Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Un commandant du Hamas éliminé lors d’une frappe à Rafah, selon l’armée

Un diplomate arabe fait état de progrès dans les négociations sur les otages ; Le chef de l'UE accuse Israël d'utiliser "la famine comme arme de guerre" à Gaza ; Les Houthis tirent un missile sur un destroyer américain en mer Rouge

  • Des soldats de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza sur cette photo publiée le 13 mars 2024 (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza sur cette photo publiée le 13 mars 2024 (Crédit : Armée israélienne)
  • Un homme collant des photos des Israéliens toujours retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des otages", à Tel Aviv, le 4 mars 2024. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
    Un homme collant des photos des Israéliens toujours retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sur la "Place des otages", à Tel Aviv, le 4 mars 2024. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
  • Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 12 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 12 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le personnel militaire se préparant à charger de l'aide humanitaire dans des avions C-130 de l'armée de l'air américaine dans un lieu non divulgué, dans le cadre d'une opération conjointe des États-Unis et de la Jordanie, le 5 mars 2024. (Crédit : US Central Command/AFP)
    Le personnel militaire se préparant à charger de l'aide humanitaire dans des avions C-130 de l'armée de l'air américaine dans un lieu non divulgué, dans le cadre d'une opération conjointe des États-Unis et de la Jordanie, le 5 mars 2024. (Crédit : US Central Command/AFP)
  • Des volutes de fumée s'élèvent après une frappe aérienne israélienne à la périphérie du village d'el-Habbariyeh dans le district de Hasbaya, au sud du Liban, à la frontière avec Israël, le 10 mars 2024. (Crédit : Rabih DAHER / AFP)
    Des volutes de fumée s'élèvent après une frappe aérienne israélienne à la périphérie du village d'el-Habbariyeh dans le district de Hasbaya, au sud du Liban, à la frontière avec Israël, le 10 mars 2024. (Crédit : Rabih DAHER / AFP)

Tsahal déclare avoir frappé des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban

Tsahal déclare que des avions de combat ont frappé des bâtiments utilisés par le Hezbollah dans le sud du Liban, à Mays al-Jabal et Ayta ash-Shab, il y a peu de temps.

Les troupes ont également bombardé la zone de Hamoul avec de l’artillerie aujourd’hui, ajoute Tsahal.

Un commandant du Hamas éliminé lors d’une frappe à Rafah, selon l’armée

Des Palestiniens dans les décombres d'immeubles touchés par une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des Palestiniens dans les décombres d'immeubles touchés par une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Tsahal et le Shin Bet affirment qu’un commandant du Hamas dans l’unité opérationnelle du groupe terroriste a été éliminé lors d’une frappe aérienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, plus tôt dans la journée.

Muhammad Abu Hasna était impliqué dans « l’intégration de l’activité étendue des différentes unités du Hamas, était en contact avec les agents du Hamas sur le terrain et les dirigeait », indiquent Tsahal et le Shin Bet dans une déclaration commune.

La déclaration indique qu’Abu Hasna était également chargé d’une salle de guerre des services de renseignement du Hamas qui recueillait des informations sur les mouvements de Tsahal dans la bande de Gaza.

Tsahal et le Shin Bet accusent également Hasna d’avoir participé à la saisie de l’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza et de l’avoir distribuée aux membres du Hamas.

L’élimination d’Abu Hasna « nuit considérablement au fonctionnement de diverses unités du Hamas à Rafah », ajoute le communiqué.

Tsahal publie des images de la frappe.

Israël doit faire de l’aide humanitaire à Gaza sa priorité « numéro un », dit Blinken

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken participe à une table ronde lors de la Conférence de Munich sur la sécurité (MSC), le 17 février 2024. (Crédit : Thomas Kienzle/Pool via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken participe à une table ronde lors de la Conférence de Munich sur la sécurité (MSC), le 17 février 2024. (Crédit : Thomas Kienzle/Pool via AP)

Israël doit faire de la protection des civils et de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza sa priorité « numéro un », a déclaré mercredi le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

« Nous attendons du gouvernement israélien qu’il fasse de cette question une priorité. Protéger les civils, apporter aux gens l’aide dont ils ont besoin, voilà ce qui doit être la priorité numéro un, même s’ils font ce qui est nécessaire pour défendre le pays et faire face à la menace posée par le Hamas », a déclaré M. Blinken à la presse.

