Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

« Aucun progrès réel » dans les négociations avec le Hamas, dit un responsable

Netanyahu à Blinken : Israël entrera à Rafah avec ou sans le soutien des États-Unis ; Un haut diplomate américain aurait incité le Qatar à menacer le Hamas d'expulsion alors que les pourparlers échouaient

  • Les troupes de l'IDF utilisent un drone sur la scène d'un attentat près de l'implantation de Dolev, le 22 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Les troupes de l'IDF utilisent un drone sur la scène d'un attentat près de l'implantation de Dolev, le 22 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Des enfants israéliens jouent à l'extérieur d'un abri anti-bombes alors qu'ils célèbrent la fête juive de Pourim, à Sderot, dans le sud d'Israël, plus de cinq mois après le massacre du 7 octobre, le vendredi 22 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
    Des enfants israéliens jouent à l'extérieur d'un abri anti-bombes alors qu'ils célèbrent la fête juive de Pourim, à Sderot, dans le sud d'Israël, plus de cinq mois après le massacre du 7 octobre, le vendredi 22 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
  • Une photo prise le 21 mars 2024 à bord d'un avion de transport militaire américain montre des volutes de fumée dans la bande de Gaza, dans le cadre des combats entre Israël et le groupe terroriste Hamas. (Giuseppe Cacace/AFP)
    Une photo prise le 21 mars 2024 à bord d'un avion de transport militaire américain montre des volutes de fumée dans la bande de Gaza, dans le cadre des combats entre Israël et le groupe terroriste Hamas. (Giuseppe Cacace/AFP)
  • Des habitants de Tel Aviv passent devant des bougies et des photos des victimes du massacre du 7 octobre et des personnes prises en otage par le Hamas à Gaza, le 21 mars 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des habitants de Tel Aviv passent devant des bougies et des photos des victimes du massacre du 7 octobre et des personnes prises en otage par le Hamas à Gaza, le 21 mars 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Des Palestiniens traversent le poste de contrôle militaire israélien de Qalandia près de la ville de Ramallah en Cisjordanie vers Jérusalem, pour participer à la prière du vendredi dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa pendant le mois sacré musulman du Ramadan, le vendredi 22 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)
    Des Palestiniens traversent le poste de contrôle militaire israélien de Qalandia près de la ville de Ramallah en Cisjordanie vers Jérusalem, pour participer à la prière du vendredi dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa pendant le mois sacré musulman du Ramadan, le vendredi 22 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)
  • Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Autorisation)
    Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Autorisation)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (C) s'entretient avec le chef de cabinet adjoint des États-Unis pour la politique Tom Sullivan (D) avant son départ d'Égypte pour Israël, alors que la pression pour un cessez-le-feu entre le groupe terroriste Hamas et Israël se poursuit, au Caire, le 22 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (C) s'entretient avec le chef de cabinet adjoint des États-Unis pour la politique Tom Sullivan (D) avant son départ d'Égypte pour Israël, alors que la pression pour un cessez-le-feu entre le groupe terroriste Hamas et Israël se poursuit, au Caire, le 22 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)

La Haute Cour va examiner la demande de groupes humanitaires exigeant qu’Israël augmente l’aide à Gaza

Un camion transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza passant par le poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 14 mars 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
Un camion transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza passant par le poste-frontière de Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 14 mars 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

La Haute Cour de justice a accepté d’entendre une requête déposée par cinq organisations de défense des droits de l’homme en début de semaine, demandant à la Cour d’ordonner au gouvernement d’autoriser l’entrée sans entrave de toute « l’aide humanitaire, de l’équipement et du personnel nécessaires à Gaza, en particulier dans le nord du territoire ».

La requête, déposée par Gisha en collaboration avec HaMoked : Center for the Defense of the Individual, Physicians for Human Rights Israel, Association for Civil Rights in Israel (ACRI) et Adalah, a également demandé à la Cour d’ordonner au gouvernement « d’augmenter de manière significative le volume de l’aide à Gaza, et notamment d’ouvrir les points de passage terrestres entre Gaza et Israël, et de répondre à tous les besoins de la population civile, conformément aux obligations d’Israël en tant que puissance occupante ».

