie appellent à un cessez-le-feu « immédiat et durable » à Gaza

Les dirigeants des pays d’Asie du sud-est (Asean) et d’Australie ont appelé mercredi à un cessez-le-feu « immédiat et durable » à Gaza, qualifiant la situation humanitaire dans le territoire palestinien de « désastreuse ».

« Nous demandons instamment un cessez-le-feu humanitaire immédiat et durable », ont déclaré dans un communiqué commun les dirigeants d’une dizaine de pays -dont l’Indonésie et la Malaisie, tous deux à majorité musulmane – réunis depuis lundi à Melbourne, après des jours de tensions diplomatiques autour de ce texte.

Tsahal : 30 roquettes tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona – au moins 10 interceptées par le Dôme de fer

Selon l’armée israélienne, une trentaine de roquettes ont été tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona il y a quelques minutes.

Une dizaine de projectiles au moins auraient été interceptés par le système de défense aérienne du Dôme de fer.

Aucun dégât ni blessé n’est à déplorer. Les sirènes d’alarme ont retenti.

Le Liban rapporte la mort de quatre civils après une frappe aérienne israélienne à Houla

Quatre civils auraient été tués dans des frappes aériennes israéliennes dans le village de Houla, au sud du Liban, plus tôt dans la journée, a déclaré une source de sécurité libanaise à Al-Araby Al-Jadeed, média qatari basé au Royaume-Uni.

Selon cette information non vérifiée, les quatre personnes étaient toutes membres de la même famille, parmi lesquelles se trouvaient un homme, sa femme et leur fils de 25 ans. Leurs identités n’ont pas encore été rendues publiques.

L’armée israélienne avait peu avant déclaré avoir mené des frappes aériennes sur des bâtiments utilisés par le groupe terroriste du Hezbollah à Houla plus tôt dans la soirée.

Parmi les cibles figurait un complexe du Hezbollah à Ayta ash-Shab qui, selon Tsahal, a été utilisé pour tirer deux missiles antichar sur la base de Biranit plus tôt dans la journée. Aucun blessé n’aurait été causé lors de l’attaque, a affirmé l’armée israélienne.

L’armée israélienne a affirmé avoir également frappé un centre de commandement du Hezbollah à Jabal al-Batam, des positions de lancement de roquettes à Matmoura et des bâtiments utilisés par le groupe terroriste à Majdal Zoun, Houla et Kafra.

Alertes aux roquettes à Kiryat Shmona et dans les communautés proches

Dégâts occasionnés à une maison à Kiryat Shmona, dans le nord du pays, par une roquette lancée par le Hezbollah au Liban, le 4 mars 2024. (Crédit : Municipalité de Kiryat Shmona)
Dégâts occasionnés à une maison à Kiryat Shmona, dans le nord du pays, par une roquette lancée par le Hezbollah au Liban, le 4 mars 2024. (Crédit : Municipalité de Kiryat Shmona)

Les sirènes d’alerte aux tirs de roquettes se sont fait entendre à Kiryat Shmona, dans le nord du pays, et dans plusieurs communautés voisines, suite à des tirs de roquettes depuis le Liban.

Des images circulant sur les réseaux sociaux donnent à voir de nombreuses interceptions opérées par le système de défense aérienne du Dôme de fer.

Dans l’immédiat, aucun blessé ni dégât n’est à déplorer.

Aucun changement dans le nombre de personnes autorisées à prier sur le Mont du Temple au début du Ramadan, dit Netanyahu

Des milliers de fidèles musulmans assistant aux prières du vendredi du ramadan, dans l'enceinte de la mosquée Al Aqsa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 avril 2023. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)
Des milliers de fidèles musulmans assistant aux prières du vendredi du ramadan, dans l'enceinte de la mosquée Al Aqsa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 avril 2023. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Israël ne modifiera pas le nombre de fidèles autorisés à prier sur le Mont du Temple lors de la première semaine du Ramadan, a annoncé le Cabinet du Premier ministre à l’issue d’une réunion dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Chaque semaine, la situation sera examinée en matière de sécurité et de sûreté, et une décision sera prise en conséquence », a indiqué le Cabinet du premier ministre.