Aide humanitaire pour Gaza : Amnesty dénonce la « faiblesse » internationale face à Israël

La Secrétaire Générale d'Amnesty International, Agnes Callamard, parle durant une conférence de presse à Jérusalem Est, le 1er février 2022. Photo Flash90
La Secrétaire Générale d'Amnesty International, Agnes Callamard, parle durant une conférence de presse à Jérusalem Est, le 1er février 2022. Photo Flash90

Le projet de construire un port pour acheminer une aide humanitaire à la population de Gaza constitue « un signe d’impuissance et de faiblesse de la part de la communauté internationale », a déclaré mercredi la cheffe d’Amnesty International.

« Dans le même temps, nous continuons de transférer des armes » à Israël, a poursuivi Agnès Callamard lors d’une conférence de presse à Madrid. « C’est vraiment inacceptable ».

Tsahal annonce avoir tué plus de 100 membre du Hamas dans le complexe de Khan Younès en mars

Les troupes de Tsahal opèrent dans le complexe résidentiel de Hamad Town dans le sud de Gaza à Khan Younès, dans une photo publiée le 13 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
Les troupes de Tsahal opèrent dans le complexe résidentiel de Hamad Town dans le sud de Gaza à Khan Younès, dans une photo publiée le 13 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)

La 98e division de Tsahal a tué plus de 100 membres du Hamas dans le complexe résidentiel de Hamad Town dans le sud de Khan Younis à Gaza au cours de la semaine et demie écoulée, déclare l’armée.

Les troupes ont effectué des descentes dans les bâtiments à plusieurs étages du quartier financé par le Qatar, où, selon Tsahal, se trouve l’infrastructure du Hamas.

Une centaine de frappes aériennes ont été effectuées au cours de l’opération à Hamad, selon Tsahal.

Les commandos Maglan et Egoz, ainsi que l’unité de reconnaissance Givati, ont capturé plusieurs agents à Hamad, dont un commandant de la force d’élite Nukhba du Hamas, selon Tsahal.

 

L’armée israélienne affirme que les terroristes capturés lui ont fourni des renseignements sur l’emplacement des tunnels, des pièges, des tireurs et d’autres infrastructures.

Dans un cas, les forces israéliennes affirment qu’un terroriste du Hamas capturé a fourni des informations sur un bâtiment où 15 hommes armés étaient retranchés. Le site a alors été frappé et les terroristes ont été tués, selon Tsahal.

 

Un général de Tsahal demande aux politiciens d’être dignes des militaires

Le commandant de la 98e division, le général de brigade Dan Goldfus, s'adresse à la presse depuis la frontière de Gaza, le 13 mars 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Le commandant de la 98e division, le général de brigade Dan Goldfus, s'adresse à la presse depuis la frontière de Gaza, le 13 mars 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Dans des remarques rares et sévères adressées aux dirigeants politiques d’Israël, le commandant de la 98e division déclare que l’armée « ne fuira pas ses responsabilités » et leur intime de repousser l’extrémisme afin de « ne pas revenir au 6 octobre ».

« Je saisis cette occasion pour m’adresser à nos dirigeants, des deux côtés, et j’espère qu’ils auront le temps d’écouter le cœur d’un soldat », a déclaré le général de brigade Dan Goldfus lors d’une conférence de presse à la frontière de Gaza.

Goldfus affirme qu’il se bat depuis le matin de l’attaque du Hamas, le 7 octobre, « et je n’ai jamais cessé de me battre depuis. Depuis lors, je n’ai pas cessé d’envoyer des soldats, et de partir avec eux, sous les coups de feu. Nous nous battons, nous ne nous fatiguons pas, nous sommes déterminés à gagner, déterminés à ramener les otages à la maison, directement ou indirectement ».

« Ne vous inquiétez pas, nous, les militaires, les commandants et les troupes, avons assumé, assumons et assumerons la responsabilité de chaque action. Nous ne fuirons pas, tout comme nous ne fuyons pas le feu. Nous ne fuirons pas nos responsabilités », déclare-t-il.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a notamment évité d’assumer la responsabilité de l’attaque du 7 octobre, contrairement au ministre de la Défense et à de nombreux officiers haut-placés de Tsahal.