Les organisations ont affirmé dans leur requête un manquement de la part d’Israël à augmenter le flux d’aide vers l’enclave déchirée par la guerre, ce qui, selon elles, constitue « une violation flagrante de ses obligations en vertu du droit international, à la fois en tant que puissance occupante et en tant que partie aux hostilités », ainsi qu’une « violation de la mesure provisoire établie par la Cour internationale de justice (CIJ) sur la coordination de l’aide ».

Le juge de la Cour suprême Yechiel Kasher a annoncé qu’une audience pour la requête serait fixée dès que possible, et que le panel de juges qui sera assigné à l’affaire donnera au Premier ministre, au ministre de la Défense et à l’agence de coordination des activités gouvernementales dans les territoires, COGAT, tous nommés comme défendeurs, une date butoir pour présenter leurs réponses.

Le nombre de morts à Gaza dépasserait 32 000 selon le Hamas

De la fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le centre de la bande de Gaza, le 22 mars 2024. (Crédit : Abdel Kareem Hana/AP)
De la fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le centre de la bande de Gaza, le 22 mars 2024. (Crédit : Abdel Kareem Hana/AP)

Au moins 32 070 Palestiniens auraient été tués et 74 298 auraient été blessés à Gaza depuis le 7 octobre, a affirmé le ministère de la Santé dirigé par le Hamas dans l’enclave.

Les chiffres du groupe terroriste ne peuvent être vérifiés et ne distinguent pas entre les civils et les terroristes ; ils imputent tous les décès à Israël, même ceux qui auraient été causés par des centaines de roquettes mal tirées ou par d’autres tirs palestiniens.

Israël a affirmé avoir tué quelque 13 000 membres du Hamas au cours des combats à Gaza, en plus des 1 000 personnes tuées à l’intérieur d’Israël à la suite de l’invasion et de l’assaut du groupe terroriste le 7 octobre.

Blinken rencontre les familles d’otages israélo-américains détenus à Gaza

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontre des manifestants appelant à la libération des otages détenus par le Hamas, devant l'hôtel Kempinski à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontre des manifestants appelant à la libération des otages détenus par le Hamas, devant l'hôtel Kempinski à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)

Le Forum des familles d’otages et de disparus a annoncé dans un communiqué de presse que le secrétaire d’État américain Antony Blinken avait tenu une réunion privée avec les familles des otages israélo-américains détenus à Gaza.

Cette rencontre intervient après que le plus haut représentant américain ait rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le cabinet de guerre.

« Nous tenons à exprimer notre sincère gratitude au secrétaire Blinken et à l’administration Biden pour leur soutien et leur assistance sans faille », ont déclaré les familles dans un communiqué.

« Nous demandons instamment à toutes les parties d’exercer une pression maximale afin de parvenir à un accord pour la libération rapide et en toute sécurité de nos proches. Chaque jour qui passe est un tourment sans fin pour nos familles. Nous implorons la communauté internationale de ne négliger aucune piste », conclut la déclaration.

Blinken a insisté sur la nécessité de protéger les civils de Gaza et d’augmenter l’aide

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a souligné la nécessité de protéger les civils à Gaza et de maintenir l’acheminement de l’aide humanitaire par les voies terrestres et maritimes, a indiqué le département d’État.

Blinken a également discuté des efforts visant à parvenir à un accord de cessez-le-feu d’au moins six semaines qui garantirait la libération des otages et permettrait d’augmenter l’aide humanitaire, a indiqué Matthew Miller, le porte-parole du département d’État, dans un communiqué.

Tsahal examine les images d’une attaque sur des hommes apparemment non armés à Gaza

Tsahal a ouvert une enquête sur des images de drone diffusées par Al Jazeera cette semaine montrant de récentes frappes israéliennes sur un groupe d’hommes palestiniens qui sembleraient être sans armes dans la région de Khan Younès, a déclaré l’armée.

En réponse à une question du Times of Israel, l’unité du porte-parole du Tsahal a indiqué que les images provenaient d’une « zone de combat active à Khan Younès, qui avait été en grande partie vidée de sa population civile et où les troupes se sont trouvées face à face avec de nombreux terroristes qui se battaient et se déplaçaient en tenue civile, dissimulant leurs armes dans des bâtiments et des propriétés censés appartenir à des civils ».

Les images ont été remises au mécanisme d’évaluation des faits de l’état-major général, un organe militaire indépendant chargé d’enquêter sur les incidents atypiques survenus au cours de la guerre, pour un examen plus approfondi, a ajouté Tsahal.