« Le Ramadan est sacré pour les musulmans, et le caractère sacré de la fête sera préservé cette année, comme chaque année », a promis le Cabinet de Netanyahu.

Selon un haut responsable du Hamas, aucun otage ne sera libéré sans cessez-le-feu

Un haut responsable du Hamas, Osama Hamdan, prend la parole lors d'un rassemblement organisé par le groupe terroriste libanais du Hezbollah pour exprimer sa solidarité envers le peuple palestinien, depuis la banlieue sud de Beyrouth, le 17 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Hassan Ammar)
Un haut responsable du Hamas, Osama Hamdan, prend la parole lors d'un rassemblement organisé par le groupe terroriste libanais du Hezbollah pour exprimer sa solidarité envers le peuple palestinien, depuis la banlieue sud de Beyrouth, le 17 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Hassan Ammar)

La libération des otages de Gaza ne pourra avoir lieu qu’après la mise en place d’un cessez-le-feu, a déclaré un haut responsable du Hamas, Oussama Hamdan, à l’issue de la troisième journée de négociations avec les médiateurs égyptiens et qataris, au Caire.

« Nous disons à Washington qu’il est plus important d’arrêter de fournir des armes à Israël que d’envoyer de l’aide [à Gaza] », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse à Beyrouth.

Les pourparlers du Caire sont présentés comme le dernier obstacle avant le premier cessez-le-feu prolongé de la guerre – une trêve de 40 jours au cours de laquelle les otages seraient libérés et l’aide, acheminée à Gaza pour éviter la famine avant le Ramadan, qui commencera en début de semaine prochaine.

Cependant, mardi, les pourparlers semblaient s’enliser, des sources égyptiennes évoquant pour Sky News Arabia des « difficultés ».

Biden : L’accord sur les otages entre les mains du Hamas ; Nous serons fixés dans quelques jours

Le président américain Joe Biden s'adresse aux journalistes avant de monter à bord d'Air Force One, le mardi 5 mars 2024, à Hagerstown, dans le Maryland. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)
Le président américain Joe Biden s'adresse aux journalistes avant de monter à bord d'Air Force One, le mardi 5 mars 2024, à Hagerstown, dans le Maryland. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Le président américain Joe Biden a déclaré ce mardi que « nous saurons dans quelques jours » si le Hamas accepte la proposition d’accord sur les otages actuellement sur la table.

« L’accord sur les otages est pour l’heure entre les mains du Hamas… Il y a eu une offre rationnelle. Les Israéliens l’ont acceptée… Nous saurons dans quelques jours si cela a marché », a déclaré Biden aux journalistes avant de monter à bord d’Air Force One depuis le Maryland.

« Il doit y avoir un cessez-le-feu : [si] nous nous retrouvons avec une poursuite [des combats] pendant le Ramadan… Israël et Jérusalem… cela pourrait être très, très dangereux », a ajouté Biden.

Interrogé sur d’éventuelles pressions sur Israël pour qu’il laisse passer davantage de cargaisons d’aide pour Gaza, Biden a répondu : « Je travaille très dur avec eux… Il faut acheminer davantage d’aide à Gaza. Il n’y a aucun moyen de faire autrement. Aucun. »

Questionné sur sa relation avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dernièrement, Biden a souri et répondu : « Elle est telle qu’elle a toujours été. »

Des dizaines de personnes manifestent devant l’ambassade des États-Unis à Tel Aviv en soutien à l’accord sur les otages

Des personnes manifestent devant l'ambassade des États-Unis à Tel Aviv en faveur d'un accord de libération des otages de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : Lior Segev/Mouvement de protestation israélien en faveur de la démocratie)
Des personnes manifestent devant l'ambassade des États-Unis à Tel Aviv en faveur d'un accord de libération des otages de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : Lior Segev/Mouvement de protestation israélien en faveur de la démocratie)

Pour la seconde fois en l’espace de quelques jours, des proches d’otages ont été rejoints par des dizaines de soutiens pour une manifestation devant l’ambassade des États-Unis, à Tel Aviv, en faveur de la conclusion d’un accord avec le Hamas pour libérer les otages de Gaza.