« Nous nous inclinons devant notre échec retentissant du 7 octobre, mais en même temps nous allons de l’avant, nous menons des opérations du plus haut niveau de qualité, nous protégeons nos valeurs et nous obtenons de nombreux succès sur le champ de bataille », déclare Goldfus.

« Mais vous, vous devez être digne de nous. Vous devez être dignes des soldats qui ont perdu la vie. Vous devez être dignes des réservistes qui ne se soucient pas du côté [politique] auquel ils appartiennent, et qui se sont battus et se battent les uns aux côtés des autres », poursuit-il.

« Assurez-vous que tout le monde participe, vous devez le faire », dit-il, faisant vraisemblablement référence à l’exemption de service dont bénéficient les Israéliens ultra-orthodoxes. « Vous devez faire en sorte que nous ne revenions pas au 6 octobre, que tous les efforts et les sacrifices ne soient pas vains. Vous devez garder cela bien présent à l’esprit, chaque jour, chaque heure ».

« De tout cœur, je vous demande d’être ensemble, unis, de repousser l’extrémisme et d’adopter l’unité. Trouvez ce qui vous unit. Nous l’avons trouvé sur le champ de bataille et nous ne l’abandonnerons pas », déclare-t-il.

« Faites en sorte que cela en vaille la peine », ajoute Goldfus en anglais.

L’armée précise que les remarques du général de brigade Dan Goldfus adressées aux dirigeants politiques d’Israël à la fin de son communiqué de presse n’ont pas été approuvées par l’unité du porte-parole.

Le commandant sera convoqué pour une « conversation de clarification », ajoute Tsahal.

Les remarques de Goldfus à l’adresse de la classe politique israélienne ont été lues à partir d’un cahier manuscrit séparé, au terme de la lecture d’un discours préparé et approuvé sur les opérations de la division à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

Un deuxième navire d’aide pour Gaza prêt à appareiller de Chypre – ministre chypriote

Cette image réalisée à partir d'une vidéo montre un navire appartenant au groupe d'aide espagnol Open Arms, à l'arrière-plan, et une barge d'aide à quai dans le port de Larnaca à Chypre, le 11 mars 2024. World Food Kitchen, l'organisation caritative fondée par le célèbre chef Jose Andres, a publié sur la plateforme de médias sociaux X que le navire d'Open Arms chargé de quelque 200 tonnes de nourriture a pris la mer mardi. (Crédit : AP)
Cette image réalisée à partir d'une vidéo montre un navire appartenant au groupe d'aide espagnol Open Arms, à l'arrière-plan, et une barge d'aide à quai dans le port de Larnaca à Chypre, le 11 mars 2024. World Food Kitchen, l'organisation caritative fondée par le célèbre chef Jose Andres, a publié sur la plateforme de médias sociaux X que le navire d'Open Arms chargé de quelque 200 tonnes de nourriture a pris la mer mardi. (Crédit : AP)

Un deuxième navire chargé d’aide humanitaire pour Gaza est au port de Larnaca, attendant pour appareiller le bon déroulement du déchargement d’une première livraison de vivres dans le territoire palestinien, a affirmé mercredi le ministre chypriote des Affaires étrangères.

« Dans l’option actuelle, nous opérons via une ONG, nous avons déjà un suivi avec un navire commercial de plus grande capacité » qui pourra quitter Chypre « après le premier déchargement, s’il n’y a pas de problèmes », a expliqué Constantinos Kombos à quelques journalistes à Nicosie.

Le bateau, appartenant à un Etat non communiqué, « est à Larnaca depuis samedi (et) le bateau et la cargaison sont en cours d’inspection » par les autorités, a ajouté M. Kombos sans préciser la quantité d’aide transportée.

Le premier bateau empruntant un couloir maritime entre Chypre et la bande de Gaza (environ 370 km) est parti mardi avec une barge chargée de 200 tonnes d’aide. Le bateau de l’ONG espagnole Open Arms devrait mettre « plusieurs jours » pour arriver à un point de déchargement non identifié sur la côte de Gaza, selon une porte-parole de l’ONG.