Avertissement : images violentes

« Aucun progrès réel » dans les négociations sur les otages avec le Hamas, dit un responsable israélien

Alors que le chef du Mossad, David Barnea, se rend à Doha pour des négociations sur les otages avec de hauts responsables des États-Unis, de l’Égypte et du Qatar, un responsable israélien déclare au Times of Israel que « les négociations avec le Hamas n’ont pas vraiment progressé ».

« Les Américains présentent cela comme un progrès », explique la source. « La pression pour aller de l’avant vient de leur part. »

 

Tsahal frappe une cible du Hezbollah dans le sud du Liban et un site de lancement de roquettes

L’armée israélienne déclare avoir frappé un bâtiment utilisé par le Hezbollah à Ayta ash-Shab, dans le sud du Liban, plus tôt aujourd’hui.

Suite à des tirs de roquettes contre la région de Metula aujourd’hui, Tsahal dit avoir bombardé les sites de lancement.

L’armée confirme également avoir abattu une « cible aérienne suspecte », apparemment un drone, qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban il y a peu de temps.

L’incident a déclenché des sirènes en Galilée occidentale.

Cessez-le-feu à Gaza: vétos russe et chinois à un texte américain au Conseil de sécurité de l’ONU

Les représentants des pays membres votant lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, le 22 mars 2024. (Crédit : Yuki Iwamura/AP Photo)
Les représentants des pays membres votant lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, le 22 mars 2024. (Crédit : Yuki Iwamura/AP Photo)

La Russie et la Chine ont mis leur véto vendredi à une résolution américaine à l’ONU soulignant la « nécessité » d’un cessez-le-feu « immédiat » à Gaza, l’ambassadeur russe dénonçant un texte « hypocrite » qui n’appelle pas directement à faire taire les armes.

Le projet de résolution américaine qui insiste sur la « nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et durable » en lien avec la libération des otages, a recueilli 11 voix en faveur, trois voix contre (Russie, Chine et Algérie) et une abstention (Guyana).

Le président français Emmanuel Macron a exprimé sa volonté de trouver « un accord » au Conseil de sécurité de l’ONU.

« Il faut maintenant que le Conseil de sécurité se prononce sur un cessez-le-feu immédiat et un accès humanitaire. Après le veto posé par la Russie et la Chine il y a quelques minutes, nous allons reprendre sur la base du projet de résolution français au Conseil de sécurité et travailler avec nos partenaires américains, européens, arabes en ce sens pour trouver un accord », a-t-il déclaré à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles.

Netanyahu à Blinken : Israël entrera à Rafah avec ou sans le soutien des États-Unis

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu faisant une déclaration vidéo, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu faisant une déclaration vidéo, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Après sa rencontre avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réaffirmé sa position de ces derniers jours , à savoir la disposition d’Israël à travailler avec les États-Unis pour améliorer la situation humanitaire et évacuer les civils de Rafah, mais que Tsahal entrera dans la ville du sud de Gaza.

« Je lui ai dit que j’appréciais grandement le fait que, pendant plus de cinq mois, nous ayons fait front commun dans la guerre contre le Hamas », a déclaré Netanyahu dans une vidéo.

« Je lui ai dit que nous reconnaissions la nécessité d’évacuer la population civile de la zone de guerre et, bien sûr, de répondre aux besoins humanitaires, et que nous y travaillions », poursuit-il.

« Mais je lui ai également dit que nous n’avions aucun moyen de vaincre le Hamas sans pénétrer dans Rafah et sans y éliminer les bataillons restants. Et je lui ai dit que j’espérais que nous y parviendrions avec le soutien de l’Amérique, mais que si c’était nécessaire, nous le ferions seuls », conclut-il.

Un officier de Tsahal réprimandé après avoir dit à la presse que l’occupation de Gaza serait la victoire sur le Hamas

Le commandant du 82e bataillon de la 7e brigade blindée, le lieutenant-colonel Ofir Caspi, s'adresse aux journalistes à Khan Younès, dans le sud de Gaza, le 21 mars 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Le commandant du 82e bataillon de la 7e brigade blindée, le lieutenant-colonel Ofir Caspi, s'adresse aux journalistes à Khan Younès, dans le sud de Gaza, le 21 mars 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Le commandant du 82e bataillon de la 7e brigade blindée, le lieutenant-colonel Ofir Caspi, a été réprimandé par son commandant de division pour des propos politiques qu’il a tenus à des journalistes dans le sud de Gaza, à Khan Younès, jeudi.