La foule massée devant l’ambassade a demandé au président américain Joe Biden de faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il accepte un accord en faveur de la libération des otages.

Plus tôt dans la journée, une manifestation similaire a eu lieu devant le consulat américain à Jérusalem.

Netanyahu promet de « tout faire pour garantir la liberté de culte des musulmans » sur le mont du Temple

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse télévisée en soirée, le 29 février 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Israël va faire son possible pour garantir la liberté de culte des musulmans dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, sur le mont du Temple, pendant le Ramadan, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu au début d’une réunion sur les préparatifs du mois sacré, qui débutera le 10 ou le 11 mars.

« La politique d’Israël a toujours été et sera toujours de garantir la liberté de culte pour toutes les religions », a-t-il affirmé. « Nous avons toujours agi ainsi pendant le Ramadan et nous allons continuer de la sorte. »

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir la liberté de culte sur le Mont du Temple, tout en assurant – de la manière la plus appropriée possible – les besoins de sécurité et de sûreté, et nous permettrons aux musulmans de célébrer cette fête. »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires étrangères Israel Katz, le ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir et le ministre de la Guerre Gadi Eisenkot ont pris part à cette réunion.

Le chef d’État-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, était également présent lors de cette réunion, tout comme les chefs du Conseil de sécurité nationale, du Shin Bet, des forces de police israéliennes et d’autres hauts responsables de la sécurité.

Vidéo – Un avion de chasse F-15 abat un drone entré dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie

Illustration : Un drone du Hezbollah est vu près d'Akko dans le nord d'Israël, le 20 février 2024. (Capture d'écran : X)
Illustration : Un drone du Hezbollah est vu près d'Akko dans le nord d'Israël, le 20 février 2024. (Capture d'écran : X)

L’armée israélienne a publié les images d’un de ses avions de chasse F-15 en train d’abattre un drone entré dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie, tôt ce matin.

Selon Tsahal, le drone a été repéré par les contrôleurs aériens, qui ont dépêché un avion de chasse pour l’abattre.

L’attaque n’a fait ni dégât ni blessés, mais a déclenché des alertes dans le nord d’Israël.

Washington demande au Hamas d’accepter un « cessez-le-feu immédiat » avec Israël

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a appelé mardi le Hamas à accepter un « cessez-le-feu immédiat » avec Israël au moment où des négociations sont en cours au Caire entre le groupe terroriste islamiste et des médiateurs internationaux, dont le Qatar.

« Nous avons l’occasion (de parvenir à) un cessez-le-feu immédiat qui pourrait ramener des otages chez eux, permettre une hausse considérable de l’aide humanitaire pour des Palestiniens qui en ont si désespérément besoin et qui pourrait ensuite également créer les conditions d’une résolution durable » du conflit, a déclaré le chef de la diplomatique américaine alors qu’il rencontrait le Premier ministre qatari à Washington.

« C’est au Hamas de décider s’il est prêt à s’engager dans ce cessez-le-feu », ajoute-t-il.

 

Le Hamas « rejette » le rapport de l’ONU sur les violences sexuelles commises le 7 octobre

Le Hamas « rejette » et « déplore » le rapport publié par l’ONU sur les violences sexuelles commises lors de l’attaque du 7 octobre en Israël, a indiqué le groupe terroriste islamiste palestinien dans un communiqué mardi.