Là, l’aide doit être livrée sur une jetée construite pour l’occasion par l’ONG World central Kitchen (WCK) qui doit ensuite la distribuer à la population au bord de la famine.

« C’est un voyage inaugural, nous devons nous assurer d’avoir la capacité de décharger et distribuer » l’aide dans de bonnes conditions, a assuré M. Kombos.

L’une des inquiétudes est le bon déroulement des opérations au sol et la « gestion de la foule » qui attend désespérément de la nourriture dans le territoire assiégé et bombardé depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, selon le ministre.

« Nous voulons que la population sache qu’il y aura des livraisons régulières », a-t-il souligné.

À Gaza, Gallant parle de l’imminence d’une opération à Rafah : « Ceux qui pensent que nous reculons verront bientôt »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (en noir) en déplacement dans la périphérie ouest de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le 13 mars 2024. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (en noir) en déplacement dans la périphérie ouest de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le 13 mars 2024. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

En déplacement à Gaza-City, le ministre de la Défense Yoav Gallant a laissé entendre qu’Israël se lancerait sous peu dans son offensive terrestre à Rafah, dans le sud de Gaza.

« Un travail extraordinaire est fait ici, en surface et sous terre : nos soldats sont partout, ce qui fait qu’il ne reste aucun endroit à Gaza pour les terroristes », a déclaré Gallant depuis Gaza, d’après un compte-rendu fourni par son cabinet.

« Ceux qui pensent que nous reculons verront bientôt que nous pouvons atteindre tout le monde », a-t-il ajouté. « Nous traduirons en justice tous ceux qui ont pris part aux événements du 7 octobre – soit nous les éliminerons, soit nous les traduirons en justice en Israël. Il n’y a aucun endroit pour eux, que ce soit ici, en-dehors de Gaza ou ailleurs au Moyen-Orient – tout le monde aura ce qu’il mérite. »

Les autorités israéliennes ont indiqué à plusieurs reprises que l’armée israélienne allait intervenir à Rafah, considéré comme le dernier bastion du Hamas dans la bande de Gaza, sur fond de mises en garde répétées de la part de la communauté internationale à propos de la sécurité du million et plus de civils réfugiés dans la région.

Gallant a par ailleurs évoqué la situation humanitaire dans la bande de Gaza et la mise en place d’un nouveau corridor maritime pour l’acheminement de l’aide humanitaire, expliquant que cela permettrait à l’aide de bénéficier « aux civils et non au Hamas », tout en affaiblissant l’organisation terroriste et en « renforçant notre emprise sans parler de l’amélioration de nos capacités de combat ».

Coups de semonce tirés à l’adresse de plongeurs suspects au nord de Gaza

Un navire de guerre de la marine israélienne navigue dans les eaux de la Méditerranée au large des côtes de la bande de Gaza, comme le montre une position le long de la frontière dans le sud d'Israël, le 4 janvier 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Un navire de guerre de la marine israélienne navigue dans les eaux de la Méditerranée au large des côtes de la bande de Gaza, comme le montre une position le long de la frontière dans le sud d'Israël, le 4 janvier 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Deux suspects en tenue de plongée ont été repérés par l’armée israélienne alors qu’ils pénétraient dans la mer au nord de Gaza, selon l’armée.

Les navires de la marine ont suivi les deux hommes et ont tiré des coups de semonce, après quoi les suspects se sont enfuis vers la côte, selon Tsahal.

Le Hamas juge l’arrivée d’aide par voie maritime insuffisante

Un navire appartenant au groupe d'aide Open Arms avec de l'aide sur une plate-forme transportant quelque 200 tonnes de riz et de farine directement vers Gaza, quitte le port de la ville méridionale de Larnaca, à Chypre, le 12 mars 2024. (Crédit ; AP Photo/Petros Karadjias)
Un navire appartenant au groupe d'aide Open Arms avec de l'aide sur une plate-forme transportant quelque 200 tonnes de riz et de farine directement vers Gaza, quitte le port de la ville méridionale de Larnaca, à Chypre, le 12 mars 2024. (Crédit ; AP Photo/Petros Karadjias)

Le Hamas a jugé mercredi que l’arrivée d’aide dans un bateau parti mardi de Chypre était insuffisante face à la crise humanitaire dans le territoire palestinien après plus de cinq mois de guerre.