Caspi avait affirmé aux journalistes que la « solution » pour vaincre le Hamas à Gaza consistait à établir des implantations.

« Tsahal devrait occuper le territoire, je pense que si les implantations sont rétablies ici, nous aurons gagné. Si nous tuons [Yahya] Sinwar, nous ne détruirons pas le Hamas, quelqu’un d’autre viendra. La solution est de revenir ici, comme avec les implantations en Judée et en Samarie », a-t-il ajouté.

Tsahal a fait savoir que Caspi avait été convoqué pour une « mise au point » avec le commandant de la division, qui l’a réprimandé pour ses « remarques irrégulières qui ne sont pas conformes aux protocoles de Tsahal et à ce que l’on attend d’un commandant de Tsahal. »

« L’officier est revenu sur ses propos et a exprimé ses regrets », a indiqué Tsahal.

Une photo diffusée par l’armée montre aussi des terroristes non-capturés ; Tsahal invoque une « erreur humaine »

Ce composite photo publié par l'armée israélienne le 21 mars 2024 donne à voir quelques-uns des 358 terroristes  capturés par Tsahal à l'hôpital Shifa de la ville de Gaza. Au total, plus de 650 personnes soupçonnées de terrorisme ont été arrêtées. (Crédit : Armée israélienne)
Ce composite photo publié par l'armée israélienne le 21 mars 2024 donne à voir quelques-uns des 358 terroristes capturés par Tsahal à l'hôpital Shifa de la ville de Gaza. Au total, plus de 650 personnes soupçonnées de terrorisme ont été arrêtées. (Crédit : Armée israélienne)

Après la publication par Tsahal hier d’un montage de clichés montrant des terroristes qui auraient été capturés à l’hôpital Al-Shifa de Gaza, dont le haut commandant du Hamas Raad Saad, l’armée et le Shin Bet ont déclaré que, dû à une « erreur humaine », certains des hommes figurant sur les photos n’ont pas encore été capturés.

Tsahal et le Shin Bet nient également que le graphique était une tentative de « guerre psychologique ».

« Du fait d’une erreur humaine, l’image contient plusieurs photos de terroristes qui n’ont pas encore été capturés mais qui, selon les informations dont nous disposons, se trouvent dans la zone de l’hôpital et s’y sont retranchés », ont-ils indiqué dans un communiqué commun.

Tsahal a affirmé qu’elle communiquerait l’identité de tous ceux qu’elle a capturés une fois que l’opération à Al-Shifa sera terminée.

Après sa rencontre avec Netanyahu, Blinken s’entretient en privé avec Gantz

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Autorisation)
Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Autorisation)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a tenu une réunion privée avec le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz après sa rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, selon un porte-parole du ministre.

Gantz a exprimé sa gratitude pour le soutien continu qu’Israël reçoit des États-Unis et pour l’engagement de ces derniers en faveur de la sécurité d’Israël, selon le communiqué.

Les deux hommes ont discuté de l’opération prévue par Israël dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, à laquelle les États-Unis sont opposés et qu’Israël juge nécessaire pour renverser le Hamas.

Gantz a assuré à Blinken qu’Israël continuerait à faciliter les solutions humanitaires pour aider les civils à Gaza, a précisé le bureau de Gantz.

La rencontre entre Blinken et Netanyahu a duré une quarantaine de minutes, et les discussions ont porté sur la nécessité de garantir l’acheminement d’une aide supplémentaire à Gaza. Les deux hommes ont également discuté des plans controversés pour Rafah.

Reuters a contribué à cet article.

Netanyahu rencontre le secrétaire d’État américain Blinken

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le secrétaire d'État américain Antony Blinken au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 22 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

La rencontre entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire d’État américain Antony Blinken a commencé à la Kirya, à Tel Aviv.

Le cabinet de guerre se réunira après la fin de l’entretien privé.

Londres et Canberra appellent à la « fin immédiate des combats » dans la bande de Gaza

Les ministres britanniques et australiens des Affaires étrangères et de la Défense ont appelé vendredi à la « fin immédiate des combats » dans la bande de Gaza, à l’issue d’une réunion à Adélaïde, dans le sud de l’Australie.

Dans une déclaration commune, les ministres ont souligné « la nécessité » de mettre immédiatement fin aux combats dans la bande de Gaza « pour permettre l’acheminement de l’aide (humanitaire) et la libération des otages ».