Les « allégations » concernant des viols et violences sexuelles commises par les membres du Hamas lors de cette attaque sont « fausses » et « infondées » et le rapport de l’Onu « ne cite aucun témoignage de victimes », a affirmé le Hamas.

« En dépit des fausses accusations de Mme Patten, son rapport ne fournit aucun témoignage de ce qu’elle présente comme des victimes » de viols et de violences sexuelles, ajoute le Hamas, qui a toujours nié avoir commis de tels actes.

« Elle s’est appuyée sur des institutions, des soldats et des témoins israéliens, choisis par les autorités d’occupation pour tenter de prouver cette fausse accusation, qui a été réfutée par toutes les enquêtes », affirme le groupe terroriste.

Le rapport de 24 pages s’est basé sur plus de deux semaines de rencontres sur le terrain. Il établit qu’il est « raisonnable » de penser que les hommes du Hamas se sont livrés à des viols et à des violences sexuelles pendant leur périple meurtrier, le 7 octobre.

Le rapport évoque « des viols et des viols en réunion, dans au moins trois lieux » situés « à la périphérie de Gaza », le 7 octobre, notamment le site du festival Nova.

Il précise que des éléments de preuve encore plus sûrs indiquent que les otages kidnappés par les terroristes, ce jour-là, ont subi des violences sexuelles pendant leur captivité.

Pramila Patten, envoyée spéciale chargée des violences sexuelles pratiquées en période de guerre, a dit être restée en Israël et en Cisjordanie pendant plus de deux semaines, au cours desquelles elle a rencontré des représentants de 33 institutions israéliennes en plus de 34 personnes – notamment des survivants du massacre, des témoins, des otages qui ont été libérés, des membres des services de secours et autres. Elle a fait remarquer qu’elle ne s’était pas entretenue avec des survivantes de violences sexuelles dans la mesure où ces dernières, qui ne sont pas nombreuses, sont actuellement soumises à un « traitement post-traumatique spécialisé » et qu’elles ne sont pas, pour le moment, en capacité de parler de ce qu’elles ont vécu.

Tsahal a trouvé un dépôt d’armes près d’une école transformée en abri à Khan Younès

Un dépôt d'armes situé près d'une école dans le sud de Gaza à Khan Younès, dans une image publiée le 4 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
Un dépôt d'armes situé près d'une école dans le sud de Gaza à Khan Younès, dans une image publiée le 4 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)

Les troupes de l’unité d’élite de contre-terrorisme LOTAR ont localisé un dépôt d’armes près d’une école utilisée comme abri pour les civils dans le sud de Gaza à Khan Younès, dit Tsahal.

Les forces israéliennes indiquent qu’elles disposaient de « renseignements » sur le site, où étaient entreposés des dizaines d’armes à feu, de munitions, de roquettes, de mortiers, de grenades et d’autres équipements militaires.

À proximité, les troupes ont trouvé un autre dépôt d’armes qui, selon Tsahal, contenait des dizaines de roquettes supplémentaires et d’autres équipements militaires.

Des images diffusées par Tsahal montrent des drapeaux du Jihad islamique palestinien dans les deux dépôts d’armes.

Tsahal indique que les troupes LOTAR ont également effectué des raids sur des appartements cachés du Hamas et sur d’autres sites à Khan Younès récemment.

Sous les tirs de roquettes, Gallant dit qu’Israël se rapproche d’une option militaire contre le Hezbollah

L'émissaire américain Amos Hochstein, à gauche, faisant un geste lors de sa rencontre avec le Premier ministre par intérim libanais Najib Mikati, à Beyrouth, au Liban, le 11 janvier 2024. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
L'émissaire américain Amos Hochstein, à gauche, faisant un geste lors de sa rencontre avec le Premier ministre par intérim libanais Najib Mikati, à Beyrouth, au Liban, le 11 janvier 2024. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré à l’envoyé spécial des États-Unis dans la région, Amos Hochstein, que les attaques persistantes du Hezbollah contre Israël rapprochaient le pays d’une décision concernant une action militaire au Liban.