« Vu ce qui a été annoncé, la cargaison du bateau ne dépasse pas celle d’un ou deux camions et va mettre des jours à arriver », a déclaré, dans un communiqué, Salama Marouf, porte-parole du Hamas.

Selon les dernières données disponibles des autorités israéliennes, la cargaison moyenne des camions entrés dimanche à Gaza était de près de 22 tonnes. La cargaison de 200 tonnes acheminée par le bateau parti de Chypre équivaut donc à environ 9 camions.

« Nous ne savons pas encore où il va accoster, comment (l’aide) va atteindre la côte de Gaza » et où elle sera « inspectée » par l’armée israélienne, a encore dit le responsable du Hamas.

Le bateau de l’ONG espagnole Open Arms, chargé de 200 tonnes de vivres, a quitté mardi le port chypriote de Larnaca et devrait mettre « plusieurs jours » pour arriver à Gaza, selon l’organisation.

« L’efficacité de ce mécanisme interroge », a encore dit Salama Marouf en appelant à l’augmentation de l’entrée d’aide humanitaire par la voie terrestre.

Tsahal affirme avoir frappé plusieurs sites du Hezbollah au Liban

Cette photo prise depuis Israël le long de la frontière avec le Sud-Liban montre des volutes de fumée près du village libanais de Khiam lors de frappes israéliennes le 12 mars 2024 (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)
Cette photo prise depuis Israël le long de la frontière avec le Sud-Liban montre des volutes de fumée près du village libanais de Khiam lors de frappes israéliennes le 12 mars 2024 (Crédit : Jalaa MAREY / AFP)

L’armée israélienne affirme avoir mené des frappes aériennes sur un bâtiment utilisé par le Hezbollah à Qantara, dans le sud du Liban, et sur un autre site à Yater.

Plus tôt, un lance-roquettes et un autre bâtiment utilisé par le groupe terroriste à Aalma al-Chaeb ont été frappés, selon Tsahal.

 

Un entrepôt de l’UNRWA touché par une frappe à Rafah, « de nombreux blessés »

Un homme vérifie les impacts d'éclats d'obus sur un mur près d'une mare de sang dans un entrepôt de l'ONU à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 mars 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
Un homme vérifie les impacts d'éclats d'obus sur un mur près d'une mare de sang dans un entrepôt de l'ONU à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 mars 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a annoncé que l’un de ses entrepôts avait été « touché » mercredi par une frappe à Rafah, ville du sud de la bande de Gaza.

Juliette Touma, porte-parole de l’agence onusienne, a fait état de « nombreux blessés ». Le Hamas dans le territoire palestinien a indiqué pour sa part que quatre personnes avaient été tuées dans le « bombardement » de l’entrepôt, une information qui ne peut pas être vérifiée.

Tsahal n’a pas commenté sur cette frappe.

 

Tsahal confirme l’attaque au Liban, d’une cible du Hamas qui préparait des attaques à l’étranger

Des pompiers éteignant une voiture en feu après qu'elle a été touchée par une attaque de drone israélien, dans la région de Tyr, au sud du Liban, le 13 mars 2024. (Crédit : AFP)
Des pompiers éteignant une voiture en feu après qu'elle a été touchée par une attaque de drone israélien, dans la région de Tyr, au sud du Liban, le 13 mars 2024. (Crédit : AFP)

Tsahal confirme avoir effectué une frappe sur un véhicule près de Tyr, dans le sud du Liban, plus tôt dans la journée, visant un membre important du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Selon Tsahal, Hadi Mustafa était responsable de cellules terroristes au Liban et préparait des attentats contre des Israéliens et des Juifs dans plusieurs pays à l’étranger.

Tsahal affirme que Mustafa faisait également partie d’une unité du Hamas au Liban dirigée par Samir Fandi, qui a été assassiné à Beyrouth avec le chef adjoint du Hamas, Salah al-Arouri, en janvier.

Dans un communiqué, l’armée a affirmé qu’elle « continuera à agir contre l’organisation terroriste du Hamas partout où elle opère ».