Le Royaume-Uni est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, qui doit se prononcer vendredi sur une résolution des Etats-Unis mentionnant un « cessez-le-feu immédiat ».

Dans leur communiqué commun, Londres et Canberra ont également condamné « l’invasion massive, illégale et immorale de l’Ukraine » par la Russie et exhorté Moscou de retirer ses forces militaires.

« Les ministres ont appelé tous ceux qui entretiennent des relations étroites avec la Russie, en particulier la Chine, à ne pas aider la Russie à poursuivre sa guerre de quelque manière que ce soit et à la convaincre de mettre fin à sa guerre illégale », ont-ils indiqué dans leur déclaration commune.

Aux côtés des Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni sont membres de la jeune alliance de défense Aukus nouée en septembre 2021, un pacte visant à freiner l’expansion militaire chinoise dans la région Asie-Pacifique.

150 terroristes armés éliminés lors du raid en cours à l’hôpital Shifa

Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 22 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 22 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne affirme que les troupes ont tué quelque 150 hommes armés lors du raid en cours contre le Hamas à l’hôpital Shifa à Gaza-City, qui en est maintenant à son quatrième jour.

Dans le centre de Gaza, Tsahal déclare avoir frappé une entrée de tunnel et un bâtiment utilisé par le Hamas qui ont été identifiés après qu’une roquette ait été lancée depuis la bande de Gaza sur la communauté de Beeri, dans le sud du pays, hier. La roquette a été interceptée par le Dôme de Fer.

Les combats se poursuivent également dans le centre de Gaza, où les troupes de la brigade Nahal ont tué plusieurs membres du Hamas au cours de la journée écoulée, selon Tsahal.

Dans la banlieue de Khan Younès, à Al-Qarara, Tsahal déclare que les troupes de la 7e brigade blindée ont combattu les hommes armés du Hamas et ont frappé les sites du groupe terroriste, y compris deux bâtiments piégés, et que la brigade Givati a tué une cellule du Hamas composée de cinq hommes.

Au cours de la journée écoulée, l’armée israélienne a indiqué qu’une quarantaine de frappes aériennes avaient été menées dans la bande de Gaza, principalement pour faciliter les manœuvres des troupes au sol.

Blinken en Israël pour discuter de trêve entre Israël et le Hamas

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken se rend vendredi en Israël pour tenter d’arracher un accord de trêve entre Israël et le Hamas au moment où le Conseil de sécurité de l’ONU doit se prononcer sur une résolution des Etats-Unis sur un « cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza.

Après cinq mois et demi de guerre, « le fossé se réduit » dans les négociations pour une trêve associée à une libération d’otages, a déclaré jeudi M. Blinken. « S’il est difficile de parvenir » à un accord, « cela est toujours possible », a-t-il ajouté.

En parallèle de ces pourparlers, les Etats-Unis ont pour la première fois présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU sur un « cessez-le-feu immédiat lié à la libération des otages » retenus à Gaza depuis le début de la guerre.

Le texte, consulté par l’AFP et qui doit être soumis vendredi au vote du Conseil de sécurité, souligne « la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et durable pour protéger les civils de tous côtés, permettre la fourniture de l’aide humanitaire essentielle ».

L’issue du vote est toutefois incertaine alors que la Russie réclame un « appel » plus clair à faire taire les armes.

« Il y a de meilleurs moyens de gérer la menace du Hamas », a déclaré jeudi M. Blinken, qualifiant « d’erreur » et « d’inutile » une éventuelle invasion terrestre de Rafah, ville à la frontière égyptienne où sont réfugiés, selon l’ONU environ 1,5 million de Palestiniens, la majorité déplacés par la guerre dans le reste du territoire.

Les 27 pays de l’Union européenne ont eux aussi exhorté jeudi Israël à ne pas lancer d’opération sur Rafah et appelé à une « pause humanitaire immédiate ».

Mais en dépit des pressions internationales, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu affirme qu’une offensive sur Rafah est nécessaire pour « vaincre » militairement le Hamas à Gaza et éviter un autre 7 octobre.

Des sirènes d’alerte retentissent à Manara, près de la frontière libanaise

Des sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans la localité de Manara, dans le nord d’Israël, près de la frontière libanaise, avertissant la population de se mettre à l’abri.

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le groupe affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre qui s’y déroule.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.