« Nous sommes engagés dans un processus diplomatique. Cependant, les agressions du Hezbollah nous rapprochent d’un point critique dans la prise de décision concernant nos activités militaires au Liban », a déclaré Gallant, selon des extraits fournis par son cabinet.

Toujours selon son cabinet, au cours de la réunion, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, Gallant a indiqué à Hochstein que le Hezbollah « entraînait les parties prenantes vers une escalade dangereuse ».

Selon un compte-rendu de la rencontre, Gallant et Hochstein ont évoqué les tirs quotidiens de roquettes, missiles et drones du Hezbollah et les tentatives de parvenir à un accord sur le retrait du groupe terroriste de la frontière et la fin des hostilités, afin de permettre aux résidents déplacés du nord d’Israël de rentrer chez eux.

Témoins de la menace omniprésente, des sirènes d’alerte aux roquettes se sont fait entendre dans plusieurs villes près de la frontière quelques instants après la publication de la déclaration par les services de Gallant, un projectile ayant percuté Kiryat Shmona.

Des avions américains larguent davantage d’aide à Gaza

Des avions-cargos américains ont largué plus de 36 000 repas à Gaza mardi lors d’une opération conjointe avec la Jordanie, a affirmé une source militaire de l’armée américaine, alors que les efforts internationaux visant à enrayer une crise humanitaire s’accentuent.

« Le Commandement central des États-Unis et la Force aérienne royale jordanienne ont procédé à un largage combiné d’aide humanitaire dans le nord de Gaza le 5 mars 2024 à 14h30 (heure de Gaza) afin de fournir une aide essentielle aux civils touchés par le conflit en cours », a déclaré le commandement militaire dans un communiqué.

Les sirènes retentissent à Manara, dans le nord

Les sirènes d’alerte aux tirs de roquettes retentissent à Manara, près de la frontière libanaise.

Il semble qu’il s’agisse de la cinquième attaque en Galilée au cours des trois dernières heures.

Israël tente d’envoyer de l’aide directement dans le nord de Gaza via un second point de passage

Cette vue d'ensemble, prise depuis le côté israélien de la frontière, montre des colis d'aide en train d'être largués sur le nord de la bande de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : Nicolas Garcia / AFP)
Cette vue d'ensemble, prise depuis le côté israélien de la frontière, montre des colis d'aide en train d'être largués sur le nord de la bande de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : Nicolas Garcia / AFP)

Israël a commencé à tester l’acheminement d’aide humanitaire à travers la frontière entre Israël et le nord de Gaza, a déclaré au Times of Israel un membre des autorités israéliennes.

Faire entrer les camions en toute sécurité dans le nord de la bande de Gaza est une priorité pour Israël, a-t-il expliqué, et bien que le nombre de camions entrant dans la bande de Gaza depuis le sud ait atteint de nouveaux records cette semaine, la quasi-totalité ont été contrôlés avant d’arriver dans le nord.

Jusqu’à présent, la totalité de l’aide était contrôlée au niveau de Kerem Shalom, à l’extrémité sud de Gaza, puis envoyée par le point de passage de Rafah, sous contrôle égyptien.

Une roquette frappe Kiryat Shmona, causant des dégâts – police

Une roquette lancée depuis le Liban a frappé la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, causant des dégâts matériels, selon la police.

L’attaque n’a pas fait de blessés.

Des sirènes ont retenti dans la ville et les localités voisines, qui sont en grande partie évacuées en raison des attaques quotidiennes du groupe terroriste libanais Hezbollah.

3e jour de pourparlers au Caire : Israël dit ne pas avoir reçu de contre-offre du Hamas

Les négociateurs du Hamas resteront au Caire pour une journée supplémentaire à la demande des médiateurs et maintiendront les pourparlers sur une trêve après deux jours sans percée, a déclaré un responsable du groupe terroriste palestinien.