Elle a également publié des images de la frappe.

 

Le Hamas annonce la mort d’un de ses membres dans une frappe au Liban

La branche libanaise du groupe terroriste palestinien du Hamas a annoncé la mort d’un de ses membres dans l’attaque de drone attribuée à Israël près de la ville côtière de Tyr ce matin.

Le terroriste a été identifié par le Hamas par une affiche officielle comme étant Hadi Mustafa, du camp de Rashidieh.

Les médias libanais ont déclaré qu’une deuxième personne, un Syrien qui passait à moto, a également été tuée dans la frappe.

Tsahal affronte le Hamas à Khan Younès ; frappes aériennes massives dans le centre de Gaza

Des soldats de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza sur cette photo publiée le 13 mars 2024 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza sur cette photo publiée le 13 mars 2024 (Crédit : Armée israélienne)

La 98e division de Tsahal poursuit son offensive contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la région de Khan Younès, au sud de Gaza, dans le complexe résidentiel de Hamad Town et dans les banlieues d’al-Qarara et d’Abasan.

Le commando Egoz s’est battu contre une cellule du Hamas composée de sept hommes qui s’était retranchée dans un immeuble de Hamad, selon Tsahal.

Tsahal affirme que les troupes ont tué plusieurs des terroristes, avant de diriger une frappe aérienne pour éliminer les autres.

Toujours à Hamad Town, Tsahal a indiqué que des armes avaient été saisies par le commando Maglan au cours de la journée écoulée.

Tsahal a par ailleurs annoncé avoir éliminé lors d’une frappe aérienne un terroriste du Hamas responsable de « nombreuses » attaques à la roquette contre Israël, y compris celles qui ont eu lieu le 7 octobre.

L’armée de l’air israélienne a également mené une vague de frappes « étendues » contre des sites du Hamas dans le centre de Gaza, à Deir al-Balah, ciblant des tunnels, des positions de lancement de missiles et des zones de transit, selon Tsahal.

Toujours dans le centre de Gaza, Tsahal a rapporté que la Brigade Nahal poursuit ses combats contre les membres du Hamas dans la région. Lors d’un incident, les troupes du Nahal ont repéré un terroriste entrant dans un bâtiment identifié comme appartenant à un membre du Hamas et ont ordonné une frappe aérienne, a indiqué Tsahal.

Après une impasse, un diplomate fait état de progrès dans les négociations sur les otages

Les Israéliens lors d'un rassemblement appelant à la libération des otages enlevés par les terroristes du Hamas à Gaza sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 3 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Les Israéliens lors d'un rassemblement appelant à la libération des otages enlevés par les terroristes du Hamas à Gaza sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 3 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les médiateurs qataris et égyptiens estiment que des progrès significatifs ont été réalisés cette semaine en vue d’obtenir une trêve entre Israël et le Hamas après une longue période d’impasse dans les négociations, a déclaré un diplomate arabe de haut rang au Times of Israel.

Ces progrès ont été réalisés à la suite de pressions importantes exercées par Doha sur le Hamas, qui a averti le groupe terroriste que ses dirigeants résidant au Qatar seraient expulsés du pays s’ils ne changeaient pas leur approche dans les négociations.

Un haut responsable du Hamas a déclaré à Al Arabiya plus tôt dans la journée que le groupe avait accepté une version modifiée de la dernière proposition américaine, basée sur un cadre accepté par Israël lors d’une réunion à Paris le mois dernier. Le Hamas a ensuite publié un communiqué démentant cette information.

L’accord en trois phases prévoit la libération d’une quarantaine d’otages féminins, âgés et blessés au cours d’une première phase de six semaines, la libération de soldats au cours d’une deuxième phase et la libération des corps des otages au cours d’une troisième phase, selon le diplomate arabe.

Au cours de ces dernières phases, les parties discuteraient d’un cessez-le-feu permanent, selon le diplomate.

Dans un premier temps, les médiateurs cherchent à convaincre le Hamas d’accepter un ratio de 10 prisonniers incarcérés pour délits liés à la sécurité nationale libérés par Israël pour chaque otage, selon le diplomate, qui précise que le groupe terroriste avait fait pression pour une asymétrie encore plus prononcée, mais qu’il semble être revenu sur ses premières exigences.