Dans le même temps, Israël nie avoir reçu une contre-offre du Hamas ou chercher à torpiller les pourparlers.

« La délégation restera au Caire mardi pour de nouvelles discussions et devrait conclure ce cycle plus tard dans la journée », a indiqué un responsable du Hamas à l’agence Reuters.

La télévision égyptienne Qahera rapporte également que les pourparlers ont été prolongés pour un troisième jour, mais dit qu’ils sont « confrontés à des difficultés ».

Auparavant, un haut responsable du Hamas, Bassem Naïm, avait déclaré à Reuters que le groupe terroriste avait présenté sa proposition d’accord de cessez-le-feu aux médiateurs et qu’il attendait maintenant une réponse des Israéliens, qui sont restés à l’écart de ce cycle de négociations.

Interrogé sur l’affirmation de Naïm selon laquelle Israël retarderait l’accord, un haut fonctionnaire israélien a répondu par la négative.

« Israël fait tout son possible pour parvenir à un accord. Nous attendons une réponse du Hamas », a affirmé ce responsable.

Les sirènes retentissent à Kiryat Shmona et dans les villes environnantes

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans plusieurs villes de la Haute Galilée, y compris Kiryat Shmona et Metula.

Les négociations du Caire se terminent, le Hamas dit attendre la réponse d’Israël

Les négociations sur le cessez-le-feu entre le Hamas et les médiateurs se sont terminées mardi au Caire sans percée significative, selon un haut responsable du Hamas.

Bassem Naim déclare à Reuters que le groupe a présenté sa proposition d’accord de cessez-le-feu aux médiateurs au cours de deux jours de négociations, et qu’il attend maintenant une réponse des Israéliens, qui se sont tenus à l’écart de ces pourparlers.

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne veut pas parvenir à un accord et la balle est maintenant dans le camp des Américains » pour le pousser à conclure un accord, explique Naim.

Israël a refusé de commenter publiquement les pourparlers du Caire.

Une source égyptienne a déclaré à Sky News Arabia que les discussions étaient en cours, tout en reconnaissant qu’il y avait des « difficultés ».

Des sources de sécurité égyptiennes ont déclaré lundi qu’elles étaient toujours en contact avec les Israéliens pour permettre la poursuite des négociations sans la présence d’une délégation israélienne.

Une source a déclaré cette semaine au Times of Israel qu’Israël restait à l’écart des négociations parce que le Hamas avait rejeté sa demande de fournir une liste de tous les otages encore en vie.

Selon Naim, cela était impossible sans un cessez-le-feu préalable, car les otages étaient dispersés dans la zone de guerre et détenus par des groupes distincts.

Les pourparlers du Caire avaient été présentés comme le dernier obstacle à la conclusion du premier cessez-le-feu prolongé de la guerre – une trêve de 40 jours au cours de laquelle les otages seraient libérés et l’aide serait acheminée à Gaza pour éviter la famine, avant le Ramadan, qui doit commencer au début de la semaine prochaine.

La Belgique envoie un avion pour larguer de l’aide à Gaza

La Belgique a envoyé un avion militaire chargé d’aide humanitaire destinée à être larguée au-dessus de Gaza, dans le cadre d’une opération internationale impliquant les Etats-Unis, la France et la Jordanie, ont indiqué lundi des responsables belges.

L’aide humanitaire sera d’abord acheminée vers la Jordanie où des responsables jordaniens l’inspecteront avant qu’elle ne soit larguée au-dessus du territoire palestinien, au plus tôt mercredi, a indiqué à l’AFP le colonel Bruno Beeckmans, commandant de la base aérienne belge à Melsbroek, près de Bruxelles, où a décollé l’avion.

« Nous ne décidons pas quand nous pourrons y aller (à Gaza), on nous dira quand, et nous respecterons ça », a-t-il déclaré.

L’avion cargo militaire belge, un Airbus A400M, effectuera une autre rotation entre Bruxelles et la Jordanie pour acheminer davantage d’aide avant l’opération de largage à Gaza, selon les autorités belges.

Le Hezbollah revendique une attaque contre des troupes ; Tsahal confirme un tir de roquette

Le groupe terroriste Hezbollah assume la responsabilité d’une attaque à la frontière, affirmant qu’elle a visé des soldats sur un site près de Zar’it.

Tsahal confirme qu’une roquette a été tirée lors de l’attaque.

Le Hezbollah affirme que sa frappe a touché une cible, provoquant un incendie et un nuage de fumée noire visible près de la frontière.

Fumée noire à la frontière nord après l’alerte à la roquette

Fumée à la frontière israélo-libanaise le 5 mars 2024. (capture d'écran : vidéo Reuters)
Fumée à la frontière israélo-libanaise le 5 mars 2024. (capture d'écran : vidéo Reuters)

Un nuage de fumée noire se dégage à la frontière israélo-libanaise après que les sirènes de roquettes ont retenti dans la région de Zarit.

Les autorités israéliennes ne se sont pas prononcées dans l’immédiat sur la cause de la fumée.

Les médias libanais liés au Hezbollah affirment qu’il s’agit d’un site militaire touché par une roquette.

Les sirènes retentissent à la frontière nord

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent dans les villes proches de la frontière libanaise dans le centre et l’ouest de la Galilée.

Les sirènes sont entendues à Shomra, Arab al-Aramshe et Zarit.

Tsahal annonce la destruction d’un énorme tunnel au nord de Gaza

Des ouvriers coulent du béton dans un tunnel du Hamas dans le nord de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 5 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
Des ouvriers coulent du béton dans un tunnel du Hamas dans le nord de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 5 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce qu’elle a achevé de détruire et de sceller le plus grand tunnel jamais construit par le Hamas, que l’armée avait initialement révélé en décembre.

Au cours des dernières semaines, l’armée israélienne s’est efforcée d’achever son enquête sur le tunnel et de le détruire.

Des parties du tunnel ont été dynamitées par des ingénieurs de combat, tandis que l’armée et le ministère de la défense ont injecté du béton dans les passages souterrains restants.

Le tunnel, dont environ quatre kilomètres ont été découverts par les forces israéliennes, descend à à une cinquantaine de mètres sous terre à certains endroits et semble avoir été suffisamment large pour permettre le passage de véhicules. Il ne pénètre pas en territoire israélien, mais les responsables l’ont décrit comme étant conçu pour être utilisé dans le cadre d’attaques offensives plutôt que comme position défensive ou pour le transport de fonctionnaires.

 

L’une des entrées du tunnel a été découvert à 400 mètres seulement du point de passage d’Erez, qui, jusqu’à l’assaut du Hamas le 7 octobre, facilitait la circulation des civils palestiniens vers Israël pour le travail et les soins médicaux.

« Sa largeur indique qu’il était destiné à être utilisé pour des raids à bord de véhicules contre des civils dans les communautés frontalières de Gaza », a déclaré le commandant de la brigade nord de la division de Gaza, le colonel Haim Cohen, dans une déclaration vidéo en décembre.

Tsahal a déclaré que le projet de tunnel était dirigé par Muhammad Sinwar, commandant de la brigade sud du Hamas et frère du chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar.

Dans l’annonce de décembre, elle a diffusé des images obtenues dans la bande de Gaza, montrant Muhammad Sinwar dans une voiture traversant le tunnel.

Tsahal affirme que des terroristes tentent d’évacuer avec des civils capturés à Khan Younis

Un soldat israélien dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 5 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Un soldat israélien dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 5 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que sa 98e division continue d’opérer dans le complexe résidentiel de Hamad Town dans le sud de Gaza à Khan Younès, où les troupes ont capturé des dizaines de terroristes au cours de la journée écoulée.