Bien qu’Israël ait accepté à Paris un cadre initial sur lequel se fonde la proposition actuelle, le cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ainsi que le Hamas, devront encore approuver l’offre finale, et le diplomate arabe indique qu’il n’est pas certain que cela se produise.

Gaza : Borrell dénonce l’utilisation de la faim comme « arme de guerre »

Le haut-représentant de l'Union européenne aux Affaires étrangères et à la Politique de sécurité Josep Borrell lors d'une conférence de presse avec le ministre espagnol des Affaires étrangères  lors d'une rencontre informelle entre les ministres des Affaires étrangères de l'Union, à Tolède, en Espagne, le 31 août 2023. (Crédit : Pierre-Philippe Marcou/AFP)
Le haut-représentant de l'Union européenne aux Affaires étrangères et à la Politique de sécurité Josep Borrell lors d'une conférence de presse avec le ministre espagnol des Affaires étrangères lors d'une rencontre informelle entre les ministres des Affaires étrangères de l'Union, à Tolède, en Espagne, le 31 août 2023. (Crédit : Pierre-Philippe Marcou/AFP)

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé mardi l’utilisation de la faim « comme arme de guerre » à Gaza, lors d’un discours au Conseil de sécurité de l’ONU.

« Cette crise humanitaire n’est pas une catastrophe naturelle, ce n’est pas une inondation ou un séisme, elle est causée par l’Homme », a-t-il déclaré, réclamant l’entrée de l’aide humanitaire dans le territoire palestinien.

« Quand nous étudions les voies alternatives pour apporter de l’aide, par la mer ou par les airs, nous devons nous rappeler que nous devons le faire parce que la voie terrestre habituelle est fermée. Artificiellement fermée », a-t-il insisté.

« Et le fait d’affamer la population est utilisé comme une arme de guerre ».

« Alors que nous condamnons cela en Ukraine, nous devons utiliser les mêmes mots pour ce qui se passe à Gaza », a-t-il encore souligné.

Borrell indique que l’UE attend les résultats de trois enquêtes sur les allégations israéliennes selon lesquelles 12 membres du personnel de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) auraient participé aux attaques du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël, qui ont déclenché la guerre en cours. Il souligne toutefois que l’UNRWA n’existe que parce qu’il y a des réfugiés palestiniens, dont la définition inclut non seulement ceux qui ont fui ou ont été déplacés de leur domicile pendant la guerre qui a entouré la création d’Israël, mais aussi tous leurs descendants – ce qui n’est pas le cas de la plupart des populations de réfugiés dans le monde.

 

Et si l’UNRWA disparaît, les réfugiés seront toujours là, affirme Borrell. « En fait, il n’y a qu’un seul moyen de faire disparaître l’UNRWA : faire de ces réfugiés des citoyens d’un État palestinien qui coexiste avec un État israélien.

Pour que cela devienne une réalité, Borrell estime que la première étape devrait être l’adoption à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies d’une résolution approuvant une solution à deux États et « définissant les principes généraux qui pourraient conduire à ce résultat ».

Soulignant le très large soutien dont bénéficie la solution des deux États, il déclare que ce serait « une merveilleuse occasion de montrer que nos principes ne sont pas des mots vides de sens ».

2 Palestiniens tués et 4 blessés lors d’un raid de Tsahal à Jénine – source palestinienne

Un véhicule militaire israélien patrouille le long d'une rue lors d'un raid dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie, le 12 mars 2024. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)
Un véhicule militaire israélien patrouille le long d'une rue lors d'un raid dans le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie, le 12 mars 2024. (Crédit : Jaafar ASHTIYEH / AFP)

Deux Palestiniens ont été tués et quatre autres blessés lors d’un raid de Tsahal sur la ville de Jénine en Cisjordanie, a déclaré le service de presse officiel Wafa, citant des responsables médicaux locaux.

Le rapport affirme que les troupes ont ouvert le feu sur un groupe à l’extérieur d’un hôpital.

Tsahal n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat.

Depuis le 7 octobre, les troupes ont arrêté quelque 3 500 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont plus de 1 500 affiliés au Hamas. Selon le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne, plus de 400 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période.


.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.