La brigade commando de la division a effectué des raids sur les sites du Hamas dans le quartier, où les troupes ont saisi une grande quantité d’armes, selon Tsahal.

L’armée affirme que les troupes ont facilité l’évacuation des civils de la zone au cours de la journée écoulée, et que les soldats ont arrêté des dizaines d’agents du Hamas et du Jihad islamique palestinien qui tentaient de s’enfuir avec les civils.

Pendant ce temps, dans le centre de Gaza, Tsahal déclare que la Brigade Nahal a tué une vingtaine d’hommes armés au cours de la journée écoulée, notamment par des tirs de snipers, des bombardements de chars et des frappes aériennes.

Dans le nord de Gaza, à Beit Hanoun, Tsahal déclare que la Division de Gaza a repéré une cellule du Hamas pilotant un drone alors que les troupes opéraient dans la zone. Un avion de chasse a alors frappé la cellule, selon l’armée.

A travers la bande de Gaza, l’armée de l’air a mené des frappes contre plus de 50 cibles du Hamas au cours de la journée écoulée, indique l’armée. Les cibles comprenaient des positions de lancement de roquettes, des dépôts d’armes, des puits de tunnels et d’autres infrastructures, ajoute l’armée de l’air.

Tsahal enquête sur la mort d’un garçon palestinien de 10 ans lors d’affrontements en Cisjordanie

L’armée israélienne dit enquêter sur la mort d’un garçon palestinien lors d’affrontements dans un village de Cisjordanie.

Plus tôt dans la journée, les médias palestiniens et le groupe de défense des droits Yesh Din ont rapporté qu’un garçon de 10 ans, Amr Mohamed Najjar, avait été abattu par les troupes israéliennes à Burin, près de Naplouse.

En réponse à une question, Tsahal déclare que les troupes opéraient à Burin lorsque plusieurs suspects ont commencé à leur lancer des pierres.

L’armée affirme que les soldats ont riposté et que, peu de temps après, elle a reçu des informations selon lesquelles un mineur palestinien avait été touché.

« Les circonstances de l’incident font l’objet d’une enquête », indique Tsahal.

Un missile houthi touche un navire suisse, causant des dommages – CENTCOM

Le commandement central des États-Unis indique qu’un missile balistique antinavire tiré par les rebelles houthis du Yémen a touché le navire porte-conteneurs M/V MSC SKY II dans le golfe d’Aden, causant des « dommages ».

« Les premiers rapports indiquent qu’il n’y a pas de blessés ; le navire n’a pas demandé d’assistance et a poursuivi sa route », ajoute le CENTCOM dans un communiqué publié mardi.

Un second missile tiré par les Houthis a manqué le navire battant pavillon libérien, appartenant au géant suisse du transport maritime MSC, selon le Centcom.

Le porte-conteneurs partait de Singapour, selon les données de suivi maritime, qui indiquent que sa dernière position se situe à environ 120 kilomètres du port d’Aden, au Yémen.

L’attaque, qui s’est produite vers 4 heures du matin, heure de Sanaa, est intervenue environ deux heures après le tir d’un autre missile dans le sud de la mer Rouge, selon l’armée.

Il ajoute que la marine américaine a mené « des frappes d’autodéfense contre deux missiles de croisière antinavires qui représentaient une menace imminente pour les navires marchands et les navires de la marine américaine dans la région ».

En janvier, MSC a déclaré qu’elle ne transiterait pas par la mer Rouge en raison des risques encourus par ses navires.

Un avion de chasse a abattu une « cible aérienne suspecte » qui avait pénétré en Israël depuis la Syrie

Un avion de chasse de l’armée de l’air israélienne a abattu une « cible aérienne suspecte », qui serait un drone, qui avait pénétré dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie il y a peu de temps, a déclaré Tsahal.

Aucun autre détail n’a été donné.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.